SAMARCANDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Assoupissements et réveils

Sous les dynasties ouzbèques, issues de tribus nomades vite sédentarisées, qui évincèrent les Timourides, Samarcande fut éclipsée par Boukhara comme capitale politique et religieuse. Elle bénéficia certes de la générosité des souverains, mais les édifices ont souvent été démolis, à quelques exceptions près, dont la plus notable concerne l'esplanade du Registan, réaménagée au xviie siècle. Une madrasa fut d'abord construite « en miroir » en face et un peu plus haut de celle d'Oulough Beg ; c'est la madrasa « aux lions », Shīr Dār (1636), dont le décor animalier du portail rappelle, sans surprise, celui de la madrasa de Nādir Divān Begi à Boukhara (1623) et celui de l'entrée du grand bazar d'Isfahan sur la place Royale organisée par Shāh Abbas Ier (1619). Un troisième édifice ferme la perspective du Registan, c'est la madrasa « Dorée », Tilla Kārī (1646-1660, inachevée), à la cour si paisible, qui servait aussi de Mosquée du Vendredi – une simple comparaison avec les immenses proportions de la Grande Mosquée de Timour, qui avait le même rôle, révèle non seulement la disparition des ambitions politiques, mais le déclin économique et démographique de la ville. Entre 1740 et 1747, les incursions et la domination de Nādir Shāh d'Iran ne font que confirmer la déchéance de Samarcande et le renouveau commercial que connaît l'émirat de Boukhara sous la dynastie Mangït, à partir de la fin du xviiie siècle, ne la touche que secondairement, alors qu'une tendance au morcellement et à l'autonomie régionale se fait jour.

La conquête russe, le 14 mai 1868, en détachant politiquement Samarcande de Boukhara, ne brisa pas l'unité des cultures. C'est à Boukhara qu'étudia le principal réformateur (djadid) de l'enseignement traditionnel à Samarcande au début du xxe siècle, le mufti Mahmud Khodja Behbudi. Samarcande avait reçu du colonisateur un quartier « russe », sur plan rayonnant régulier indifférent aux sinuosités des anciens quartiers ; une cathédrale orthodoxe fut implantée au bout d'une allée pour les parades, des maisons basses et non sans charme bordai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Gengis khan à Boukhara

Gengis khan à Boukhara
Crédits : W. Forman/ AKG

photographie

Le Registan, Samarkand

Le Registan, Samarkand
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  SAMARCANDE  » est également traité dans :

ANKARA BATAILLE D' (20 juill.1402)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 205 mots

La victoire de Tamerlan à Ankara (Anatolie) en 1402 sur les Ottomans, dont le sultan Bayézid I er est capturé lors du combat, constitue pour ces derniers un coup d'arrêt temporaire dans leur expansion, offrant par là même un répit d'un demi-siècle aux restes de l'Empire byzantin. Mais, surtout, cette bataille marque l'apogée de la puissance de Tamerlan (1336-1405). Roi musulman de Transoxiane dep […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 017 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'art des Il-Khanides et des Timourides (1258-fin du XVe s.) »  : […] L'invasion mongole (chute de Bagdad en 1258) signifia d'abord un arrêt de l'activité artistique, ou tout du moins leur ralentissement brutal, et la célèbre « pax mongolica » vantée par les admirateurs du régime a été comparée par d'autres chercheurs à la paix des cimetières. Cependant, dès avant la fin du xiii e  siècle, des chantiers de construction, des ateliers de potiers et de dinandiers et de […] Lire la suite

KĀSHĪ ou KACHI GHIYĀTH AL-DĪN JAMSHĪD MAS‘ŪD AL- (mort en 1429)

  • Écrit par 
  • Yvonne DOLD-SAMPLONIUS, 
  • Universalis
  •  • 776 mots

Mathématicien et astronome persan, né vers 1380 à Kāshān (Perse, auj. Iran), mort le 22 juin 1429 à Samarcande (Ouzbékistan). Le premier événement connu de la vie de Ghiyāth al-Dīn Jamshīd Masūd al-Kāshī est l'observation d'une éclipse de lune le 2 juin 1406 à Kāshān. Son plus ancien ouvrage qui nous soit parvenu est Sullam al-samâ’ (1407, « la Voie du Paradis »), traité d'astronomie dédié à un v […] Lire la suite

OUZBÉKISTAN

  • Écrit par 
  • Edward ALLWORTH, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Julien THOREZ, 
  • Anne TOURNEVILLE
  • , Universalis
  •  • 7 650 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les premiers Ouzbeks »  : […] Dans la seconde partie du xv e et au début du xvi e  siècle, une grande vague d'immigration, qui modifia substantiellement la démographie régionale, introduisit l'ethnonyme « Ouzbek » au cœur de ce territoire. Les tribus turco-mongoles qui se désignaient ainsi venaient du nord-ouest de la Sibérie, où elles adoptèrent probablement ce nom par admiration pour le chef musulman de la Horde d'or, Özbe […] Lire la suite

TAMERLAN, TIMOUR ou TIMŪR LENG dit (1336-1405)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 1 144 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les triomphes militaires »  : […] De 1370 à 1405, Tamerlan a conduit dans toutes les directions d'incessantes expéditions : vers l'est, de 1370 à 1380, elles ont abouti à la conquête du Khwarezm ; d'autres, menées entre 1370 et 1392 vers le Turkestan oriental et la Haute-Asie, ont eu pour conséquence la destruction de la domination mongole dans ces régions au moment où la dynastie Ming l'anéantit également en Chine ; une autre ex […] Lire la suite

ZERAVCHAN

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 398 mots

Fleuve de montagne, le Zeravchan prend naissance à 2 600 mètres d'altitude sur le front du glacier de vallée qui porte le même nom dans les montagnes de l'Alaï. Sur les premiers trois cents kilomètres de son cours, le Zeravchan est un torrent de haute montagne coulant au fond de gorges fort étroites que dominent des crêtes s'élevant jusqu'à 5 500 mètres d'altitude. Après avoir traversé le Tadjikis […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CHUVIN, « SAMARCANDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/samarcande/