ALTAÏ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La république fédérée de l'Altaï occupe, au sud de la Sibérie occidentale, une région essentiellement montagnarde de 92 600 kilomètres carrés où, en 2002, étaient recensés 202 900 habitants. Ce territoire est peuplé par les Oïrotes qui appartiennent à la famille ethnolinguistique altaïque.

L'Altaï est formé par un soubassement paléozoïque pénéplané et violemment soulevé à la fin du Tertiaire et au début du Quaternaire. Ce relèvement s'est accompagné de dislocations verticales qui ont individualisé trois chaînes d'altitude inégale, grossièrement orientées d'ouest en est : l'Altaï méridional ou Haut-Altaï, culminant à 4 506 mètres au mont Belukha ; l'Altaï intérieur, composé de deux chaînons (les Alpes de Tchouïa et les Alpes de Katoun) séparés par des gorges profondes ; l'Altaï oriental, qui constitue la ligne de partage des eaux entre les bassins de l'Ob et de l'Ienisseï. Toutes ces montagnes présentent des sommets aplanis qui dérivent de l'ancienne surface d'érosion relevée ; les glaciers, qui recouvraient au Quaternaire toute la chaîne et n'occupent plus aujourd'hui que 450 kilomètres carrés, ont sculpté quelques cirques et recreusé en auges glaciaires les vallées tectoniques qui descendent vers l'arrière-pays.

Le piémont de l'Altaï offre aux cultivateurs de bonnes possibilités d'installation ; aussi a-t-il été, dès le début du xxe siècle, un domaine de colonisation agricole pour les Russes qui y ont fait souche et dont les descendants, quand ils n'ont pas migré vers les villes, ont travaillé dans des kolkhoz voués à la culture céréalière et à l'élevage des bovins et des ovins. Les villes ont été créées par les Russes au début du xviiie siècle pour servir à la fois de forteresses contre les Kazakh et de points d'appui pour la colonisation agricole et minière des steppes de l'Altaï. Leurs industries sont essentiellement alimentaires (blé, viande, betterave à sucre) ou textiles (laine et fibres de coton importées d'Asie moyenne par la voie ferrée Turkestan-Sibérie). La capitale de l'Altaï, Gorno-Altaïsk, avait une population estimée à 53 000 habitants en 2006.

—  Pierre CARRIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALTAÏ  » est également traité dans :

ALTAÏ TOMBES DE L'

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 552 mots

L'expression « tombes de l'Altaï » est un vocable courant pour désigner les tombes à tumulus ou à kourganes du Haut-Altaï, témoins de la culture de Pasyryk du ~  v e au ~  ii e siècle et de celle de Shibe du ~  ii e siècle au ii e  siècle. La culture de Pasyryk est illustrée par le kourgane I de Pasyryk, fouillé en 1929 par M. P. Gryaznov, les kourganes II et III du même site et ceux de Tuekta, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tombes-de-l-altai/#i_43105

GOBI DÉSERT DE

  • Écrit par 
  • Guy S. ALITTO, 
  • Mikhail Platonovich PETROV
  •  • 2 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Géographie physique »  : […] Le Gobi comprend le Gobi-Altaï, le Gobi dzoungare et le Gobi transaltaïque à l'ouest, le Gobi est-mongol dans le centre et l'est, ainsi que le désert d'Alashan dans le sud. Le Gobi-Altaï est délimité par le piémont du Tianshan à l'ouest et les montagnes du Beishan au sud. Il s'élève parfois à plus de 1 500 mètres d'altitude. Sa surface est légèrement ondulée, et forme de vastes couloirs labyrinth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desert-de-gobi/#i_43105

KAZAKHSTAN

  • Écrit par 
  • Isabelle OHAYON, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 8 815 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un pays vaste, écartelé et enclavé »  : […] Au cœur du continent asiatique, le Kazakhstan s'étend sur 2 717 000 kilomètres carrés, superficie qui le classe au huitième rang mondial ; 3 000 kilomètres séparent les rives de la mer Caspienne, à l'ouest, de l'Altaï, à l'est ; 1 600 kilomètres, les montagnes du Tianshan et les oasis du Turkestan, au sud, de la Sibérie méridionale, au nord. Ce territoire a été délimité dans les années 1920 et 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kazakhstan/#i_43105

KOURGANES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Huguette MEUNIER
  •  • 957 mots

vi e  siècle avant notre ère Kourgane de Kelermès (Kouban) découvert en 1903. La célèbre panthère d'or abrite, sous ses pattes et tout au long de sa queue, dix petites panthères roulées en boule. C'est un des motifs récurrents de l'art scythe. v e  siècle avant notre ère Kourgane d'Ouliap (Kouban). L'influence ionienne se marque dans la complexité plus grande des sujets et l'apparition de scènes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kourganes-reperes-chronologiques/#i_43105

OB ou OBI

  • Écrit par 
  • Liliya Konstantinovna MALIK, 
  • Philip P. MICKLIN, 
  • Lewis OWEN
  •  • 2 770 mots

L' Ob (ou Obi) est l'un des plus grands fleuves d'Asie. Il s'écoule à travers la Sibérie occidentale, vers le nord et l'ouest en suivant une diagonale tortueuse depuis sa source, dans les monts Altaï, jusqu'à son estuaire (golfe de l'Ob), par l'intermédiaire duquel il débouche dans l'océan Arctique au niveau de la mer de Kara. Axe de transport majeur, il traverse un territoire situé au cœur de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ob-obi/#i_43105

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Pascal MARCHAND
  •  • 8 550 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Avantages et contraintes de l'immensité »  : […] De Kaliningrad au détroit de Béring, la Russie s'étend sur 10 000 kilomètres ; des îles Severnaïa Zemlia (îles de la Terre du Nord) à la frontière chinoise, sur 3 500 kilomètres. Une telle étendue multiplie les ressources minières, mais de telles distances ne peuvent qu'en contrarier la mise en valeur. À l'ouest, la plate-forme russe alterne vastes dépressions (100 à 200 m d'altitude) et immenses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-geographie/#i_43105

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 138 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Naissance des grands empires »  : […] Dès le viii e  siècle avant J.-C., l'accroissement des troupeaux entraîne une extension du nomadisme et, partant, une nouvelle organisation des tribus. Les chefs élus ont de plus en plus de charges militaires et, peu à peu, leur entourage se constitue en aristocratie distincte du reste de la tribu. À l'opposition extérieure des nomades et des sédentaires s'ajoute donc chez les premiers une opposit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siberie/#i_43105

VARISQUES CHAÎNES ou CHAÎNES HERCYNIENNES

  • Écrit par 
  • Geneviève TERMIER, 
  • Henri TERMIER
  • , Universalis
  •  • 1 289 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Extensions des chaînes varisques hors d'Europe »  : […] On reconnaît une extension vers l'Asie centrale, dans l'Altaï par exemple : ce sont les Altaïdes de Suess, qui se prolongent jusqu'en Chine. Une autre extension se trouve dans le sud des États-Unis, avec la chaîne de Marathon . La suite Marathon-chaîne varisque sensu stricto -Altaïdes correspond à un ensemble orogénique du sud de la Laurentia (l'océan Atlantique ne s'ouvrit que bien plus tard). D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/varisques-chaines-hercyniennes/#i_43105

ZERAVCHAN

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 398 mots

Fleuve de montagne, le Zeravchan prend naissance à 2 600 mètres d'altitude sur le front du glacier de vallée qui porte le même nom dans les montagnes de l'Alaï. Sur les premiers trois cents kilomètres de son cours, le Zeravchan est un torrent de haute montagne coulant au fond de gorges fort étroites que dominent des crêtes s'élevant jusqu'à 5 500 mètres d'altitude. Après avoir traversé le Tadjikis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zeravchan/#i_43105

Pour citer l’article

Pierre CARRIÈRE, « ALTAÏ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/altai/