PIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les emplois médicinaux des pins (genre Pinus L.) sont très nombreux : les bourgeons floraux, la résine purifiée, ou térébenthine vraie, et le produit de sa distillation, l'essence de térébenthine, le goudron extrait du bois par combustion lente ou distillation sont susceptibles d'usage médical. Une longue tradition explique que les pins gardent une solide réputation d'arbres bénéfiques : Hippocrate employait leur résine dans la pneumonie ; Dioscoride conseillait la décoction vineuse des pommes de pin dans « la toux invétérée aux phtisiques et à ceux qui ont les poumons ulcérés », celle des feuilles dans les maladies du foie.

Pommes de pin

Photographie : Pommes de pin

Pommes de pin (Pinus ponderosa). 

Crédits : Michael Orton/ Stone/ Getty Images

Afficher

La térébenthine et son essence sont de puissants modificateurs des sécrétions trachéo-bronchiques par leur action fluidifiante, expectorante et antiseptique, qui est efficace dans le catarrhe chronique des bronches, la broncho-pneumonie, la pleurésie, certains types d'asthme, la gangrène pulmonaire. Prescrites aussi dans la phtisie, les térébenthines s'indiquent encore dans les affections des voies urinaires (sans inflammation ni lésion du rein) : cystite, pyélite, urétrite, blennorragie, colibacillose. L'essence inhibe ou détruit un certain nombre de bactéries pathogènes. On leur reconnaît aussi une action sur le système nerveux, d'où leur indication dans les névralgies, la sciatique en particulier. Hémostatiques, elles peuvent rendre service dans l'hémoptysie, la métrorragie, certaines hématuries, les épistaxis prolongées. L'usage interne de la térébenthine et de son essence doit être attentif : risques, à doses excessives, d'irritations gastro-intestinales et urinaires, de troubles nerveux graves. On prescrit surtout, de nos jours, une « essence hydrosoluble » sans effets irritants (sous surveillance médicale).

L'essence de térébenthine est l'antidote du phosphore. Elle est incompatible avec l'iode et ses dérivés, avec tous les agents oxydants et les acides minéraux.

L'usage externe est plus populaire que l'usage interne, mais des précautions sont aussi de règle. La peau absorbe très facilement l'essence, d'où des risques d'intoxication. Il y a parfois une forte réaction allergique. À titre de sédatif, elle entre dans les baumes destinés à combattre la sciatique, les névralgies et les rhumatismes (essence mêlée à trois ou quatre fois son volume d'huile ; en frictions). L'application d'essence pure en cataplasmes révulsifs est à déconseiller. L'essence hydrosoluble, en injection sous-cutanée, produit des abcès de fixation, dérivatifs dans certaines infections et intoxications. La térébenthine entre dans de nombreux onguents antiseptiques et parasiticides.

Le goudron (dit « goudron végétal ») est un bon balsamique, succédané en usage interne de la térébenthine (catarrhes pulmonaires et vésicaux, hémorragies). Sa macération dans l'eau donne « l'eau de goudron », autrefois réputée comme tonique de l'appareil digestif, diurétique, dépuratif, anticatarrhal. En usage externe, il s'emploie contre certaines dermatoses (sous surveillance médicale).

Les bourgeons ont les propriétés de la térébenthine sans en avoir les inconvénients aux doses médicinales (à proscrire cependant chez les jeunes enfants). Récoltés surtout sur les pins sylvestres, en mars ou avril, ils permettent de préparer une infusion (de 20 à 30 g/l ; infuser deux heures ; 0,5 l par jour en trois ou quatre prises) qui a des usages variés : catarrhes chroniques des voies respiratoires et urinaires, lithiase biliaire, rhumatismes, grippe. En usage externe, elle s'applique en lotions sur les dermatoses (érysipèle), les plaies, les ulcères ; en injections dans la leucorrhée et la blennorragie.

Pin sylvestre

Photographie : Pin sylvestre

Sensibilité des végétaux à leur environnement: ce pin sylvestre a été déformé par les vents dominants du lieu où il pousse. Il adopterait une autre forme dans d'autres conditions: sa forme générale n'est pas déterminée génétiquement. 

Crédits : M. Wetterauw/ Shutterstock

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Pommes de pin

Pommes de pin
Crédits : Michael Orton/ Stone/ Getty Images

photographie

Pin sylvestre

Pin sylvestre
Crédits : M. Wetterauw/ Shutterstock

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PIN  » est également traité dans :

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 223 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques de la forêt française  »  : […] Avec ses 15,5 millions d'hectares, la forêt française est inégalement répartie sur le territoire. On observe : – une forte concentration à l'est d'une diagonale nord-est/sud-ouest (Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté, Nouvelle-Aquitaine et Provence-Alpes-Côte d'Azur), avec un taux de boisement de plus de 30 p. 100 ; – une faible densité à l'ouest, avec moins de 10 p. 100 de taux de boisement. Les L […] Lire la suite

MÉDITERRANÉENNE AIRE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Henri GAUSSEN, 
  • Hervé HARANT
  • , Universalis
  •  • 8 279 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les types de végétation »  : […] Les types actuels de végétation sont en grande partie le résultat de l'action humaine. À la forêt primaire ont succédé garrigues et maquis qui se couvrent de fleurs au printemps. Les forêts diffèrent beaucoup des forêts tempérées. Les arbres dits mésogéens : olivier , laurier, filaires ( Phillyrea ), alaternes ( Rhamnus alaternus ), chêne vert ( Quercus ilex ), chêne-liège ( Q. suber ) forment ra […] Lire la suite

OLÉORÉSINES

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 686 mots

Mélanges variés d'essences (ou huiles essentielles) et de résines, de consistance molle ou semi-liquide, partiellement volatils et entraînables par la vapeur d'eau. Leur constitution, très variable, correspond à celle des essences et des résines. On y trouve notamment des alcools, des acides et des aldéhydes aromatiques, des esters et de nombreuses substances terpéniques. Il faut y rattacher les b […] Lire la suite

PINALES

  • Écrit par 
  • Jean LEPOUSÉ
  •  • 1 987 mots
  •  • 3 médias

Les Pinales constituent un ordre de Gymnospermes appartenant au sous-embranchement des Conifères ; elles ne comprennent qu'une seule famille, les Pinacées, appelées aussi Abiétacées, et groupent dix genres vivants dont certains sont très familiers : sapin, pin, épicéa, mélèze ou cèdre. Ces arbres à feuillage persistant – sauf chez les mélèzes ( Larix et Pseudolarix ) – peuvent atteindre une grand […] Lire la suite

RÉSINEUX FORÊTS DE

  • Écrit par 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 2 117 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les forêts résineuses secondaires ou anthropiques »  : […] Le pouvoir colonisateur des résineux, et surtout des pins, se manifeste particulièrement dans les zones tempérées chaudes. Là, de vastes espaces à climax « feuillu » ont été conquis par les Conifères à la suite de la destruction par l'homme de la forêt primitive. Ainsi, dans une partie importante de la France méditerranéenne, sur les « ruines » de la chênaie d'yeuses a pris pied une garrigue à ci […] Lire la suite

Les derniers événements

13 septembre 2017 Canada. Présentation du nouveau drapeau de la ville de Montréal.

pin blanc, arbre indigène du Canada, qui représente les peuples autochtones. Denis Coderre indique également son intention de débaptiser la rue Amherst qui porte le nom d’un officier britannique de l’époque de la conquête, qui avait ordonné la propagation de la variole chez les autochtones en vue de les exterminer. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LIEUTAGHI, « PIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pin/