SAADIA BEN JOSEPH ou SA‘ADYĀH IBN YŪSUF AL-FAYYŪMĪ (882 ou 892-942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus éminent penseur et la plus haute autorité scientifique de la période gaonique. Né en Égypte, dans les environs de Fayyoum (Abu Suweir), Saadia se distingue, dès sa jeunesse, par sa rectitude et la rigueur logique de ses ouvrages. Il quitte l'Égypte en 921 et, passant par Alep et la Terre sainte, s'installe à Bagdad. En 922, il est nommé à la tête de l'école de Poumbedita, où il se révèle en tant qu'administrateur énergique. En 928, on lui confie l'école de Sura, qu'il a pour mission de relever et de réorganiser ; il accomplit cette tâche avec zèle et efficacité, en sollicitant l'appui financier des communautés établies en Europe. Son caractère inflexible lui suscite des adversaires, mais ses qualités morales et intellectuelles lui confèrent une autorité stable jusqu'en 932. À l'avènement du calife Al-Kahir, qui veut s'assurer la collaboration des familles juives riches, celles-ci obtiennent que Saadia soit éloigné de la vie publique. C'est pendant cette période qu'il écrit son grand ouvrage philosophique, Le Livre sur les croyances et les opinions. Réconcilié avec ses adversaires en 936, Saadia reprend la direction de l'école de Sura et consacre les dernières années de sa vie à ses ouvrages et à l'enseignement.

Dans ses travaux de juridiction religieuse (halakha), Saadia crée un nouveau genre littéraire, la monographie, construite selon un schéma logique où chaque question est traitée dans un ouvrage séparé. Il est aussi le premier, en matière de halakha, à écrire en arabe, à la place de l'araméen, inaugurant ainsi un usage qui a été largement suivi par la suite. Son titre de célébrité principal est son œuvre philosophique. Son Livre sur les croyances et les opinions, écrit en arabe, traduit en hébreu en 1186 par Juda ibn Tibbon (Sefer ha-Emunot we ha-deot, Constantinople, 1562), puis, récemment, en anglais par S. Rosenblatt (The Book of Beliefs and Opinions, 1948) et, partiellement, par A. Altmann (Three Jewish Philosophers, 1965), est le plus ancien ouvrag [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Gabrielle SED-RAJNA, « SAADIA BEN JOSEPH ou SA‘ADYĀH IBN YŪSUF AL-FAYYŪMĪ (882 ou 892-942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/saadia-ben-joseph-sa-adyah-ibn-yusuf-al-fayyumi/