SAMARCANDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre Arabes et Mongols (712-1220)

C'est une ville prospère que le général omeyyade Qutayba ibn Muslim assiège en 712, et l'opulence qu'il découvre lorsqu'il entre dans la ville l'amène à violer les termes de la reddition qui avait été négociée ; il brûle les idoles, pille les temples, expulse la population. Les nobles se replient vers Pendjikent où ils préservent leur autonomie et leur richesse pendant une vingtaine d'années, après quoi les maîtres arabes de Samarcande détruisent définitivement ce refuge. Ce sort brutal nous vaut la conservation d'un trésor unique de peintures murales, qui n'ont peut-être pas toutes la séduction de la « fresque » des Ambassadeurs à Samarcande, mais dépeignent la vie, les plaisirs, les croyances de cette aristocratie guerrière et marchande ; les fables dites d'Ésope et les combats épiques (presque trois siècles avant le Livre des rois), les divinités hindoues ou zoroastriennes témoignent du foisonnement culturel de Samarcande préislamique.

La grande mosquée se dresse sans doute à l'emplacement du temple zoroastrien, mais les vestiges de celui-ci n'ont pu encore être retrouvés. En revanche, les restes très spectaculaires d'un grand palais du viiie siècle, laissé inachevé ont pu être attribués avec vraisemblance à l'instigateur de la révolte (vers 746-749) qui permit aux 'Abbassides de supplanter les Omeyyades sur le trône califal (750). Trop puissant, Abū Muslim fut exécuté dès 755.

Samarcande est quelque peu éclipsée, à l'heure de la renaissance iranienne (ixe siècle), par Boukhara où brille la dynastie des Samanides (875-999). Mais elle retrouve une place privilégiée sous la dynastie qui marque l'arrivée au pouvoir des Turcs en Asie centrale, les Qarakhanides, bientôt vassaux d'autres Turcs, les Seldjoukides, eux-mêmes évincés par les gouverneurs de leur province du Khorezm... Le palais attribué à Abū Muslim a livré en 1998 d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Gengis khan à Boukhara

Gengis khan à Boukhara
Crédits : W. Forman/ AKG

photographie

Le Registan, Samarkand

Le Registan, Samarkand
Crédits : Bridgeman Images

photographie





Écrit par :

  • : professeur des Universités, université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  SAMARCANDE  » est également traité dans :

ANKARA BATAILLE D' (20 juill.1402)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 205 mots

La victoire de Tamerlan à Ankara (Anatolie) en 1402 sur les Ottomans, dont le sultan Bayézid I er est capturé lors du combat, constitue pour ces derniers un coup d'arrêt temporaire dans leur expansion, offrant par là même un répit d'un demi-siècle aux restes de l'Empire byzantin. Mais, surtout, cette bataille marque l'apogée de la puissance de Tamerlan (1336-1405). Roi musulman de Transoxiane dep […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 017 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'art des Il-Khanides et des Timourides (1258-fin du XVe s.) »  : […] L'invasion mongole (chute de Bagdad en 1258) signifia d'abord un arrêt de l'activité artistique, ou tout du moins leur ralentissement brutal, et la célèbre « pax mongolica » vantée par les admirateurs du régime a été comparée par d'autres chercheurs à la paix des cimetières. Cependant, dès avant la fin du xiii e  siècle, des chantiers de construction, des ateliers de potiers et de dinandiers et de […] Lire la suite

KĀSHĪ ou KACHI GHIYĀTH AL-DĪN JAMSHĪD MAS‘ŪD AL- (mort en 1429)

  • Écrit par 
  • Yvonne DOLD-SAMPLONIUS, 
  • Universalis
  •  • 776 mots

Mathématicien et astronome persan, né vers 1380 à Kāshān (Perse, auj. Iran), mort le 22 juin 1429 à Samarcande (Ouzbékistan). Le premier événement connu de la vie de Ghiyāth al-Dīn Jamshīd Masūd al-Kāshī est l'observation d'une éclipse de lune le 2 juin 1406 à Kāshān. Son plus ancien ouvrage qui nous soit parvenu est Sullam al-samâ’ (1407, « la Voie du Paradis »), traité d'astronomie dédié à un v […] Lire la suite

OUZBÉKISTAN

  • Écrit par 
  • Edward ALLWORTH, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Julien THOREZ, 
  • Anne TOURNEVILLE
  • , Universalis
  •  • 7 650 mots

Dans le chapitre « Les premiers Ouzbeks »  : […] Dans la seconde partie du xv e et au début du xvi e  siècle, une grande vague d'immigration, qui modifia substantiellement la démographie régionale, introduisit l'ethnonyme « Ouzbek » au cœur de ce territoire. Les tribus turco-mongoles qui se désignaient ainsi venaient du nord-ouest de la Sibérie, où elles adoptèrent probablement ce nom par admiration pour le chef musulman de la Horde d'or, Özbe […] Lire la suite

TAMERLAN, TIMOUR ou TIMŪR LENG dit (1336-1405)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 1 144 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les triomphes militaires »  : […] De 1370 à 1405, Tamerlan a conduit dans toutes les directions d'incessantes expéditions : vers l'est, de 1370 à 1380, elles ont abouti à la conquête du Khwarezm ; d'autres, menées entre 1370 et 1392 vers le Turkestan oriental et la Haute-Asie, ont eu pour conséquence la destruction de la domination mongole dans ces régions au moment où la dynastie Ming l'anéantit également en Chine ; une autre ex […] Lire la suite

ZERAVCHAN

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 398 mots

Fleuve de montagne, le Zeravchan prend naissance à 2 600 mètres d'altitude sur le front du glacier de vallée qui porte le même nom dans les montagnes de l'Alaï. Sur les premiers trois cents kilomètres de son cours, le Zeravchan est un torrent de haute montagne coulant au fond de gorges fort étroites que dominent des crêtes s'élevant jusqu'à 5 500 mètres d'altitude. Après avoir traversé le Tadjikis […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CHUVIN, « SAMARCANDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/samarcande/