Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SALARIAT

Fissures, fractures et dispersion

Même parcourue de tensions, de conflits et d'inégalités fortes, la société salariale était ainsi une réalité porteuse d'espoirs de changements positifs pour la grande majorité. Ce n'est plus le cas aujourd'hui : la société salariale est en pleine crise. Il s'agit non seulement d'une crise économique, mais aussi d'une crise d'identité, d'une crise morale pourrait-on dire. Le salariat lui-même se transforme, tendant notamment à devenir de plus en plus hétérogène, à l'image de la société tout entière.

Un monde de plus en plus diversifié

Longtemps, le salariat a été essentiellement composé de classes populaires, ouvriers et employés. En 1954 encore, alors qu'on comptabilisait en France 12,9 millions de salariés sur une population de 19,5 millions de personnes en emploi, le nombre des ouvriers (y compris salariés agricoles) et employés (y compris les personnels de service) s'élevait à 10,7 millions, soit 83 p. 100. Être salarié, c'était alors essentiellement occuper une position subalterne. Désormais, le décor a beaucoup changé : le salariat populaire ne représente plus qu'une grosse moitié du salariat (55 p. 100, soit 12,5 millions sur 23 millions). En revanche, les cadres sont passés de 1,6 million à 4 millions, et une nouvelle catégorie socioprofessionnelle, créée en 1982 pour rendre compte de la part croissante des salariés qui se situaient entre les classes populaires et les cadres, les « professions intermédiaires » (infirmières, instituteurs, contremaîtres, métreurs...), en regroupe désormais 6,2 millions alors qu'en 1954 ceux et celles qui exerçaient ce type de profession étaient, selon les cas, classés avec les cadres ou avec les employés.

L'autre grande transformation du salariat est sa féminisation. En 1954, on comptait en France 4 millions de femmes salariées (sur 12,9 millions de salariés, soit 31 p. 100). Dans les années 2010, chez les salariés, on compte presque autant de femmes (11,4 millions) que d'hommes (11,6 millions). Mais, bien qu'elles disposent en moyenne de davantage d'années de formation que les hommes (et sont plus diplômées), leur rémunération demeure nettement moindre, d'abord parce qu'elles travaillent plus fréquemment à temps partiel (31 p. 100, contre 7 p. 100 pour les hommes), ensuite parce qu'elles se heurtent au « plafond de verre » et occupent beaucoup moins fréquemment les niveaux hiérarchiques les plus hauts et, donc, les mieux rémunérés.

Cette diversification du salariat se traduit notamment en termes de revenus professionnels. En bas de la hiérarchie salariale se trouvent les « travailleurs pauvres » et les « bas salaires », deux catégories qui, bien que proches, ne doivent pas être confondues. La notion de travailleur pauvre concerne l'ensemble des personnes en emploi dont le revenu d'activité ne permet pas à leur ménage de disposer d'un niveau de vie supérieur au seuil de pauvreté. Être travailleur pauvre ne dépend donc pas que du revenu d'activité perçu, mais aussi du nombre de personnes dont se compose le ménage et des revenus de ces personnes. En 2010, environ 1,5 million de salariés (environ 6,5 p. 100 des salariés) étaient dans cette situation, en majorité des femmes, car elles occupent davantage que les hommes des emplois à temps partiel (qui se déclinent d'ailleurs souvent au féminin : serveuse, femme de chambre, femme de ménage, caissière) et sont plus souvent que les hommes responsables d'une famille monoparentale, c'est-à-dire d'une famille dans laquelle un seul adulte doit assumer la charge des enfants. Les « bas salaires », en revanche, désignent les salaires nets inférieurs à deux tiers du salaire médian (le niveau de salaire tel qu'une moitié des salariés gagnent davantage et l'autre moitié gagnent moins), soit à peine plus que le S.M.IC.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conseiller de la rédaction du journal Alternatives économiques

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Usine Ford - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Usine Ford

États-Unis : la prospérité, 1920-1929 - crédits : The Image Bank

États-Unis : la prospérité, 1920-1929

Autres références

  • L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Joan Violet Robinson - Fiche de lecture

    • Écrit par Jean-Marc DANIEL
    • 1 011 mots
    • 1 média
    À cette présentation du profit comme élément clé de la croissance, elle apporte deux précisions. D'abord, les salariés perturbent le mécanisme économique en demandant une part accrue de la valeur ajoutée. Comme le taux de profit est lié au taux de croissance et donc à des éléments fondamentaux...
  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

    • Écrit par Marcel MAZOYER, Laurence ROUDART
    • 9 998 mots
    • 2 médias
    ...d'acteurs (firmes, groupes coopératifs, fonds d'investissement...) ont mis en place de grandes exploitations. Ces structures sont capitalistes au sens où tout le travail – agricole proprement dit, mais aussi travail de direction, d'encadrement et de gestion – est effectué par des ouvriers et autres employés...
  • ALIÉNATION, sociologie

    • Écrit par Jean-Pierre DURAND
    • 729 mots

    Pour les sociologues, le concept d'aliénation a été forgé par Karl Marx à la suite de ses lectures de Hegel. Lors du rapport salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier ne lui appartient pas puisqu'il a échangé un temps de travail contre un salaire. À la fin de cet échange...

  • AUTOFINANCEMENT

    • Écrit par Geneviève CAUSSE
    • 5 257 mots
    En ce qui concerne les salariés, suivant un raisonnement similaire, on a parfois estimé que l'accroissement des marges ou des profits pouvait être obtenu grâce à la compression des coûts, les coûts du travail en particulier. Inversement, on pensera que les fonds consacrés à l'autofinancement auraient...
  • Afficher les 43 références

Voir aussi