Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROUSSILLON

Occitanie : carte physique

Occitanie : carte physique

Les pays catalans qui, aujourd'hui, font partie intégrante de l'ensemble français formaient, du Moyen Âge au milieu du xviie siècle, les comtés de Roussillon, de Cerdagne, de Conflent et de Vallespir. En 1659, ces comtés sont annexés à la France par le traité des Pyrénées. Restructurés, ils reçoivent alors l'appellation globale de province de Roussillon, avec pour capitale Perpignan. En 1790, lorsqu'est constitué le département des Pyrénées-Orientales, celui-ci englobe l'ancienne province de Roussillon et le petit Fenouillédès (ou Fenouillèdes ou encore Fenouillet) languedocien. Aujourd'hui, les termes de Roussillon et de Pyrénées-Orientales sont indifféremment employés pour désigner la même réalité spatiale.

C'est dans une grotte de Tautavel que l'on a retrouvé les restes d'un ancêtre des Néandertaliens, vieux de 450 000 ans. L'occupation humaine se poursuit : sites de Montou et de Salses au Paléolithique, site de Bélesta au Néolithique... Aux populations ibériques regroupées dès le vie siècle avant J.-C. autour de Ruscino (près de Perpignan), Illiberis (Elne) et Pyréné, devenu Portus Veneris (Port-Vendres) se mêlent, dès le iiie siècle avant J.-C., des Celtes puis, à partir du iie siècle, des Romains ; ceux-ci dominent la région de 125 avant J.-C. à 462 après J.-C. De cette période date notamment le trophée de Pompée, monument érigé à la limite de la Gaule et de l'Hispanie, près de la frontière actuelle entre la France et l'Espagne. À cette forte empreinte romaine due à sept siècles de présence succède l'influence des Wisigoths, de 462 à 720, qui renforcent la culture juridique romaine ainsi que le christianisme. L'archéologie, l'anthroponymie et la toponymie ont conservé la marque gothique. Il n'en est pas de même pour les Arabes, qui ne sont restés en Roussillon qu'une quarantaine d'années, de 720 à 759, avant que la brutale conquête des Francs ne fasse passer le Roussillon sous la domination carolingienne. Mais l'aristocratie demeure en place, et des comtes d'origine wisigothe fondent, au ixe siècle, des lignées qui vont rester au pouvoir jusqu'au xve siècle. Des colons venus d'Espagne défrichent de nouvelles terres et les mines de fer du Canigou produisent un minerai recherché. Autour de l'an mille se développe une architecture « préromane », bientôt suivie par la floraison de l'art roman aux xie et xiie siècles. À la fin du xiie siècle, les terres roussillonnaises passent sous le contrôle du royaume d'Aragon puis, à partir de 1262, du royaume de Majorque, avant de revenir à la couronne d'Aragon en 1344. L'époque du royaume de Majorque a été pour le Roussillon une période d'essor économique, d'octroi de chartes de franchise aux communautés urbaines et rurales. À partir de 1462, le Roussillon constitue un enjeu entre la France et l'Espagne : possession française de 1462 à 1493, restitué ensuite au roi d'Aragon, le Roussillon devient définitivement français en 1659, malgré les conspirations et les révoltes des années 1660-1680, tandis que Vauban fortifie la frontière. Mais les institutions roussillonnaises traditionnelles sont peu à peu supprimées et l'influence française s'étend (le Catalan Hyacinthe Rigaud devient le peintre de la cour de Louis XIV). La langue parlée, toutefois, reste majoritairement et pour longtemps le catalan, témoignage d'une appartenance territoriale ancienne. La région exprime aussi son identité par l'art des retables, aux xviie et xviiie siècles.

La Révolution de 1789, marquée par l'invasion de l'armée espagnole en 1793, impose des choix aux Roussillonnais : tandis que nombreux sont les prêtres, les nobles et les paysans qui choisissent l'émigration vers l'Espagne, la bourgeoisie et le peuple[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite d'histoire contemporaine à l'université de Perpignan
  • : professeur agrégé des Universités, professeur à l'université de Montpellier-III-Paul-Valéry

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Occitanie : carte physique

Occitanie : carte physique

Prieuré de Serrabone

Prieuré de Serrabone

Autres références

  • CAPÉTIENS (987-1498)

    • Écrit par Jacques LE GOFF
    • 8 060 mots
    ...furent complétés par les annexions du xive siècle (le Dauphiné et Montpellier sous Philippe VI) et les acquisitions de Louis XI : la Cerdagne et le Roussillon conquis en 1463, rendus par Charles VIII en 1482, le duché de Bourgogne et la Picardie, après la mort de Charles le Téméraire (1477), l'...
  • CERDAGNE

    • Écrit par Gabriel LLOBET
    • 229 mots

    Ancien comté situé sur le versant sud des Pyrénées orientales, la Cerdagne occupait le large bassin montagnard du Sègre en amont de la Séo d'Urgel et débordait sur celui de la Têt. Son premier comte apparaît au xe siècle. Mais, dès 1117, le pays est réuni au comté de Barcelone...

  • FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

    • Écrit par Yves DURAND
    • 12 902 mots
    • 7 médias
    En 1498, à la mort de Charles VIII, la frontière du sud-ouest laisse en dehors du royaume le Roussillon et la Cerdagne, acquis par Louis XI en 1462-1463 et abandonnée par Charles VIII au traité de Barcelone (1493), avant son expédition d'Italie. Au sud-est, la Provence et le Dauphiné font partie...
  • PERPIGNAN

    • Écrit par Jean SAGNES, Jean-Paul VOLLE
    • 910 mots
    • 1 média

    Il n'y a pas de continuité entre la ville antique de Ruscino, fondée au viiie siècle avant J.-C., abandonnée au ier siècle de notre ère, et Perpignan, qui apparaît en 927 seulement. Toutefois, Ruscino, d'abord capitale des Sordes puis romanisée, est située à quelques kilomètres du site initial...

Voir aussi