FRANCE (Histoire et institutions)Formation territoriale

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'encontre de ce qui fut jadis soutenu par nombre d'historiens, il semble établi aujourd'hui que la monarchie d'Ancien Régime ne connut presque jamais de politique des frontières naturelles. Aux xvie et xviie siècles, les préoccupations et les méthodes des gouvernants en matière diplomatique et pour tout ce qui touche à l'expansion territoriale conservent bien des traits archaïques. Le droit des successions féodales reste pendant longtemps la règle de l'agrandissement du royaume. Plutôt que de constituer un ensemble de terres homogène et sans enclaves, on choisit de tenir des passages ou des forteresses, parfois fort éloignés de la masse territoriale, afin de préparer de futures offensives et d'aider les partisans qu'on ne manque jamais d'entretenir chez l'adversaire.

Il convient tout d'abord de préciser les notions de domaine, de royaume, d'État et de nation.

Le domaine, c'est la propriété patrimoniale du roi. Il se compose de propriétés foncières (terres, forêts, châteaux, cours d'eau) et d'un ensemble fort complexe de droits féodaux (rentes, péages, banalités, droits de nomination, etc.). Le royaume est formé de toutes les seigneuries qui sont dans la mouvance du roi, c'est-à-dire dont les possesseurs sont liés au souverain par la chaîne des hommages vassaliques. Au xviiie siècle, on tend à opposer royaume et empire. Un royaume présente dans l'esprit des contemporains une certaine unité du peuple, de la nation et des lois fondamentales qu'on ne rencontre pas dans un empire, beaucoup plus disparate.

Le domaine, initialement borné pour les premiers Capétiens aux environs de Paris et à quelques villes des vallées de l'Oise et de l'Aisne, s'est accru du comté de Toulouse sous Philippe le Hardi, de la Champagne sous Philippe le Bel, du Dauphiné sous Philippe VI, de la Guyenne après la guerre de Cent Ans, de la Bourgogne et de la Provence sous le règne de Louis XI. À plusieurs reprises, aux xive et xve siècles, il s'est trouvé dangereusement amputé par des créations d'apanages en faveur des fils de la maison royale. Une nouvelle féodalité s'est reconstituée avec la création des maisons de Bourgogne, d'Orléans, de Bourbon, d'Armagnac, d'Albret. Malgré cela, ou à cause de cela, s'est dégagée la notion de l'inaliénabilité et de l'imprescriptibilité du domaine royal.

L'idée de nation est attachée à la possession en commun des mêmes mœurs et d'une même langue. Si l'État et la nation coïncident au début du xvie siècle, il n'en a pas été toujours ainsi. Il existe, avant le xiiie siècle, un rex Francorum, non un rex Franciae, des nations picarde, bretonne, bourguignonne, non une nation française. C'est la guerre de Cent Ans qui a fait apparaître la « nation française ». Le mot « étranger », qui, au départ, désignait tous ceux qui n'habitaient pas la seigneurie, le village ou le « pays », en est venu à désigner celui qui n'appartient pas au royaume. La communauté à laquelle on avait conscience de participer s'est dilatée du pagus ou du comté aux dimensions du royaume.

Au xviie siècle, la patrie est à la fois l'État où l'on est né et la petite patrie, la province ou la ville que l'on habite. Ce sentiment de commune patrie recouvre chez beaucoup l'appartenance au royaume et l'obéissance à un même souverain, qui est un « prince naturel », ne dépendant de personne sur terre, sinon de Dieu, dont la famille est assurée du trône depuis des temps immémoriaux. Ce n'est qu'à la fin du xviiie siècle que les termes de patrie et de patriote seront comme détachés de la réalité monarchique.

Autre notion à avoir évolué elle aussi : la frontière. Au Moyen Âge, elle est souvent plus une zone qu'une ligne précise. Une forêt peut en tenir lieu, comme des landes, des marais, ou une montagne. L'enchevêtrement des droits et des fiefs gêne beaucoup la matérialisation de la frontière, qu'il s'agisse des limites des seigneuries ou de celles du royaume. Avant le xvie siècle, on ne dispose d'ailleurs pas de cartes, en France, pour aider à la représentation de ces frontières, alors qu'elles existaient depuis le xive siècle en Castille, en Angleterre et dans certains États de la péninsule italienne. On y suppléait par des listes de fiefs, de droits, d'hommages, de paroisses, d'usages, qui convenaient à une frontière au tracé souvent très tourmenté, comportant des redans, des enclaves, des zones contestées et des régions dont on ne savait plus très bien de qui elles relevaient.

Des dominations féodales à l'administration royale

En 1498, à la mort de Charles VIII, la frontière du sud-ouest laisse en dehors du royaume le Roussillon et la Cerdagne, acquis par Louis XI en 1462-1463 et abandonnée par Charles VIII au traité de Barcelone (1493), avant son expédition d'Italie. Au sud-est, la Provence et le Dauphiné font partie du royaume, mais non le comté de Nice et naturellement pas la Savoie, qui forme un duché indépendant. La « comté » de Bourgogne (la Franche-Comté), à l'est de la Saône, appartient aux Habsbourg, comme partie de l'héritage bourguignon de Charles le Téméraire, avec le Charolais enclavé dans le duché de Bourgogne réuni par Louis XI au domaine. La frontière suit grossièrement les cours de la Saône et de la Meuse, excluant Verdun. Elle rejoint ensuite la Manche au sud de Calais. Si le comté de Boulogne appartient au roi de France, l'Artois, la Lorraine, les Trois-Évêchés (Metz, Toul et Verdun), l'Alsace sont terres étrangères, relevant de la maison d'Autriche, du Saint Empire ou d'autres dominations.

France : formation territoriale, de 1461 à 1610

Dessin : France : formation territoriale, de 1461 à 1610

Naissance de la France moderne, de l'avènement de Louis XI à la mort d'Henri IV (1461-1610). Il n'est tenu compte que des acquisitions territoriales à l'intérieur des frontières actuelles de la France métropolitaine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La réunion des grands fiefs

Le rattachement de la Bretagne

À l'avènement de Louis XII, il subsiste à l'intérieur du royaume un certain nombre de grands fiefs : les diverses branches de la maison d'Orléans possèdent, au centre du pays, les duchés de Bourbon et d'Auvergne, les comtés de Clermont-en-Beauvaisis, de Vendôme et de Sancerre, le Forez et le Beaujolais. La maison d'Alençon tient le duché du même nom, avec le comté du Perche, celui de Foix-Albret, des terres du Sud-Ouest au pied des Pyrénées, le Béarn en tout [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Médias de l’article

France : formation territoriale, de 1461 à 1610

France : formation territoriale, de 1461 à 1610
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

François Ier

François Ier
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Henri II

Henri II
Crédits : Hulton Getty

photographie

La Ratification du traité de Münster, G. ter Borch

La Ratification du traité de Münster, G. ter Borch
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : chargé d'enseignement à la faculté des lettres et sciences humaines de Nantes

Classification

Autres références

«  FRANCE  » est également traité dans :

FRANCE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 1 049 mots

Finistère du continent eurasiatique, ouverte sur le grand large par trois façades maritimes, bénéficiant, par sa situation en latitude qui la place à mi-distance de l'équateur et du pôle Nord, d'un climat tempéré, la France voit alterner sur son territoire les grandes zones de plaines et de plateaux des bassins sédimentaires et fluviaux et les reliefs montagneux situés sur sa périphérie, à l'excep […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean COGNÉ, 
  • Michel DURAND-DELGA, 
  • François ELLENBERGER, 
  • Jean-Paul von ELLER, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Charles POMEROL, 
  • Maurice ROQUES, 
  • Étienne WINNOCK
  •  • 16 657 mots
  •  • 25 médias

L'Europe centrale et occidentale contraste avec la plupart des autres masses continentales par le compartimentage de son relief et du tracé de son littoral, compartimentage qui traduit celui de sa structure géologique et explique sans doute certains aspects de son développement historique. On peut cependant, malgré les irrégularités de leurs tracés, distinguer de grandes zones, correspondant aux p […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Données naturelles

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Estelle DUCOM
  •  • 4 872 mots
  •  • 3 médias

544 435 kilomètres carrés, 65,7 millions d'habitants (2013), telles sont les données majeures de l'espace français, ce qui le classe au 42e rang pour la superficie et au 21e rang pour la population, parmi les États du monde.Dix-neuf fois plus petit que celui des États-Unis, trente-deux fois plus petit que celui de la Russie, le territoire métropolitain […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique

  • Écrit par 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Philippe LÉGÉ
  •  • 21 046 mots
  •  • 3 médias

« La France est hantée par l'idée de déclin. » La formule de Christian Stoffaës résume de façon percutante l'histoire économique française depuis le début du xxe siècle, ou plutôt la manière dont les Français ont vécu cette histoire.L'idée qu'il existe un « retard français » est, en effet, une constante sur le long terme. Les comparaisons qui sont éta […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Naissance d'une nation

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 953 mots
  •  • 11 médias

Si la Gaule romaine peut apparaître avec le recul des siècles comme une ancêtre de la France, les territoires qui devaient constituer celle-ci ne formèrent que lentement, au cours du Moyen Âge, la préfiguration de son entité nationale. Divisée au lendemain des grandes invasions du v […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Liberté, égalité, ces deux principes constituent, en 1789, les fondements de l'ordre nouveau, mais plus encore la négation radicale de l'ancien droit français, en ce qui concerne tant la conception de l'État que celle des droits individuels. L'explosion individualiste de la Révolution française a gagné toute l'Europe, tandis qu'elle a profondéme […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 926 mots
  •  • 8 médias

Dès le début de l'année 1789, alors que se préparait la réunion des États généraux voulue par le roi Louis XVI, on parlait, en France, d'« Ancien Régime ». Les événements ultérieurs donnèrent à l'expression une dimension radicale qu'elle n'avait pas nécessairement dans son principe. Il n'empêche que la période qui s'ouvre en 1789 fut bien d'abord marq […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - La France d'aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 6 686 mots
  •  • 7 médias

La France libérée en 1945 est un pays en ruine, usé par une décennie de crise économique puis cinq années d'occupation. Or, durant la seconde moitié du xxe siècle, elle va connaître une spectaculaire mutation de ses structures économiques, sociales, politiques, culturelles, entraînant des transformations de l'existence quotidienne des Français comme l […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le droit français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HALPÉRIN
  •  • 7 138 mots
  •  • 2 médias

Qu'est ce que le droit français ? Si les enseignants spécialisés dans une branche particulière de ce droit n'éprouvent pas le besoin de répondre à une telle question, une présentation générale de cet « objet scientifique » nécessite quelques préalables méthodologiques. Les juristes positivistes considèrent qu'à chaque État correspond – et même s'identifie – un […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Pour rendre compte de l'évolution d'une langue, le linguiste distingue traditionnellement deux sortes de facteurs : des facteurs internes, c'est-à-dire des mécanismes de changements proprement linguistiques, dus aux modifications et au réaménagement des systèmes, et des facteurs externes, à savoir les modifications de la société, des techniques, etc., ainsi que les événements historiques. Ces caus […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves DURAND, « FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-formation-territoriale/