SIBÉRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'espace sibérien

Le pays de l'hiver

Dès l'Oural, la moyenne interannuelle du mois de janvier s'établit à — 16 0C, et tout le tiers nord-ouest de la Sibérie connaît même des moyennes de — 32 0C. La durée de la période sans gel est partout inférieure à quatre mois, à l'exception des vallées de l'Amour et de l'Oussouri. Conséquence de ce froid intense et des températures encore plus basses de l'époque des glaciations, la merzlota s'étend sur toute la Sibérie à l'est de l'Ienisseï.

Le régime des fleuves en est affecté. Ils sont pris par les glaces six mois par an, huit mois dans le Grand Nord. Or les trois plus importants, l'Ob, l'Ienisseï et la Lena s'écoulent vers le nord. Leur accès à la mer dégèle donc en dernier, entravant le drainage des eaux de fonte du manteau neigeux et provoquant de gigantesques inondations de printemps.

Trois ensembles de relief se distinguent. La plaine de Sibérie occidentale, très basse, entièrement marécageuse, est occupée par l'Ob et ses affluents. Immédiatement à l'est s'étendent les plateaux de Sibérie centrale, bien drainés par les puissants affluents de l'Ienisseï, qui s'y écoulent en gorges. Au sud, formant frontière avec la Mongolie, et sur tout l'espace s'étendant du lac Baïkal et de la Lena à l'océan Pacifique, se succèdent des chaînes de montagnes dont les points culminants dépassent les 2 000 mètres (et même 4 500 m dans les monts Saïan).

Forêt et toundra occupent la plus grande partie de la Sibérie. La taïga, forêt de conifères (pin, sapin, épicéa), occupe à elle seule 8,4 millions de kilomètres carrés. Mais, à l'est de l'Ienisseï, dans la zone de froid extrême, elle se fait plus clairsemée, et le mélèze, qui perd ses aiguilles en hiver, devient l'espèce dominante. Le manteau forestier de la Sibérie est complété par la forêt dite « chinoise », mêlant conifères et feuillus, qui occupe les bassins de l'Amour et de l'Oussouri.

Toundra alpine de l’Altaï, Sibérie, Russie

Photographie : Toundra alpine de l’Altaï, Sibérie, Russie

À la belle saison, les éleveurs nomades conduisent leurs troupeaux dans la toundra où le lichen abonde. 

Crédits : A. Hunta/ Shutterstock

Afficher

Cet écrin vert est frangé au sud par un liseré de steppe boisée, qui se transforme en steppe sèche aux confins de la Mongolie, en Transbaïkalie. Cet étroit corridor, qui offre des conditions de vie moins extrêmes, est essentiel dans la vie économique de la Sibérie.

Au nord de la taïga, et en îlots au milieu d'elle, sur les reliefs élevés, s'étend la toundra, domaine où la végétation se limite au mieux à une maigre strate herbacée, le plus souvent à des mousses et lichens, rarement à quelques arbres nains, accablés par l'hiver et le vent.

L'homme en Sibérie

Face à la démesure de l'espace et des éléments, l'occupation humaine est longtemps restée faible.

Rapidement conquise par les Cosaques au cours du xviie siècle, la Sibérie ne comptait que 1,2 million d'habitants en 1775, dont un quart seulement d'indigènes. La population russe restait concentrée sur le liseré méridional de steppe boisée, le long de la piste (le « trakt »). Les immenses forêts, vides, ne fournissaient que des fourrures.

Au xixe siècle, elle devint terre de relégation – 860 000 personnes y furent exilées pour des durées variables (cette fonction de relégation se retrouvera sous le régime soviétique) –, mais ce fut le chemin de fer qui marqua le début du peuplement. Le Transsibérien atteignit l'Ob en 1896. Il permit au Premier ministre Stolypine d'engager la première vague de peuplement, en installant 2,3 millions de migrants en 1906 et 1907, soit une fois et demie le nombre de migrants arrivés dans les cinquante années précédentes.

Avec le régime soviétique, l'effort fut orienté sur l'industrie. Il fit notamment surgir de terre le « pays noir » du Kouzbass dès les années 1930. Au début de la décennie suivante, les villes du Transsibérien, hors de portée de l'aviation allemande, reçurent d'importantes usines d'armement transférées de l'ouest du pays.

Après guerre, le réseau urbain fut étoffé. Les villes en place reçurent des installations stratégiques et de grandes unités urbaines furent édifiées, parfois ex nihilo, comme Norilsk, ville qui a dépassé 100 000 habitants dès 1959, au-delà du cercle polaire arctique, pour exploiter un vaste gisement polymétallique. Dans les années 1960 et 1970, ce furent les grands barrages en construction qui fixèrent les sites des créations urbaines (Bratsk et Oust-Ilimsk sur l'Angara, Saïansk).

À la même époque, le doublement du Transsibérien fut engagé pour accéder aux ressources forestières, minières et hydroé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages

Médias de l’article

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

-2000 à -1000. Les empires du Bronze

-2000 à -1000. Les empires du Bronze
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

-600 à -200. Philosophes et conquérants

-600 à -200. Philosophes et conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

700 à 800. De 'Abd al-Malik à Charlemagne

700 à 800. De 'Abd al-Malik à Charlemagne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservateur en chef du musée Guimet, directeur d'études à l'École pratique des hautes études en sciences sociales
  • : professeur à l'université de Lyon-II, chercheur au Centre Magellan, Université de Lyon-III
  • : professeur titulaire de la faculté des sciences de l'université de Picardie

Classification

Autres références

«  SIBÉRIE  » est également traité dans :

ALTAÏ

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 382 mots

La république fédérée de l'Altaï occupe, au sud de la Sibérie occidentale, une région essentiellement montagnarde de 92 600 kilomètres carrés où, en 2002, étaient recensés 202 900 habitants. Ce territoire est peuplé par les Oïrotes qui appartiennent à la famille ethnolinguistique altaïque . L'Altaï est formé par un soubassement paléozoïque pénéplané et violemment soulevé à la fin du Tertiaire et a […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'environnement arctique au Pléistocène. Les voies de migration »  : […] Dans la mesure où la plupart des préhistoriens s'accordent aujourd'hui pour faire venir du nord-ouest, c'est-à-dire de Sibérie, les premiers occupants de l'Amérique, il est alors essentiel de pouvoir reconstituer l'environnement nordique américain et de connaître l'importance et le moment des transformations ayant, depuis une centaine de milliers d'années, affecté la région. C'est en effet de cet […] Lire la suite

AMOUR, fleuve

  • Écrit par 
  • Laurent TOUCHART
  •  • 2 311 mots

Pour les Russes, l'Extrême-Orient se distingue de la Sibérie par le fait que le premier voit ses fleuves se jeter dans le Pacifique, la seconde, dans l'océan glacial Arctique. Alors que les cours d'eau sibériens, coulant du sud au nord, nécessitaient pour la colonisation russe des transbordements pour avancer d'ouest en est, les fleuves d'Extrême-Orient allaient dans le même sens que la conquête […] Lire la suite

ANGARA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 381 mots

Émissaire unique du lac Baïkal, l'Angara, après avoir traversé le lac du même nom, change d'appellation et devient la Toungouzka supérieure ; cet organisme fluvial draine un bassin de 1 045 000 kilomètres carrés et se jette, au terme d'un cours de 1 826 kilomètres, dans l'Ienisseï dont il est l'affluent le mieux alimenté avec un débit moyen à la confluence de 4 380 mètres cubes par seconde, ce qui […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 7 907 mots

L'Asie représente l'ensemble continental le plus important à la surface du globe ; l'Europe en constitue l'extrémité occidentale On emploie d'ailleurs communément le terme Eurasie pour nommer géologiquement ce vaste ensemble continental. Sa connaissance apparaît donc fondamentale du point de vue géologique, mais demeure malheureusement fragmentaire, certaines régions restant encore relativement p […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La plaine de Sibérie occidentale »  : […] La plaine de Sibérie occidentale s'étend sur 2 500 km, du littoral arctique au rebord des montagnes d'Asie centrale, et sur 1 500 km d'ouest en est, depuis l'Oural jusqu'au cours de l'Ienisseï. Sur ses 3 millions de kilomètres carrés règne un paysage monotone de plaine forestière marécageuse, se transformant vers le nord en une toundra plane désolée. Du point de vue structural, cette région appart […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mots, limites et chevauchements  »  : […] Asie désigne habituellement un ensemble de terres situées à l'est de l'Europe. Sa délimitation varie selon les auteurs, les critères scientifiques et les surdéterminations géopolitiques. Elle est marquée par son origine européenne qui ne correspond pas aux conceptions locales traditionnelles. Ce problème géographique crucial implique l'appartenance des individus, des sociétés et des pays à une rég […] Lire la suite

BAÏKAL LAC

  • Écrit par 
  • Laure ARJAKOVSKY, 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 4 058 mots
  •  • 2 médias

Le lac Baïkal , situé au sud de la région géographique de Sibérie orientale, est l'un des plus vastes lacs du monde : il se place au septième rang pour sa surface (31 500 km 2 ), au deuxième pour le volume des eaux (23 000 km 3 ), qui est égal à celui de la mer Baltique. Le lac, qui s'étend, du sud-ouest au nord-est, sur 634 km de longueur, avec une largeur moyenne de 48 km, variant de 25 à 79,5 […] Lire la suite

BARTAS SHARUNAS (1964- )

  • Écrit par 
  • Nicole GABRIEL
  •  • 1 233 mots

Cinéaste lituanien, Sharunas Bartas est né le 16 août 1964 à Siauliai. Adolescent, il s’intéresse à la photographie et au cinéma, qu’il pratique en amateur. Lors d’une expédition en Sibérie, il découvre le peuple des Tofolars, chasseurs-cueilleurs sédentarisés de force, dont la langue et le mode d’existence sont menacés. Ils donneront son thème au film Tofolaria (1986). Admis au VGIK, l’institut […] Lire la suite

BÉRINGIENNE (TRADITION)

  • Écrit par 
  • Patrick PLUMET
  •  • 118 mots

Terme proposé et utilisé par H. West pour regrouper différentes formations archéologiques alaskiennes et sibériennes, issues du Paléolithique supérieur sibérien, retrouvées sur le territoire de l'ancienne Béringie. Elles sont chronologiquement situées entre le milieu de la glaciation würmienne (wisconsinienne en Amérique) et le début de l'Holocène, soit de 33 000 à 6 000 ou 7 000 avant J.-C., selo […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9 août 2021 Climat. Rapport du GIEC.

Les catastrophes naturelles qui se produisent au cours de l’été illustrent les conclusions du rapport : précipitations records en Inde, en Chine et au Japon, pics de chaleur exceptionnels au Canada, dans l’Ouest américain, en Espagne et au Maroc, inondations meurtrières en Allemagne et en Belgique, « mégafeux » en Sibérie, en Californie, en Grèce, en Turquie, en Algérie, en Tunisie, en Italie et sur la côte nord-est de l’Adriatique. […] Lire la suite

14-21 décembre 2020 Russie. Révélations sur l'empoisonnement d'Alexeï Navalny.

Celle-ci révèle les noms et photos des membres d’une unité secrète du FSB accusés d’avoir participé à l’opération et livre l’historique de la surveillance régulière de l’opposant depuis 2017 jusqu’à Tomsk, en Sibérie, lieu de son empoisonnement. Le 17, lors de sa traditionnelle conférence de presse de fin d’année, le président Vladimir Poutine qualifie cette enquête de « légitimation de contenus venus des services spéciaux américains ». […] Lire la suite

15 octobre 2020 Union européenne – Russie. Adoption de sanctions à l'encontre de la Russie dans l'affaire Navalny.

Le Conseil européen met en cause le Kremlin dans la tentative d’empoisonnement de l’opposant Alexeï Navalny, en Sibérie, en août, estimant qu’il est « raisonnable de conclure que [celle-ci] a été possible uniquement avec l’accord du bureau exécutif présidentiel ». Sur l’initiative de Paris et Berlin, il adopte des sanctions – gel des avoirs et interdiction de voyager en Europe – à l’encontre de six personnalités et d’une entité russes. […] Lire la suite

2-23 septembre 2020 Allemagne – Russie. Sortie de l'hôpital d'Alexeï Navalny.

Le 13, des candidats aux élections locales russes présentés par Alexeï Navalny sont élus, notamment à Tomsk et Novossibirsk, en Sibérie, villes que l’opposant venait de visiter quand il a été empoisonné. Le 23, Alexeï Navalny sort de l’hôpital berlinois. Il exprimera sa volonté de rentrer en Russie. […] Lire la suite

20-27 août 2020 Russie – Allemagne. Empoisonnement de l'opposant Alexeï Navalny.

Le 20, Alexeï Navalny, principal opposant au président Vladimir Poutine, est hospitalisé dans un état grave à Omsk, en Sibérie, alors qu’il se rendait de Tomsk à Moscou en avion. Ses proches dénoncent un empoisonnement. En juillet 2019, Alexeï Navalny avait déjà affirmé avoir été empoisonné, alors qu’il se trouvait en prison. De nombreux opposants au Kremlin ont été victimes d’empoisonnement, en Russie et à l’étranger, au cours des dernières années. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Vadime ELISSEEFF, Pascal MARCHAND, Guy MENNESSIER, « SIBÉRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/siberie/