SÉCRÉTIONS VÉGÉTALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Applications pharmaceutiques et industrielles

Les sécrétions végétales présentent des propriétés aussi diverses que leur nature chimique ; elles ont été utilisées depuis longtemps tant en pharmacie (cf. médicaments, pharmacologie) qu'à des usages industriels.

Parmi les principales sécrétions d'intérêt pharmaceutique, on peut citer la résine des poils sécréteurs des sommités fleuries du chanvre indien, responsable des propriétés stupéfiantes de cette drogue, et les nombreuses essences des poils sécréteurs des Labiées (lavande, mélisse, menthe, romarin, thym). Des cellules sécrétrices riches en résines confèrent à certaines Convolvulacées leur activité purgative (jalap, scammonée). Beaucoup d'espèces de la famille des Malvacées (mauve, guimauve) doivent leur action émolliente et pectorale aux multiples cellules à mucilage qu'elles renferment.

Les poches sécrétrices d'un grand nombre d'Ombellifères (anis vert, fenouil, persil, angélique, carvi, etc.) renferment des essences médicamenteuses. Il en est de même pour l'essence d' Eucalyptus dont les propriétés antiseptiques des voies respiratoires sont couramment utilisées en thérapeutique.

Les latex sont à l'origine de drogues pharmaceutiques de première importance : celui du papayer contient des enzymes employées dans certaines affections gastriques et en dermatologie ; celui du pavot somnifère est certainement la plus connue et la plus importante des sécrétions végétales à utilisation pharmaceutique, puisqu'il constitue, après concentration, l'opium, aux propriétés analgésiques et stupéfiantes.

Malgré les nombreux progrès de la synthèse organique, les multiples essences naturelles (lavande, menthe, mélisse, oranger, citronnier) restent employées en liquoristerie et en parfumerie ; les gommes résines de Boswelia carterii et de Commiphora myrrha fournissent respectivement l'encens et la myrrhe ; l'utilisation du poivre comme épice est due à la présence dans le fruit de nombreuses cellules à essences.

Les enzymes du latex des papayers servent à la préparation des peptones, en tannerie et dans l'industrie textile ; mais ce sont évidemment les latex producteurs de caoutchouc qui présentent le plus d'importance ; de nombreuses espèces sont susceptibles de fournir du caoutchouc, mais l'Hevea brasiliensis demeure la plus utilisée.

Les canaux à résine du pin maritime fournissent à l'industrie la gemme, oléo-résine recueillie à la suite de l'entaille superficielle effectuée selon des méthodes précises dans le parenchyme cortical et le bois du tronc. Les canaux sécréteurs sectionnés par cette opération laissent écouler la gemme ; sa purification donne la térébenthine, dont la distillation procure, d'une part, un résidu, la colophane, qui entre dans la préparation de peintures et de vernis, et, d'autre part, l'essence de térébenthine, employée dans de nombreuses synthèses organiques (camphre, Celluloïd, etc.) ; cette essence est également utilisée comme solvant dans les vernis, les peintures et les cirages.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Rose, pélargonium, lavande, orange : appareils sécréteurs

Rose, pélargonium, lavande, orange : appareils sécréteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Lactifères : appareils sécréteurs

Lactifères : appareils sécréteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SÉCRÉTIONS VÉGÉTALES  » est également traité dans :

GOMMES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 509 mots

Produits de sécrétion d'origine végétale qui se forment à la suite d'une blessure ou d'une altération physiologique de certains végétaux. Le processus de formation des gommes, qui fait intervenir une dégradation ou une lyse de la membrane pecto-cellulosique des cellules, est différent de celui des mucilages. La constitution chimique de ces gommes est cependant voisine, et on ne les rencontre que d […] Lire la suite

LATEX

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

On désigne sous le nom de latex des émulsions aqueuses naturelles d'origine végétale, ayant l'aspect du lait. Elles sont caractéristiques d'un certain nombre de familles possédant des formations sécrétrices spéciales, les canaux laticifères. Certains latex ont un intérêt pharmacologique ou industriel. Les composées liguliflores (pissenlit, laitue) laissent s'écouler un latex blanc lorsqu'on sectio […] Lire la suite

MUSC

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 236 mots
  •  • 1 média

Produit de composition chimique complexe sécrété par un organe situé entre l'ombilic et les organes génitaux du chevrotain porte-musc, Moschus moschiferus  L. À l'état frais, le musc a la consistance du miel et une couleur rouge-brun. En séchant, il forme une masse dure, granuleuse, brun noirâtre, d'odeur très forte, plutôt agréable en très petite quantité, très pénétrante et caractéristique. D'or […] Lire la suite

OLÉORÉSINES

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 686 mots

Mélanges variés d'essences (ou huiles essentielles) et de résines, de consistance molle ou semi-liquide, partiellement volatils et entraînables par la vapeur d'eau. Leur constitution, très variable, correspond à celle des essences et des résines. On y trouve notamment des alcools, des acides et des aldéhydes aromatiques, des esters et de nombreuses substances terpéniques. Il faut y rattacher les b […] Lire la suite

RÉSINES NATURELLES

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 538 mots
  •  • 3 médias

Produits de sécrétions végétales, complexes, souvent formés dans un appareil sécréteur. Les résines naturelles sont amorphes ; dures à température ordinaire, elles se ramollissent à la chaleur ; insolubles dans l'eau, elles sont solubles dans l'alcool, plus ou moins solubles dans l'éther et le chloroforme. Les résines proprement dites sont constituées d'alcools aromatiques souvent phénoliques, d'a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe BOUCHET, Jean-Charles MESTRE, « SÉCRÉTIONS VÉGÉTALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/secretions-vegetales/