PIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pommes de pin

Pommes de pin
Crédits : Michael Orton, Getty Images

photographie

Pin sylvestre

Pin sylvestre
Crédits : M. Wetterauw/ Shutterstock

photographie


Les emplois médicinaux des pins (genre Pinus L.) sont très nombreux : les bourgeons floraux, la résine purifiée, ou térébenthine vraie, et le produit de sa distillation, l'essence de térébenthine, le goudron extrait du bois par combustion lente ou distillation sont susceptibles d'usage médical. Une longue tradition explique que les pins gardent une solide réputation d'arbres bénéfiques : Hippocrate employait leur résine dans la pneumonie ; Dioscoride conseillait la décoction vineuse des pommes de pin dans « la toux invétérée aux phtisiques et à ceux qui ont les poumons ulcérés », celle des feuilles dans les maladies du foie.

Pommes de pin

Pommes de pin

photographie

Pommes de pin (Pinus ponderosa). 

Crédits : Michael Orton, Getty Images

Afficher

La térébenthine et son essence sont de puissants modificateurs des sécrétions trachéo-bronchiques par leur action fluidifiante, expectorante et antiseptique, qui est efficace dans le catarrhe chronique des bronches, la broncho-pneumonie, la pleurésie, certains types d'asthme, la gangrène pulmonaire. Prescrites aussi dans la phtisie, les térébenthines s'indiquent encore dans les affections des voies urinaires (sans inflammation ni lésion du rein) : cystite, pyélite, urétrite, blennorragie, colibacillose. L'essence inhibe ou détruit un certain nombre de bactéries pathogènes. On leur reconnaît aussi une action sur le système nerveux, d'où leur indication dans les névralgies, la sciatique en particulier. Hémostatiques, elles peuvent rendre service dans l'hémoptysie, la métrorragie, certaines hématuries, les épistaxis prolongées. L'usage interne de la térébenthine et de son essence doit être attentif : risques, à doses excessives, d'irritations gastro-intestinales et urinaires, de troubles nerveux graves. On prescrit surtout, de nos jours, une « essence hydrosoluble » sans effets irritants (sous surveillance médicale).

L'essence de térébenthine est l'antidote du phosphore. Elle est incompatible avec l'iode et ses dérivés, avec tous les agents oxydants et les acides minéraux.

L'usage externe est plus populaire que l'usage interne, mais des précautions sont aussi de règle. [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PIN  » est également traité dans :

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 221 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques de la forêt française  »  : […] xixe siècle avec les grands reboisements de pins (sylvestre et maritime) et d'épicéa. Le douglas, essence exotique provenant de la côte ouest de l'Amérique du Nord, a été introduit en France à la fin du xixe siècle. Cette essence, productive et bien acclimatée, donne de remarquables […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-la-foret-un-milieu-naturel-riche-et-diversifie/#i_4368

MÉDITERRANÉENNE AIRE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Henri GAUSSEN, 
  • Hervé HARANT
  • , Universalis
  •  • 8 278 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les types de végétation »  : […] ), chêne-liège (Q. suber) forment rarement des massifs imposants. Les pins, plus grands, évoquent mieux l'idée de forêt ; le pin d'Alep, le pin Brutia en Orient sont les vrais méditerranéens ; divers types de laricios et de pins noirs, déjà plus montagnards, bénéficiant d'une humidité plus grande, les sapins dits « méditerranéens » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aire-mediterraneenne/#i_4368

OLÉORÉSINES

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 686 mots

Mélanges variés d'essences (ou huiles essentielles) et de résines, de consistance molle ou semi-liquide, partiellement volatils et entraînables par la vapeur d'eau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oleoresines/#i_4368

PINALES

  • Écrit par 
  • Jean LEPOUSÉ
  •  • 1 986 mots
  •  • 3 médias

Les Pinales constituent un ordre de Gymnospermes appartenant au sous-embranchement des Conifères ; elles ne comprennent qu'une seule famille, les Pinacées, appelées aussi Abiétacées, et groupent dix genres vivants dont certains sont très familiers : sapin, pin, épicéa, mélèze ou cèdre. Ces arbres à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pinales/#i_4368

RÉSINEUX FORÊTS DE

  • Écrit par 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 2 117 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les forêts résineuses secondaires ou anthropiques »  : […] Le pouvoir colonisateur des résineux, et surtout des pins, se manifeste particulièrement dans les zones tempérées chaudes. Là, de vastes espaces à climax « feuillu » ont été conquis par les Conifères à la suite de la destruction par l'homme de la forêt primitive. Ainsi, dans une partie importante de la France méditerranéenne, sur les « ruines » de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-de-resineux/#i_4368

Pour citer l’article

Pierre LIEUTAGHI, « PIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pin/