SALARIAT

Médias de l’article

Usine Ford

Usine Ford
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

États-Unis : la prospérité, 1920-1929

États-Unis : la prospérité, 1920-1929
Crédits : The Image Bank

vidéo


La « grande transformation »

Du sweating system (« système de la sueur »), comme l'appela Marx, on a retenu l'exploitation dont il était porteur. Et il est vrai qu'elle était considérable : la relation était trop inégale, entre la survie des uns et les surprofits de l'autre. Cependant, cette intrusion des premières formes d'industrialisation s'est accomplie sans bouleverser la société familiale traditionnelle : elle l'a consolidée plus qu'elle ne l'a désagrégée. Tous ces salariés à domicile – les uns travaillant chez eux, les autres logeant chez leur employeur – « n'avaient pas, comme la classe ouvrière dans le monde industriel contemporain, un horizon de travail en commun », écrit Peter Laslett. Mais le ver était dans le fruit : pour contrôler cette main-d'œuvre dispersée, comme le soutient Stephen Marglin, pour réduire les « coûts de transaction », comme l'estime Oliver Williamson, ou pour bénéficier des avantages techniques de la division et de l'organisation du travail, comme l'analyse Adam Smith avec l'exemple célèbre de la manufacture d'épingles, la main-d'œuvre ouvrière allait désormais être rassemblée dans un même lieu, l'usine. Au salariat traditionnel, encastré dans des réseaux familiaux, avec un mode et un niveau de rémunération fixés par la coutume – voire par le juge de paix, comme c'était le cas en Angleterre – succédait le salariat moderne : un lieu de travail distinct de celui de la famille, des relations dictées par l'« eau glaciale du calcul égoïste », selon l'expression de Marx dans Le Manifeste du Parti communiste, la transformation du travail en une marchandise et du salaire en un prix. Ne pleurons pas trop ce « monde que nous avons perdu », dur pour les pauvres et les sans-grade, condamnés à un labeur incessant pour une vie précaire. Mais il nous faut prendre conscience que, sous l'apparence d'une continuité de statut ou de relation juridique, la révolution industrielle marque une coupure, un changement de nature : dans la société rurale, le salariat était immergé dans un monde de relations personnelles, voire familiales, qui lui donnaient sens ; dans la société industrielle, les lie[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : conseiller de la rédaction du journal Alternatives économiques

Classification


Autres références

«  SALARIAT  » est également traité dans :

L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Rosa Luxemburg - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 979 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Monnaie et plus-value »  : […] demande : d'une part, la dépense en capital constant nourrit la demande de moyens de production ; d'autre part, la dépense en capital variable, c'est-à-dire l'achat de la force de travail, fournit au salarié le moyen d'acquérir des biens de consommation. L'excès de la valeur de la production sur son coût définit la plus-value. Mais d'où vient la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-accumulation-du-capital-rosa-luxemburg/#i_14099

L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Joan Violet Robinson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 007 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le profit au cœur de la croissance »  : […] À cette présentation du profit comme élément clé de la croissance, elle apporte deux précisions. D'abord, les salariés perturbent le mécanisme économique en demandant une part accrue de la valeur ajoutée. Comme le taux de profit est lié au taux de croissance et donc à des éléments fondamentaux de la situation économique, la réponse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-accumulation-du-capital-joan-violet-robinson/#i_14099

AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 9 956 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Autres types d'exploitation agricole »  : […] ont mis en place de grandes exploitations. Ces structures sont capitalistes au sens où tout le travail – agricole proprement dit, mais aussi travail de direction, d'encadrement et de gestion – est effectué par des ouvriers et autres employés salariés, qui ne possèdent généralement aucune part dans le capital d'exploitation. De tels domaines sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agriculture-histoire-des-agricultures-depuis-le-xxe-siecle/#i_14099

ALIÉNATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURAND
  •  • 728 mots

par Karl Marx à la suite de ses lectures de Hegel. Lors du rapport salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier ne lui appartient pas puisqu'il a échangé un temps de travail contre un salaire. À la fin de cet échange salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier lui est étranger, c'est-à-dire aliéné, puisqu'il est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alienation-sociologie/#i_14099

AUTOFINANCEMENT

  • Écrit par 
  • Geneviève CAUSSE
  •  • 5 233 mots

Dans le chapitre « Le bien-fondé de l'autofinancement »  : […] En ce qui concerne les salariés, suivant un raisonnement similaire, on a parfois estimé que l'accroissement des marges ou des profits pouvait être obtenu grâce à la compression des coûts, les coûts du travail en particulier. Inversement, on pensera que les fonds consacrés à l'autofinancement auraient pu être distribués sous forme de salaires plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autofinancement/#i_14099

AVOCAT

  • Écrit par 
  • Claude MICHEL
  •  • 7 302 mots

Dans le chapitre « Modes d'exercice professionnels »  : […] Pour permettre aux avocats de mieux répondre aux exigences résultant de l'extension de leur champ d'activité, les deux lois du 31 décembre 1990 ont diversifié les modes autorisés d'exercice et introduit le salariat, tout en affirmant que, dans tous les cas, la profession d'avocat restait une profession libérale et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avocat/#i_14099

BREVET D'INVENTION

  • Écrit par 
  • Jacques AZÉMA, 
  • Bernard EDELMAN, 
  • Michel VIVANT
  •  • 10 726 mots

Dans le chapitre « Le titre délivré »  : […] la propriété du brevet lorsque le dépôt a été effectué en violation d'une obligation légale ou conventionnelle. Cela vise notamment le cas des inventions de salariés. En France, le Code de la propriété intellectuelle en a prévu le régime. Les règles légales constituent un minimum dont la convention collective ou le contrat de travail ne peuvent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brevet-d-invention/#i_14099

LE CAPITAL, Karl Marx - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie SORIOT
  •  • 1 124 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Marchandise, plus-value et accumulation »  : […] et la rémunération de cette dernière, fixée au niveau de subsistance des travailleurs. Marx explique ainsi comment les propriétaires des moyens de production prennent possession du « surtravail » des ouvriers dans le cadre d'une relation contractuelle, la relation salariale, qui est alors une relation d'exploitation. L'objectif du capitaliste est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-capital/#i_14099

LE CAPITAL HUMAIN, UNE ANALYSE THÉORIQUE ET EMPIRIQUE, Gary Stanley Becker - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 1 079 mots

Dans le chapitre « Une autre sorte de capital »  : […] ses études, se soigner, etc.) est définie comme un investissement (chapitre I). L'hypothèse fondamentale de Becker est que les inégalités de salaires reflètent les productivités différentes des salariés. Ces dernières sont elles-mêmes dues à une détention inégale de capital humain (chapitre II). Un investissement en capital humain trouve donc une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-capital-humain-une-analyse-theorique-et-empirique/#i_14099

CHANDLER ALFRED (1918-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 900 mots

suscité le plus de débats parmi les économistes. Pour quelle raison les entreprises apparaissent-elles, et donc pour quelle raison le travail devient-il salarié, s'organisant alors de façon administrative et cessant d'être vendu sur un marché ? Autrement dit, Chandler se demande pourquoi le salariat a remplacé l'artisanat, et l'entreprise, une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-chandler/#i_14099

CHÔMAGE - Sociologie du chômage

  • Écrit par 
  • Didier DEMAZIÈRE
  •  • 2 468 mots

Dans le chapitre « Une construction historique et institutionnelle »  : […] La salarisation a fait reculer l'instabilité professionnelle classique des ouvriers flottants, alternant jours travaillés et jours chômés selon un rythme imprévisible. Elle a modifié aussi la signification de l'inoccupation professionnelle. Inaugurée par une rupture du contrat de travail, elle devient expulsion définitive de l'entreprise, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chomage-sociologie-du-chomage/#i_14099

CLASSES SOCIALES - Classes moyennes

  • Écrit par 
  • Louis CHAUVEL
  •  • 3 626 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'apogée du modèle européen de « nouvelles classes moyennes salariées » »  : […] à celles de ses parents. Surtout, la dépatrimonialisation, autrement dit le fait que le travail salarié permettait peu à peu de se loger et de s'installer dans la vie sans avoir bénéficié au préalable d'un héritage ou d'une aide substantielle de la famille, a permis tout à la fois une amélioration générale des conditions de logement et une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-sociales-classes-moyennes/#i_14099

COGESTION

  • Écrit par 
  • Lydie LAGRANGE
  •  • 3 928 mots

différentes, mais, en économie capitaliste, une distinction essentielle doit être faite entre le capital et le travail, c'est-à-dire les propriétaires et les salariés. Si les uns et les autres ont un indéniable intérêt commun à voir l'entreprise prospérer, force est d'admettre que, sur de nombreux points, ce sont plutôt les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cogestion/#i_14099

CONGÉS PAYÉS, en bref

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PERNOT
  •  • 244 mots

Innovation sociale majeure, les congés payés redéploient l'économie et démocratisent le temps libre. Leur essor s'inscrit dans une tendance internationale très inégalement marquée. Peu nombreux et liés exclusivement à des accords d'entreprise, les congés payés restent très faibles aux États-Unis et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conges-payes-en-bref/#i_14099

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le travail salarié »  : […] Adam Smith développe une analyse subtile du concept de travail. Il oppose, d'une part, travail indépendant et travail dépendant, d'autre part, travail productif et travail improductif. Dans tous les cas, c'est bien entendu du travail salarié qu'il est question. Le travail indépendant (où le travailleur se paye lui-même son salaire) est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-l-ecole-classique/#i_14099

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marxisme

  • Écrit par 
  • Michel ROSIER
  •  • 6 828 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  La production et l'exploitation »  : […] eux-mêmes ce dont ils ont besoin pour vivre, sont contraints de se faire embaucher. Ils vendent leur force de travail pour une période donnée contre le versement d'un salaire, avec lequel ils achètent les biens qu'ils veulent consommer. Le rapport de production caractéristique du capitalisme est donc le salariat, qui fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-marxisme/#i_14099

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « De la nouvelle économie keynésienne au « nouveau consensus » »  : […] L'explication la plus célèbre reste cependant la théorie du salaire d'efficience. L'idée de départ de cette théorie est que la productivité du travail dépend du niveau d'effort des salariés. Cela modifie la façon dont les entreprises déterminent leur offre de travail, car le salaire réel n'est plus seulement un coût mais est aussi un moyen d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-keynesianisme/#i_14099

ENTREPRISE - Théories et représentations

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 6 342 mots

Dans le chapitre « La théorie comportementale »  : […] coordination des activités économiques par le rôle des mécanismes éthiques et cognitifs. Le rôle de l'autorité dans les théories contractuelles, qui se limite à réduire les coûts de transaction, ne permet pas d'expliquer le dévouement important des salariés. Ceux-ci ne se contentent pas d'obéir aux ordres, mais prennent des initiatives pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprise-theories-et-representations/#i_14099

ENTREPRISE - Communication d'entreprise

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DÉCAUDIN
  •  • 6 718 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Pourquoi une communication interne ? »  : […] L'entreprise étant un groupe d'hommes et de femmes travaillant ensemble, il est essentiel de les faire adhérer au même projet, d'orienter leurs efforts dans la même direction. Quelle que soit la taille de l'entreprise, la direction doit présenter son projet d'identité de l'organisation et de développement. Ce projet ne peut être mis en œuvre sans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprise-communication-d-entreprise/#i_14099

GRÈVE

  • Écrit par 
  • Hélène SINAY
  • , Universalis
  •  • 12 477 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Sociologie des grèves modernes »  : […] Le monde salarié s'est approprié les principaux éléments qui caractérisent la civilisation industrielle au xxe siècle et les a appliqués aux grèves. Parmi eux, on peut noter : la rationalisation scientifique, d'où l'effort pour rationaliser et planifier tout l'ensemble des grèves dont les formes ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greve/#i_14099

HARCÈLEMENT MORAL

  • Écrit par 
  • Alain CHIREZ
  •  • 1 622 mots

Dans le chapitre « Les constats de la médecine du travail »  : […] terreur, procède d'abord d'un constat. Un rapport du Bureau international du travail (Violences au travail, 1998) établit que 11,2 p. 100 des Français et 8,9 p. 100 des Françaises se déclarent victimes d'agressions psychologiques et physiques dans leur entreprise. Avec l'Argentine, le Canada et la Grande-Bretagne, la France […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harcelement-moral/#i_14099

INDUSTRIE - Industrialisation et formes de société

  • Écrit par 
  • Samir AMIN
  •  • 8 854 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'uniformisation des transformations sociales et politiques »  : […] La généralisation de la forme salariale du travail est certainement la manifestation la plus évidente, sur le plan social, de l'uniformisation des conditions du monde moderne industrialisé. Dans l'industrie, d'ailleurs, on ne connaît pas d'autre forme de travail que la forme salariale, l'artisanat de production ayant été ruiné presque entièrement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/industrie-industrialisation-et-formes-de-societe/#i_14099

INÉGALITÉS - Les inégalités économiques

  • Écrit par 
  • Charlotte GUÉNARD, 
  • Éric MAURIN
  •  • 5 346 mots

Dans le chapitre « Résurgence des inégalités devant l'emploi et les salaires dans les pays riches »  : […] La montée des inégalités devant l'emploi et les salaires en Occident a donné lieu à des débats très vifs, notamment parmi les économistes. De fait, il est politiquement crucial de savoir si ces nouvelles inégalités sont dues au progrès technique et à une insuffisante adaptation de la main-d'œuvre aux nouveaux besoins en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inegalites/#i_14099

INÉGALITÉS HOMMES-FEMMES, France

  • Écrit par 
  • Alain BIHR, 
  • Roland PFEFFERKORN
  •  • 5 964 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le développement de l'activité professionnelle des femmes »  : […] Toutes ces transformations s'effectuent dans un contexte de forte augmentation de la part des salariés dans la population active : en 1997, 83,5 p. 100 des hommes et 89 p. 100 des femmes occupant un emploi sont des salariés. Parmi les salariés, la part des femmes est passée d'environ 41 p. 100 en 1982 à 47 p. 100 à la fin des années 1990 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inegalites-hommes-femmes-france/#i_14099

JAPON (Le territoire et les hommes) - L'économie

  • Écrit par 
  • Evelyne DOURILLE-FEER
  •  • 10 723 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'organisation spécifique du travail »  : […] Des années 1950 aux années 1980, la rapidité de l'expansion économique rend le système de salaires à l'ancienneté très avantageux pour les entreprises grâce à des politiques vigoureuses d'embauche de jeunes peu rémunérés. De plus, un tiers de la rémunération totale des salariés, constitué par les heures supplémentaires et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-l-economie/#i_14099

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Les cadres sociaux de la loyauté »  : […] Parler aux salariés de la « loyauté » envers leur entreprise n'a évidemment pas de sens pour un marxiste : les salariés qui se laisseraient prendre à ce discours seraient victimes d'une « mystification » et les employeurs qui le tiendraient ne seraient que des imposteurs. Pourtant, bon nombre de sociologues industriels, pour la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/#i_14099

MACROÉCONOMIE - Emploi

  • Écrit par 
  • Bernard GAZIER
  •  • 9 588 mots
  •  • 3 médias

L'emploi rémunéré « officiel » est ainsi, même dans les pays riches, une réalité à la fois dominante et minoritaire. Dominante parce que nos sociétés valorisent le statut de travailleur rémunéré, et marginalisent l'inactif et le chômeur. Minoritaire parce que cet emploi visible n'est en somme que la partie émergée d'un iceberg. À l'heure où bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-emploi/#i_14099

THE MARKET FOR LEMONS : QUALITY UNCERTAINTY AND THE MARKET MECHANISM, George A. Akerlof - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Ariane TICHIT
  •  • 1 186 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle microéconomie »  : […] l'existence d'un salaire d'efficience (Shapiro et Stiglitz, 1984) : comme les entreprises ne peuvent pas observer parfaitement le travail des employés, elles sont contraintes d'offrir un salaire suffisamment élevé pour les inciter à fournir un effort maximal. Ainsi, même si certaines personnes étaient prêtes à travailler pour un salaire moindre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-market-for-lemons-quality-uncertainty-and-the-market-mechanism/#i_14099

MARXISME - La théorie marxiste

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 742 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Travail et surtravail »  : […] face du capitaliste comme le vendeur, le partenaire d'un contrat d'échange (force de travail contre salaire). Elle est masquée par la fiction juridique (mais fiction nécessaire, on va le voir) du salaire, qui présente celui-ci comme « prix du travail » proportionnel à la quantité de travail fournie (alors que le travail n'est pas, en fait, une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-la-theorie-marxiste/#i_14099

MICROÉCONOMIE - Incitations et contrats

  • Écrit par 
  • Bernard SALANIÉ
  •  • 6 238 mots

Dans le chapitre « L'aléa moral en entreprise »  : […] entreprises. Ainsi, l'employeur ne peut pas parfaitement contrôler les décisions de ses salariés, et notamment la qualité de leur travail (par opposition à sa quantité, qui peut être mesurée, par exemple par les heures de présence). L'employeur ne peut que conditionner les salaires à la production ou à d'autres variables observables pour inciter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-incitations-et-contrats/#i_14099

MONDIALISATION - Pour une régulation économique internationale

  • Écrit par 
  • Michel AGLIETTA
  •  • 8 103 mots

Dans le chapitre « Approfondir l'économie mixte »  : […] Le xxe siècle a été celui de l'essor des sociétés salariales dans un groupe limité de pays. Dans ce régime de croissance, où l'accumulation du capital dépend de manière cruciale de la demande sociale du plus grand nombre de citoyens salariés, le capitalisme n'est légitime, donc viable, que s'il est combiné avec des éléments de socialisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mondialisation-pour-une-regulation-economique-internationale/#i_14099

MULTINATIONALES ENTREPRISES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MUCCHIELLI
  •  • 7 007 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La recherche du moindre coût  »  : […] la compétitivité du produit résiderait dans son coût et dans un prix le plus bas possible. Le coût de la main-d'œuvre serait prédominant dans le prix de revient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprises-multinationales/#i_14099

PROLÉTARIAT & PROLÉTARISATION

  • Écrit par 
  • Serge MALLET
  •  • 9 632 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Disparition des travailleurs indépendants, expansion du salariat »  : […] ans la conversion des anciens esclaves agraires en armée de réserve industrielle. En 1906, la France comptait 7 406 000 salariés pour une population active de 20 482 000 personnes, soit 36 p. 100. En 1968, plus des trois quarts de la population active est salariée. Mais de nombreux auteurs, reconnaissant la quasi-disparition des activités « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proletariat-et-proletarisation/#i_14099

RÉPARTITION DES REVENUS

  • Écrit par 
  • Ozgur GUN
  •  • 1 213 mots

Dans le chapitre « Deux visions radicalement opposées »  : […] privilégiés d'une façon ou d'une autre, etc.). Du fait de la fragilité de leur position, les travailleurs – qui n'ont d'autre ressource que leur force de travail – vont voir leur salaire osciller autour d'un niveau de subsistance (relatif évidemment aux conditions de vie caractéristiques de la société dans laquelle ils vivent, et tenant compte de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/repartition-des-revenus/#i_14099

REVENUS ET PATRIMOINE DES MÉNAGES, France

  • Écrit par 
  • Alain BIHR, 
  • Roland PFEFFERKORN
  •  • 4 546 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Les inégalités de revenus »  : […] Chez les salariés, seuls les ménages de cadre ont vu leur niveau de vie s'accroître, celui des autres catégories stagnant, voire baissant comme pour les ouvriers non qualifiés, qui ont connu une paupérisation absolue sur l'ensemble de la période. Le rapport entre le niveau de vie moyen d'un ménage de cadre et celui d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revenus-et-patrimoine-des-menages-france/#i_14099

RÉVOLUTION INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN
  •  • 11 826 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Violence sociale de la révolution industrielle »  : […] les plus débattues. Si la thèse d'une paupérisation à long terme n'est plus tenable, la courbe des salaires réels tend à se déprimer vers la fin du xviiie siècle (sous l'effet notamment de la mécanisation associée au travail massivement sous-payé des femmes et des enfants), et il faudra attendre les années 1820 pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-industrielle/#i_14099

ROYAUME-UNI - Économie

  • Écrit par 
  • Emmanuel HACHE
  •  • 7 960 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La contrainte sociale : réduire les inégalités »  : […] précarisé l'emploi, avec une accélération du recours au travail à temps partiel. Les transformations du rapport salarial et l'introduction, notamment dans le secteur des services, d'une rémunération à la performance, ont également eu pour conséquences une forte augmentation des inégalités : inégalités de revenus, inégalités sectorielles, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-economie/#i_14099

RURAUX SOCIOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Patrice MANN, 
  • Henri MENDRAS
  •  • 5 600 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Déséquilibres sociaux »  : […] exemple, ont tendance à aller travailler dans les manufactures des villes où leur travail est plus rentable qu'à domicile. Salariés agricoles et artisans ont constitué la masse de prolétaires qui a permis le développement de l'industrie dans la première moitié du xixe siècle. Les petits paysans ayant des exploitations agricoles trop petites […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-des-ruraux/#i_14099

LA THÉORIE DE LA RÉGULATION : UNE ANALYSE CRITIQUE, Robert Boyer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie SORIOT
  •  • 1 228 mots

Dans le chapitre « Un nouveau paradigme ? »  : […] pose le problème du statut de cette théorie par rapport à sa filiation généralement reconnue vis-à-vis du marxisme. En effet, la régulation s'intéresse particulièrement aux configurations du rapport salarial, envisagé d'un point de vue macroéconomique « dans son double aspect d'organisation de la production et de système de rémunération comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-theorie-de-la-regulation-une-analyse-critique/#i_14099

TRAVAIL

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 1 619 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Travail et emploi »  : […] par le travailleur lui-même, et doivent être acceptées par son employeur ou son client. Dans l'emploi salarié, elles sont fixées par la loi, la convention collective, le contrat de travail ou, à défaut, l'employeur lui-même : l'emploi salarié est donc caractérisé par un rapport de subordination du salarié à l'employeur, lequel est tenu de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/travail/#i_14099

TRAVAIL SOCIOLOGIE DU

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 4 464 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De l'organisation du travail à l'organisation scientifique du travail »  : […] L'émergence de cette science du travail est indissociable de la reconnaissance du fait salarial, qui se traduit en France par la définition jurisprudentielle du « contrat de travail », distinct des contrats civils ordinaires. Est ainsi reconnu, conformément aux vues de Marx et de Tocqueville, un principe de « subordination juridique et technique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-du-travail/#i_14099

TRAVAIL - La fin du travail ?

  • Écrit par 
  • Dominique MEDA
  •  • 7 657 mots

Dans le chapitre « Le travail, système de distribution des revenus, des droits et des protections »  : […] la nécessaire poursuite de l'abondance) en transformant profondément son enseignement. Au lieu de supprimer le rapport salarial, le discours et la pratique social-démocrates vont au contraire faire du salaire le canal par lequel les richesses se répandront et un ordre social plus juste (fondé sur le travail et les capacités) et véritablement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/travail-la-fin-du-travail/#i_14099

LES TRENTE GLORIEUSES, Jean Fourastié - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 1 224 mots

Dans le chapitre « Un nouveau profil de la population et de la société française »  : […] mobilité plus forte d'un métier à un autre, qualification supérieure des emplois aussi. Si un salarié sur deux est encore ouvrier, le nombre des travailleurs indépendants a diminué de moitié et l'offre d'emplois de cadres été multipliée par trois. Si l'enseignement primaire a progressé au rythme de la croissance démographique, l'enseignement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-trente-glorieuses/#i_14099

Voir aussi

Pour citer l’article

Denis CLERC, « SALARIAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/salariat/