Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SALARIAT

L'âge d'or du salariat

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la donne, une nouvelle fois, a changé. Les idées de Keynes tiennent le haut du pavé : le capitalisme a besoin, pour fonctionner, d'une demande forte et régulière, ce qui implique une intervention de l'État. En matière salariale, cela se traduit par une double mutation. D'abord, l'instauration de mécanismes de protection sociale qui aboutissent à la mise en place, en sus des salaires directs, d'une sécurité sociale financée, selon les pays, soit par l'impôt, soit par les entreprises et leurs salariés (cotisations sociales). Dans le premier cas (financement par l'impôt), ces prestations sociales sont ouvertes à tous : c'est le « modèle beveridgien », du nom du ministre britannique William Henry Beveridge qui en a proposé le principe dans un « Rapport » de 1942. Dans le deuxième cas (financement par des cotisations sociales assises sur les revenus du travail), ces prestations sociales sont généralement réservées aux travailleurs qui les financent et à leur famille (« modèle bismarckien », du nom du chancelier allemand qui en fut à l'origine dans les années 1870).

Ensuite, une sorte de norme salariale minimale est fixée, par la loi (c'est le salaire minimum), par le contrat (généralisation des conventions collectives, incitation à la recherche d'accords interprofessionnels, comme ceux qui concernent l'indemnisation du chômage par exemple) ou par la stimulation (rôle pilote des entreprises publiques). Le « modèle fordiste », comme on appelle cette forme de régulation salariale concrétisée par des accords légaux (s'appliquant à tous) ou conventionnels (s'appliquant aux seuls signataires), triomphe désormais. L'ensemble de ces règles, dont une partie transite par des mécanismes de marché et une autre partie par la contrainte légale, aboutit à ce que, dans l'ensemble, la masse salariale évolue à peu près au rythme des gains de productivité. La demande progresse donc à l'allure du changement technique, et le pouvoir d'achat des salariés s'élève sensiblement. Contrairement à ce qui s'était passé durant l'avant-guerre, l'offre n'est donc plus bornée par les débouchés, mais seulement par le rythme du changement technique.

On peut qualifier cette période – 1950-1975 – d'âge d'or du salariat. Certes, cela ne va pas sans quelques inconvénients. En particulier, si les branches à forts gains de productivité peuvent se permettre d'augmenter sensiblement les salaires (et les avantages sociaux) de leur personnel, il n'en va pas de même pour les branches à faibles gains de productivité (la fonction publique, les services marchands aux personnes, etc.). On pourrait, bien sûr, jouer le jeu du marché et accepter des dynamiques salariales très différentes selon les branches, ce qui constituerait aussi une façon d'attirer vers les branches dynamiques une partie de la population active ; mais cela ne se ferait pas sans fortes tensions sociales. Aussi, avec le consentement plus ou moins implicite de l'ensemble des forces économiques, c'est l'alignement vers le haut qui prévaut : les branches à faibles gains de productivité augmentent les salaires autant que les autres, et se rattrapent sur les prix (ou sur les impôts, quand il s'agit de services financés par la fiscalité). L'inflation joue le rôle de régulateur et assure une certaine homogénéité dans la dynamique salariale. La cohésion sociale est ménagée par la soupape de sécurité qu'est la hausse des prix.

La société salariale paraît triompher. Alors que, dans l'histoire sociale, être salarié fut longtemps synonyme d'un statut dégradé, 'ce statut est progressivement devenu, au cours du xxe siècle, une sorte d'émancipation sociale[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conseiller de la rédaction du journal Alternatives économiques

Classification

Pour citer cet article

Denis CLERC. SALARIAT [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Usine Ford - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Usine Ford

États-Unis : la prospérité, 1920-1929 - crédits : The Image Bank

États-Unis : la prospérité, 1920-1929

Autres références

  • L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Joan Violet Robinson - Fiche de lecture

    • Écrit par Jean-Marc DANIEL
    • 1 011 mots
    • 1 média
    À cette présentation du profit comme élément clé de la croissance, elle apporte deux précisions. D'abord, les salariés perturbent le mécanisme économique en demandant une part accrue de la valeur ajoutée. Comme le taux de profit est lié au taux de croissance et donc à des éléments fondamentaux...
  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

    • Écrit par Marcel MAZOYER, Laurence ROUDART
    • 9 998 mots
    • 2 médias
    ...d'acteurs (firmes, groupes coopératifs, fonds d'investissement...) ont mis en place de grandes exploitations. Ces structures sont capitalistes au sens où tout le travail – agricole proprement dit, mais aussi travail de direction, d'encadrement et de gestion – est effectué par des ouvriers et autres employés...
  • ALIÉNATION, sociologie

    • Écrit par Jean-Pierre DURAND
    • 729 mots

    Pour les sociologues, le concept d'aliénation a été forgé par Karl Marx à la suite de ses lectures de Hegel. Lors du rapport salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier ne lui appartient pas puisqu'il a échangé un temps de travail contre un salaire. À la fin de cet échange...

  • AUTOFINANCEMENT

    • Écrit par Geneviève CAUSSE
    • 5 257 mots
    En ce qui concerne les salariés, suivant un raisonnement similaire, on a parfois estimé que l'accroissement des marges ou des profits pouvait être obtenu grâce à la compression des coûts, les coûts du travail en particulier. Inversement, on pensera que les fonds consacrés à l'autofinancement auraient...
  • Afficher les 43 références

Voir aussi