SAMARCANDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Timour et l'apogée de Samarcande (1220-1501)

Après 1220, pendant un siècle, Samarcande eut des souverains mongols non musulmans qui, au début tout au moins, protégèrent les chrétiens (nestoriens), comme le père et l'oncle de Marco Polo, en 1262-1269, purent le noter. En 1333-1335, c'est au tour d'un autre grand voyageur, Ibn Battuta de Tanger, de découvrir la cité légendaire et de décrire le sanctuaire de Qutham.

Samarcande n'avait donc pas attendu d'être l'élue de Tamerlan, l'émir Timour, pour renaître de ses cendres. Timour semble avoir été tenté de privilégier Shahr-i Sabz, berceau de sa famille, où il fit bâtir deux édifices gigantesques, le Palais blanc (Āq Sarāy) et ce qui devait être un sépulcre dynastique. Mais c'est Samarcande, mieux située, qui fut sa capitale à partir de 1370, jusqu'à sa mort au début de 1405, et il laissa une ville transfigurée par l'ampleur et l'audace de son projet. Le dernier tiers du xive siècle marque pour cette nouvelle Samarcande le début d'une période de splendeur qui se prolongea près d'un siècle sous les Timourides.

Timour modela une ville à partir d'un faubourg qu'il avait tout loisir de bouleverser. Or, comme pour les autres princes turco-mongols, sa capitale se confondait avec le camp mobile de l'armée. En établissant une citadelle au cœur de sa cité d'élection, Timour semblait déroger à cette règle. Mais le Kök Sarāy ou Palais bleu qu'il construisit dans la citadelle était un lieu d'intronisation, un dépôt et une prison, non une résidence. À Samarcande aussi, Timour s'installait aux marges de la ville, dans ses multiples jardins ou dans de somptueuses fondations funéraires.

C'est ainsi qu'à Samarcande, camp militaire et ville traditionnelle se juxtaposent et s'assemblent : citadelle avec son palais, enceinte, grande mosquée près d'une porte et du bazar, d'une part ; de l'autre, mausolées aux multiples dépendances, jardins où la cour réside sous des tentes et de légers pavillons, immenses parcs enclos, esplanades pour les exercices équestres... Ces splendeurs nous sont connues par les miniatures et la description de l'ambassadeur castillan Clavijo, reçu par Tamerlan à l'automne 1404. Une partie des mausolées a disparu, la citadelle avec son palais qui avait dû être fort remanié a été progressivement détruite au cours de l'occupation russe (à partir de 1868) puis par l'urbanisme soviétique, la Grande Mosquée était en ruines, il ne reste du bazar qu'une partie du plan et l'animation, les couleurs et les odeurs, éphémères et permanentes – l'essentiel peut-être. Tout cela n'est pas dû uniquement à la négligence des pouvoirs et au déclin de la ville, mais aussi à la hâte de la construction en briques abondamment revêtues de céramique, qui ne laissait guère de temps à la recherche de la solidité.

La Grande Mosquée était située en vis-à-vis de la fondation funéraire de la principale épouse de Timour : l'ensemble avait beaucoup plus d'ampleur qu'il n'y paraît aujourd'hui. La mosquée où l'on entrait par l'est comprenait, autour d'une vaste cour, des galeries latérales sud et nord à quatre nefs et, à l'ouest, une salle de prière transversale, à neuf nefs. Le tout rythmé par 480 colonnes, d'énormes coupoles, des porches jaillissant bien plus haut que les murs de l'édifice et des minarets ; et recouvert de calligraphies parfois entrelacées de motifs floraux ; un décor de céramiques turquoise, crème, carmin, contrastait avec l'ocre des briques, les bandeaux de marbre ; avec les jeux du soleil et de l'ombre au creux de ses grands arcs, l'édifice éblouissant était conçu aux dimensions d'un Empire et non d'une seule ville. Très dégradé, victime des tremblements de terre, il a été largement reconstruit depuis l'indépendance de 1991.

L'autre édifice colossal de Samarcande timouride est la fondation pieuse du petit-fils préféré du souverain, Muhammad Sultān ; elle fut achevée par le grand-père du jeune homme après la mort de celui-ci en 1402, à la mesure de l'affection qu'il lui portait et, pour des raisons en partie fortuites, elle abrite aussi Timour lui-même, d'où son nom de Gur-i Amir (« tombeau de l'Émir »).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Gengis khan à Boukhara

Gengis khan à Boukhara
Crédits : W. Forman/ AKG

photographie

Le Registan, Samarkand

Le Registan, Samarkand
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  SAMARCANDE  » est également traité dans :

ANKARA BATAILLE D' (20 juill.1402)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 205 mots

La victoire de Tamerlan à Ankara (Anatolie) en 1402 sur les Ottomans, dont le sultan Bayézid I er est capturé lors du combat, constitue pour ces derniers un coup d'arrêt temporaire dans leur expansion, offrant par là même un répit d'un demi-siècle aux restes de l'Empire byzantin. Mais, surtout, cette bataille marque l'apogée de la puissance de Tamerlan (1336-1405). Roi musulman de Transoxiane dep […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 022 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'art des Il-Khanides et des Timourides (1258-fin du XVe s.) »  : […] L'invasion mongole (chute de Bagdad en 1258) signifia d'abord un arrêt de l'activité artistique, ou tout du moins leur ralentissement brutal, et la célèbre « pax mongolica » vantée par les admirateurs du régime a été comparée par d'autres chercheurs à la paix des cimetières. Cependant, dès avant la fin du xiii e  siècle, des chantiers de construction, des ateliers de potiers et de dinandiers et de […] Lire la suite

KĀSHĪ ou KACHI GHIYĀTH AL-DĪN JAMSHĪD MAS‘ŪD AL- (mort en 1429)

  • Écrit par 
  • Yvonne DOLD-SAMPLONIUS, 
  • Universalis
  •  • 776 mots

Mathématicien et astronome persan, né vers 1380 à Kāshān (Perse, auj. Iran), mort le 22 juin 1429 à Samarcande (Ouzbékistan). Le premier événement connu de la vie de Ghiyāth al-Dīn Jamshīd Masūd al-Kāshī est l'observation d'une éclipse de lune le 2 juin 1406 à Kāshān. Son plus ancien ouvrage qui nous soit parvenu est Sullam al-samâ’ (1407, « la Voie du Paradis »), traité d'astronomie dédié à un v […] Lire la suite

OUZBÉKISTAN

  • Écrit par 
  • Edward ALLWORTH, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Julien THOREZ, 
  • Anne TOURNEVILLE
  • , Universalis
  •  • 7 650 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les premiers Ouzbeks »  : […] Dans la seconde partie du xv e et au début du xvi e  siècle, une grande vague d'immigration, qui modifia substantiellement la démographie régionale, introduisit l'ethnonyme « Ouzbek » au cœur de ce territoire. Les tribus turco-mongoles qui se désignaient ainsi venaient du nord-ouest de la Sibérie, où elles adoptèrent probablement ce nom par admiration pour le chef musulman de la Horde d'or, Özbe […] Lire la suite

TAMERLAN, TIMOUR ou TIMŪR LENG dit (1336-1405)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 1 145 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les triomphes militaires »  : […] De 1370 à 1405, Tamerlan a conduit dans toutes les directions d'incessantes expéditions : vers l'est, de 1370 à 1380, elles ont abouti à la conquête du Khwarezm ; d'autres, menées entre 1370 et 1392 vers le Turkestan oriental et la Haute-Asie, ont eu pour conséquence la destruction de la domination mongole dans ces régions au moment où la dynastie Ming l'anéantit également en Chine ; une autre ex […] Lire la suite

ZERAVCHAN

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 398 mots

Fleuve de montagne, le Zeravchan prend naissance à 2 600 mètres d'altitude sur le front du glacier de vallée qui porte le même nom dans les montagnes de l'Alaï. Sur les premiers trois cents kilomètres de son cours, le Zeravchan est un torrent de haute montagne coulant au fond de gorges fort étroites que dominent des crêtes s'élevant jusqu'à 5 500 mètres d'altitude. Après avoir traversé le Tadjikis […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CHUVIN, « SAMARCANDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/samarcande/