BENOÎT XIII, PEDRO MARTÍNEZ DE LUNA (1324-1423) antipape (1394-1423)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De famille noble, Pedro Martínez de Luna naît à Ilueca, dans le royaume d'Anger, en 1324. Il a enseigné le droit canonique à l’université de Montpellier avant d’être nommé cardinal, en 1375. En 1378, il participe à la formation du Grand Schisme d’Occident qui divisera l’Église catholique romaine jusqu’en 1417 en raison de rivalités nationales autour du trône papal. Il est de fait l’un des électeurs du prélat français Robert de Genève, qui prend le nom de Clément VII (1378-1394), pour s’opposer au pape italien Urbain VI (1378-1389). Pedro Martínez de Luna fait allégeance à Clément VII, et lui succède sous le nom de Benoît XIII lorsqu’il meurt en 1394. Les cardinaux partisans d’Avignon l’élisent, étant implicitement entendu qu’il acceptera la voie de la cession – démission des deux papes – si cela peut mettre fin à la division de l’Église. Lorsque les princes français qui l’ont soutenu lui demanderont d’abdiquer, Benoît XIII s’y refusera pourtant. Dix-huit de ses vingt-trois cardinaux se détournent de lui, et le palais des papes est assiégé par les Français en 1398. En 1403, Benoît XIII fuit le siège pontifical et se réfugie en Provence avec ses cardinaux. Largement soutenu par le duc Louis Ier d’Orléans, il regagne l’allégeance du royaume de France. En 1407, il entame des négociations avec le pape romain régnant Grégoire XII (1406-1415), qui se révèlent infructueuses. En 1408, les Français se déclarent neutres dans le conflit. En juin 1409, le concile de Pise, sommé par le collège cardinalice des deux camps de mettre fin à cette division, dépose à la fois les deux papes et élit Alexandre V (1409-1410). Fort du soutien de plusieurs États, Benoît XIII refuse de se soumettre et doit en conséquence se retirer en 1415 dans son château de Peñíscola, dans le royaume de Valence. Le 26 juillet 1417, le concile de Constance prononce sa déposition. Benoît XIII perd alors toutes ses allégeances à l’exception de l’Armagnac et de l’Écosse. Ayant toujours refusé la légitimité de trois papes de Rome successifs (Boniface IX, Innocent VII et Grégoire XII) ainsi que des deux antipapes issus du concile de Pise (Alexandre V et Jean XXIII), Benoît XIII refuse encore de reconnaître le pape Martin V, élu en novembre 1417 pour mettre fin au schisme. Jusqu’à sa mort à Peñiscola en 1423, Benoît continuera de prétendre être le pape légitime, et nomme encore quatre cardinaux en novembre 1422.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BENOÎT XIII, PEDRO MARTÍNEZ DE LUNA (1324-1423) antipape (1394-1423)  » est également traité dans :

AVIGNON PAPES D'

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 943 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les papes du Grand Schisme en Avignon (1379-1403) »  : […] Sous la pression d'une émeute du peuple romain réclamant « un pape romain ou au moins un pape italien », les cardinaux élirent unanimement un Italien, Urbain VI, pour succéder à Grégoire XI. Cette élection fut-elle libre ? Les historiens en discutent encore ; toujours est-il que, cinq mois après, les mêmes électeurs, sauf trois, choisirent un nouveau pape, Clément VII (1378-1394). Bientôt la Chré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/papes-d-avignon/#i_4073

CONCILE DE CONSTANCE

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Pour sortir de la crise une Église qui a trois papes, l'empereur allemand Sigismond impose au pape Jean XXIII de convoquer à Constance un concile qui s'ouvre le 5 novembre 1414. C'est le seizième concile général ou œcuménique. Le vote se fera par « nations », allemande, française, anglaise et italienne, la cinquième voix étant donnée au collège des cardinaux. Évêques et abbés sont minoritaires fac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concile-de-constance/#i_4073

SCHISME D'OCCIDENT (GRAND)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 1 039 mots
  •  • 1 média

C'est en 1378 que surgit dans l'histoire de l'Église ce qu'on appelle le Grand Schisme d'Occident, qui dura près de quarante ans et qui fut consécutif à une double élection pontificale. En 1377, en effet, le pape Grégoire XI avait quitté Avignon, où la papauté était établie depuis les années 1310, et s'était réinstallé à Rome. À sa mort, survenue l'année suivante, on pouvait croire qu'un Français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schisme-d-occident-grand/#i_4073

VINCENT FERRIER saint (1350-1419)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 369 mots

Dominicain espagnol qui eut un rôle religieux important à la période du schisme d'Avignon. Né à Valence (Espagne), Vincent Ferrier commence de brillantes études de philosophie et de théologie dans cette ville ; il entre chez les Frères prêcheurs en 1370 et est ordonné en 1378. Il obtient le doctorat en théologie à Lérida. Enseignement, prédication, politique seront les trois grandes activités de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vincent-ferrier/#i_4073

Pour citer l’article

« BENOÎT XIII, PEDRO MARTÍNEZ DE LUNA (1324-1423) - antipape (1394-1423) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedro-martinez-de-benoit-xiii/