Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FALACHAS

Nombreuses sont les singularités prêtées aux Falachas, une population entourée de mystère quant à son appellation, son identification, ses croyances et son origine. Eux-mêmes refusent le nom, courant, de Falacha qu'ils ont reçu en Éthiopie de leurs voisins, en raison de sa connotation péjorative : la racine du mot falacha, d'après l'ancienne langue guèze, porte le sens d'« émigré, exilé, séparé ». La dénomination Betä Esra'el, « la maison d'Israël », tirée des anciennes chroniques éthiopiennes et simplifiée en Beta Israel, est mieux acceptée par ce peuple que l'autre terme, à connotation géographique, par lequel on les désigne : Juifs éthiopiens ou, plus anciennement, Juifs d'Abyssinie.

Immigration en Israël

Jadis, ils étaient en Éthiopie entre 40 000 et 60 000 personnes (ces chiffres restent néanmoins sujets à caution), réparties en groupes importants dans les régions du Tigré, du Wollo, de Gondar et du Lasta, sur la haute montagne au bord du lac Tana. Aujourd'hui, l'appartenance des actuels Falachas à la religion juive ne prête plus à discussion, contrairement au judaïsme de leur ancêtres. Ils sont les seuls juifs parmi les Noirs et les seuls Noirs parmi les juifs. À maintes reprises, ils ont tenté le voyage vers la Terre promise. Entre 1965, date d'arrivée du premier d'entre eux, et 1975, à peine 250 Falachas ont émigré en Israël ; en 1984, ils étaient 7 000 ; à la fin de 1984 commence l'époque héroïque : 10 000 Falachas entreprennent une longue marche à pied de l'Éthiopie au Soudan pour se rendre en Israël grâce à un imposant pont aérien entre le Soudan et Israël organisé par les autorités israéliennes. Après cette opération Moïse et son corollaire, l'opération Sheba, menée par la C.I.A., 6 000 Falachas arrivent encore en Israël. Enfin, en mai 1991, c'est le début de la grande opération Salomon, réalisée en accord avec le nouveau pouvoir éthiopien : les 14 000 Falachas massés autour de l'ambassade israélienne à Addis-Abeba iront en Israël. Avec les quelque 3 000 victimes laissées en chemin, l'exode des Falachas frise l'épopée, et touche le grand public.

Pourtant, les Falachas ont intéressé les scientifiques après leur « découverte » par l'érudit écossais James Bruce au cours d'un voyage en Éthiopie en 1770. Articles, recherches et récits de voyage, par centaines, passionnent historiens, ethnologues et prédicateurs des cercles protestants, catholiques ou rabbiniques. Ce sont les milieux juifs qui, à partir de la fin du xixe siècle, ont approché le mieux cette population et lentement l'ont amenée vers les rites judaïques dominants. Les études nouvelles ont affiné nos connaissances et les ont enrichies de l'histoire des 55 000 Juifs israéliens d'origine éthiopienne. Les Enfants de la reine de Saba, écrit par Daniel Friedmann en collaboration avec Ulysses Santamaria, éclaire les difficultés des Falachas pendant le transfert et les résistances rencontrées à leur arrivée en Israël. Leur adaptation constitue l'essentiel du livre : pendant des années, les Beta Israel ont été « ghettoïsés » dans des cités de caravanes ou dans des hôtels.

Falachas fêtant le Sigd

Falachas fêtant le Sigd

L'intégration, ou absorption en langage anglo-israélien, se fait au ralenti. Les obstacles sont dus à des facteurs sur lesquels les institutions n'ont qu'une influence limitée. Les mentalités des immigrés et des Israéliens sont en cause, car la présence des Beta Israel a remis en question l'identité des Juifs israéliens, plus que l'immigration de 500 000 Juifs russes. La non-reconnaissance des qésotch, « prêtres » falachas, le refus de la culture éthiopienne à l'école, la réclusion des femmes en cas d'impureté, la pratique de l'excision, la rigidité des règles du sabbat, les rites[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chercheur-professeur au département d'études politiques de l'université de Catane, Italie

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

    • Écrit par Roland POURTIER
    • 21 496 mots
    • 29 médias
    ...du Nord ont gagné la France dans le flux de retour des pieds-noirs (années 1960) ou se sont installés en Israël. De même, il ne reste que très peu de Falachas, communauté de juifs noirs aux origines obscures qui vivaient en Éthiopie dans la région de Gondar : ils ont été transférés en Israël...

Voir aussi