L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Joan Violet RobinsonFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1956, la Britannique Joan Violet Robinson (1903-1983) est une figure marquante du courant keynésien. Depuis l'article de John Hicks en 1937 qui, en cherchant à amalgamer keynésianisme et théorie néo-classique, a conduit au célèbre modèle IS-LM, la réflexion des économistes a porté sur les moyens de concilier ou de dépasser dans tous les domaines de l'économie les divergences entre ces deux approches.

Joan Violet Robinson

Joan Violet Robinson

Photographie

Joan Violet Robinson (1903-1983). Économiste britannique, éminente figure de l'école de Cambridge et de la révolution keynésienne. Ses deux ouvrages majeurs, L'Économie de la concurrence imparfaite (1933) et L'Accumulation du capital (1956), rencontreront cependant un succès modéré,... 

Crédits : D.R.

Afficher

En 1939, Roy Forbes Harrod donne une vision keynésienne d'une croissance indépendante du taux d'intérêt, qui est le paramètre central de la croissance chez les néo-classiques.

Joan Robinson commence alors ses recherches sur le sujet qui débouchent sur la publication, en 1956, de The Accumulation of capital (L'Accumulation du capital). Sa réflexion se nourrit surtout de ses échanges avec un autre professeur de Cambridge, l'Italien Piero Sraffa. Ce dernier a entrepris dès les années 1920 de réhabiliter David Ricardo, un temps occulté par le succès du marginalisme. Sraffa donnera en 1960 une version définitive de ses idées sur la croissance. Joan Robinson aura, par son livre, préparé le chemin.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marc DANIEL, « L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Joan Violet Robinson - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-accumulation-du-capital-joan-violet-robinson/