KALĀM

L'expression arabe kalām (‘ilm al-kalām), dans l'islam, signifie la science de la parole, notion désignée aussi par ‘ilm uṣūl ad-dīn, science des bases de la religion (ou par al-fiḳh al-akbar, qui s'oppose à al-fiḳh al-aṣghār, la jurisprudence musulmane mineure). Ces trois expressions désignent, en somme, la théologie scolastique musulmane. Par le mot ‘ilm (science) on n'entend pas la recherche, la découverte ou l'indépendance d'opinion du chercheur, comme c'est le cas pour le fiḳh, mais plutôt un acquis de connaissances fondées sur l'acceptation de l'ensemble des dogmes de l'islam, la discussion théologique étant autorisée à partir de cette acceptation. At-Tahānuwī, dans Kaššāf iṣṭilāhāt al-funūn, dictionnaire des termes techniques, définit le kalām comme une science servant à prouver à l'autre (l'antagoniste), non par la voie de la raison discursive mais par celle de la loi musulmane, l'existence de Dieu, ses attributs, ses œuvres dans le monde ou le jour du Jugement dernier et l'envoi sur terre des prophètes et des imāms, les guides religieux.

Le kalām, à ses débuts, ne se distinguait pas de l'étude des ‘Aqā'id Dīniyya, l'ensemble des dogmes de la religion. Mais peu à peu ce terme, qui avait ainsi le sens premier de parole, acquit aussi celui d'argument intellectuel appliqué à la théologie. Le kalām donna alors la même importance à la parole en théologie que celle que prend manṭiq (logique) en philosophie. C'est surtout à partir de la première période de la dynastie abbaside (vers 750) que le kalām devint une science scolastique à laquelle se rallièrent l'ensemble des penseurs sunnites orthodoxes, opposés aux mu‘tazilites, partisans de la recherche rationaliste en matière de religion et de l'élection démocratique du chef de la communauté religieuse. Les mu‘tazilites ont alors pour adversaires les mutakallimūn (pluriel de mutakallim), théologiens ou dialecticiens traditionalistes, qui, bien que niant la possibilité d'aller loin avec la raison pour prouver la Dāt, l'essence de Dieu, utilisent les méthodes, les conceptions, les classification [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  KALAM  » est également traité dans :

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 546 mots

Dans le chapitre « La littérature apologétique juive »  : […] monde, liberté humaine, justice divine, problème du bien et du mal. Leur méthode d'investigation, le kalam, avait donné naissance à la première théologie rationnelle. Mais celle-ci reposait sur le concordisme musulman entre révélation et raison. Saadia ben Joseph de Fayyoum (882-942) inaugura une recherche semblable au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apologetique/#i_3710

ASH‘ARISME

  • Écrit par 
  • Louis GARDET
  •  • 880 mots

L'ash‘arisme est l'école dont l'influence fut prépondérante pendant des siècles (xe-xixe s.) en ‘ilm al-kalām, c'est-à-dire dans la théologie, ou, mieux peut-être, dans l'« apologie défensive » de l'islam sunnite. Elle fut fondée par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ash-arisme/#i_3710

GHAZĀLĪ AL- (1058-1111)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 442 mots

Dans le chapitre « La théologie, science des intrigants »  : […] ; la politique des grands s'en mêla et on s'appliqua à l'étude de la théologie (kalām). Mais les sectes, par leurs luttes qui allaient jusqu'à l'effusion du sang, ébranlaient l'islam. Il y eut une réaction, et les chefs voulurent de nouveau orienter les discussions vers les problèmes juridiques et l'explication des écoles de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-ghazali/#i_3710

ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements

  • Écrit par 
  • Jacques JOMIER
  •  • 12 615 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Étapes du développement ultérieur »  : […] notamment le Coran, les traditions (ḥadīth), le droit, la théologie (kalām). Après une période pendant laquelle certains croyants s'attachèrent tellement à la lettre qu'ils n'osèrent pas interpréter métaphoriquement les rares expressions anthropomorphiques du Coran appliquées à Dieu (par exemple : les mains de Dieu, Dieu s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-les-fondements/#i_3710

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La théologie »  : […] cette réaction a pris la forme d'un rejet pur et simple du ‘ilm al-kalām ; tel a été le cas notamment d'Ibn Ḥanbal (m. en 241/855) et de ses premiers disciples, qui, certes, professaient eux aussi un certain credo, mais limité à quelques énoncés, sans l'appareil rhétorique ni tous les à-côtés philosophiques du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-les-sciences-religieuses-traditionnelles/#i_3710

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « D'Ibn Sīnā à Ibn Rušd »  : […] an manāhiǧ al-adilla), Ibn Rušd applique ces principes aux questions essentielles du kalām en montrant à chaque fois que le texte du Coran suffit à les régler d'une façon accessible au peuple sans contredire pour le fond aux doctrines philosophiques authentiques. Il est clair que cette conception peut s'interpréter de deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_3710

ISRAELI ISAAC BEN SALOMON (850 env.-950)

  • Écrit par 
  • André NEHER
  •  • 1 037 mots

Contemporain du grand penseur et homme politique juif Saadia Gaon (892-942) et éclipsé par sa gloire, Isaac Israeli (en arabe : Isḥāq ben Sulaymān al-Isrā‘īlī) n'en a pas moins exercé une influence remarquable et durable aussi bien à l'intérieur de la communauté juive qu'au sein de l'islam et du christianisme. Ses traités de médecine sont cités […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-ben-salomon-israeli/#i_3710

KINDĪ AL- (IXe s.)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 1 449 mots

Dans le chapitre « L'inscription hellénique »  : […] La pensée de Kindī tient aussi fondamentalement au kalām, qui est une branche de la réflexion religieuse, de nature dialectique, en quelque sorte une théologie. Plus précisément, ce faylasūf adopte certains points essentiels du mu‘tazilisme, école théologique en pleine vigueur à cette époque et qui contribua […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kindi-al/#i_3710

MU‘TAZILISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 5 845 mots

Dans le chapitre « Le « kalām » mu‘tazilite »  : […] La théologie mu‘tazilite présente de nombreuses variantes selon les docteurs. Il y eut deux écoles à l'époque ‘abbāside : celle de Baṣra caractérisée par son hostilité à l'ensemble du shī‘isme ; celle de Bagdad qui resta fidèle au shī‘isme modéré. Parmi les grands noms de Baṣra, citons : Mu‘ammar, Hishām b. ‘Amr al-Fuwaṭī, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mu-tazilisme/#i_3710

Pour citer l’article

Mostafa Ibrahim MORGAN, « KALĀM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kalam/