CONCLAVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme du latin médiéval (conclave, chambre fermée à clé), qui désigne le lieu où les cardinaux sont enfermés, au sens propre du mot, pour procéder à l'élection du pape et qui, par extension, s'applique à l'assemblée qu'ils constituent. Une telle coutume s'instaura durant le xiiie siècle autant pour soustraire le corps électoral aux manipulations éventuelles des pouvoirs politiques que pour le contraindre à faire son choix dans des délais raisonnables. Les péripéties de l'élection de Grégoire X en soulignèrent la nécessité et le bienfait : elle demanda plus de deux ans et demi de délibérations, qui aboutirent seulement quand, sur le conseil de saint Bonaventure, le podestat de Viterbe eut fait murer les électeurs dans le palais épiscopal, dont on enleva le toit, les réduisant en même temps au pain et à l'eau.

Devenu pape, Grégoire X promulgua, au IIe concile de Lyon (1274), la constitution rendant obligatoire une telle clôture à l'intérieur de laquelle personne ne devait pénétrer — ni faire entrer quoi que ce soit — sous peine d'excommunication. Les plus importants remaniements de cette constitution, assortie de précisions de plus en plus minutieuses, ont été l'œuvre de Grégoire XV (1621 et 1622) et de Pie X (1904) les derniers étant dus à Jean XXIII (1962). Actuellement, les cardinaux doivent entrer en conclave entre le seizième et le dix-neuvième jour suivant la mort du pape : ils peuvent exercer leur devoir électoral selon trois modes, soit par inspiration, c'est-à-dire par un accord verbal, spontané et unanime ; soit par compromis, le conclave désignant trois, cinq, sept cardinaux pour voter à sa place ; soit enfin par scrutin secret uninominal, ce qui est le mode ordinaire d'élection. On vote deux fois le matin, et deux fois l'après-midi. Depuis Jean XXIII, les bulletins ne sont plus brûlés mais conservés dans les archives. Selon le droit, tout catholique de sexe masculin, pubère, est éligible, s'il a une foi droite et s'il est exempt de maladie mentale.

Le dernier pape qui ait été élu autrement que par le collège des cardinaux fut Urbain VI, en 1378.

—  Hervé LEGRAND

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CONCLAVE  » est également traité dans :

GRÉGOIRE X, TEBALDO VISCONTI (1210-1276) pape (1271-1276)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 273 mots

Tebaldo Visconti est né vers 1210 à Plaisance en Lombardie. En 1270, Tebaldo Visconti se joint à la croisade du futur roi Édouard I er d'Angleterre. Un an plus tard, à Saint-Jean-d'Acre en Palestine, il apprend qu'il est élu pape. Son élection n'a pu aboutir qu'après que le podestat de Viterbe (États pontificaux) a fait murer les électeurs dans le palais épiscopal le 1 er  septembre 1271. Le no […] Lire la suite

Les derniers événements

2-24 avril 2005 • Vatican • Mort du pape Jean-Paul II et élection de Benoît XVI.

électeurs venus de cinquante-deux pays se réunit en conclave au Vatican afin de choisir le successeur de Jean-Paul II. Le 19, le cardinal allemand Joseph Ratzinger, ancien archevêque de Munich et préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, est élu au quatrième tour de scrutin, au terme d'un [...] Lire la suite

17-19 mars 1993 • Zaïre • Aggravation de la crise entre le président Mobutu et les instances de transition.

Le 17, le « conclave » politique réuni depuis le 9 par le président Mobutu pour résoudre la crise des institutions transitoires nomme au poste de Premier ministre Faustin Birindwa, un transfuge de l'opposition, en remplacement d'Étienne Tshisekedi, désigné par la Conférence nationale en août 1992 [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé LEGRAND, « CONCLAVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conclave/