Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PERPIGNAN

Occitanie : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Occitanie : carte administrative

Il n'y a pas de continuité entre la ville antique de Ruscino, fondée au viiie siècle avant J.-C., abandonnée au ier siècle de notre ère, et Perpignan, qui apparaît en 927 seulement. Toutefois, Ruscino, d'abord capitale des Sordes puis romanisée, est située à quelques kilomètres du site initial de Perpignan. Dès la fin du xe siècle, Perpignan échoit aux comtes de Roussillon-Empuries, qui en font bientôt leur capitale. Au xiie siècle, la ville passe sous le contrôle des rois d'Aragon et, en 1197, le roi Pierre II la dote d'un consulat. Capitale du royaume de Majorque de 1276 à 1344, la ville connaît une période faste marquée par le développement du commerce, le succès de ses foires, l'essor de la draperie et la construction du palais des Rois de Majorque. Quand la ville redevient aragonaise, le roi Pierre IV la dote d'une université, en 1350, puis d'un tribunal de la mer, en 1388, pour lequel on construit en 1397 une « loge », maison pour les consuls de mer. Depuis le xiiie siècle, l'Inquisition traque les hérétiques tandis que les juifs doivent désormais résider dans un quartier particulier de la ville. Autre minorité, dont la présence est attestée jusqu'au xve siècle : les esclaves, venus de tout le bassin méditerranéen. À partir de la seconde moitié du xve siècle, la ville décline en raison des guerres entre héritiers du roi d'Aragon et des visées expansionnistes du roi de France : Perpignan est même occupée par les Français de 1475 à 1493. La lutte entre la France et l'Espagne reprend au xvie siècle et se poursuit au siècle suivant : en 1642, Perpignan devient française. L'annexion est confirmée par le traité des Pyrénées de 1659, mais la population perd une grande partie de ses droits traditionnels, et Vauban l'enserre dans un polygone de 82 hectares, plus grand que la superficie habitée, rendant difficile jusqu'au début du xxe siècle l'expansion urbaine. Toutefois, au xviiie siècle, l'administration française réussit à imposer des travaux novateurs et hygiéniques comme l'élargissement et le pavage des rues, la construction de nouveaux bâtiments (université en 1760). Si la période révolutionnaire, du fait de la guerre avec l'Espagne, ralentit les affaires, le premier Empire, au contraire, amène une vraie prospérité, car Perpignan constitue la base arrière des armées napoléoniennes qui combattent en Espagne. L'expansion de la cité se poursuit et la ville atteint 21 783 habitants au milieu du xixe siècle (1851). L'arrivée du chemin de fer, en 1858, est le point de départ de la spécialisation agricole de la plaine du Roussillon : le commerce des vins et celui des fruits et légumes commence à enrichir ses habitants. La ville s'étend autour de la gare et au nord de la Têt. L'expansion se poursuit dans la première moitié du xxe siècle et, en 1931, Perpignan a une population de 73 962 habitants. C'est alors qu'on note la création de plusieurs quartiers nouveaux car, depuis 1904, la ville a perdu la ceinture de remparts qui entravait son développement. Les premières habitations à bon marché apparaissent en 1932 dans le quartier Saint-Jacques et en 1935 dans le quartier Saint-Matthieu.

Après une certaine stagnation au milieu du xxe siècle, la ville reprend son essor dans la seconde moitié du siècle. Elle ne dispose pourtant pas de plan d'occupation des sols, mais d'un plan d'urbanisme directeur datant de 1958. À partir des années 1960, de nouveaux quartiers sont édifiés (la ville nouvelle du Moulin-à-Vent date de 1962) ainsi qu'un vaste campus universitaire. L'enseignement universitaire, disparu en 1793, est en effet réapparu en 1957 et donne naissance à une université à part entière en 1979. C'est une manifestation du dynamisme perpignanais tant sur le plan économique (l'université est, avec la[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite d'histoire contemporaine à l'université de Perpignan
  • : professeur agrégé des Universités, professeur à l'université de Montpellier-III-Paul-Valéry

Classification

Pour citer cet article

Jean SAGNES et Jean-Paul VOLLE. PERPIGNAN [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Occitanie : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Occitanie : carte administrative

Autres références

  • ROUSSILLON

    • Écrit par et
    • 1 503 mots
    • 2 médias

    Les pays catalans qui, aujourd'hui, font partie intégrante de l'ensemble français formaient, du Moyen Âge au milieu du xviie siècle, les comtés de Roussillon, de Cerdagne, de Conflent et de Vallespir. En 1659, ces comtés sont annexés à la France par le traité des Pyrénées. Restructurés,...