ROSSO GIOVANNI BATTISTA DI IACOPO, dit ROSSO FIORENTINO (1494-1540)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Déposition de Croix, Rosso Fiorentino

La Déposition de Croix, Rosso Fiorentino
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Amour jouant du luth, R. Fiorentino

Amour jouant du luth, R. Fiorentino
Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

photographie


Florentin, formé dans l'ambiance maniériste d'Andrea del Sarto, Rosso se veut sans maître ; il admire et copie Michel-Ange. Inscrit dans la corporation des peintres florentins en 1516, il se fait remarquer par l'Assomption de la Vierge (1517) au cloître de l'Annunziata. Son inspiration étrange, son dessin aigu (sous l'influence de Dürer et de Bandinelli), ses couleurs aigres (Madone entre quatre saints, Offices, Florence), ses recherches d'une forme synthétique (Déposition de croix, 1521, pinacothèque de Volterra) déroutent la clientèle mais n'empêchent pas son succès, et il reçoit plusieurs commandes (Mariage de la Vierge, 1523, San Lorenzo, Florence). Un bref séjour à Rome (1523-1524) confirme son culte pour Michel-Ange et lui fait découvrir Raphaël et son école (Perino del Vaga) ainsi que Parmesan. Il travaille beaucoup pour les graveurs (Caraglio). Cette période mal connue (Christ mort, Boston) est une étape essentielle de son évolution. En 1527, Rosso fuit Rome mise à sac et mène une vie difficile et errante (Pérouse, Borgo san Sepolcro, Città di Castello, Arezzo) jusqu'en 1530 où, à Venise, l'Arétin le recommande à François Ier. Devenu peintre du roi, chanoine de la Sainte-Chapelle, Rosso crée au château de Fontainebleau de nombreux ensembles (pavillon de Pomone, pavillon des Poesles, galerie Basse, détruits) et surtout la galerie François-Ier (1534-1540), son chef-d'œuvre, où il invente une nouvelle conception du décor de fresque et de stuc. Peu de tableaux subsistent : en dehors de la Pietà d'Écouen, quelques dessins nous sont parvenus, mais les graveurs (Fantuzzi, Maître L. D., Boyvin...) nous donnent une idée de sa puissance d'invention et de son originalité dans tous les domaines. Rosso meurt à Fontainebleau en 1540 (mais, contrairement à ce qu'écrit Vasari, il ne se serait pas suicidé). Il est, avec Primatice, le créateur de l'école de Fontainebleau qui ouvre la France à la Renaissance. Il exercera, surtout dans le domaine de l'ornement, une influence internationale.

La Déposition de Croix, Rosso Fiorentino

La Déposition de Croix, Rosso Fiorentino

photographie

Rosso Fiorentino, La Déposition de Croix. 1521. Huile sur bois, 375 cm × 196 cm. Pinacothèque de Volterra, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Amour jouant du luth, R. Fiorentino

Amour jouant du luth, R. Fiorentino

photographie

Rosso Fiorentino (1494-1540), Amour jouant du luth, 1522. Peinture sur bois (H. 0,39 ; L. 0,47). Galerie des Offices, Florence, Italie. 

Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

Afficher

—  Sylvie BÉGUIN

Écrit par :

  • : conservateur en chef au département des Peintures du musée du Louvre

Classification


Autres références

«  ROSSO GIOVANNI BATTISTA DI IACOPO , dit ROSSO FIORENTINO (1494-1540)  » est également traité dans :

FANTUZZI ANTONIO, dit FANTOSE (mort en 1550)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 225 mots

Parfois confondu avec le graveur italien Antonio da Trento, Antonio Fantuzzi est mentionné à Fontainebleau dans les comptes, entre 1537 et 1550. Il a travaillé surtout dans l'équipe de Primatice et à des ensembles aujourd'hui perdus qui rendent impossible l'identification de sa personnalité de peintre. Il a exécuté des patrons de grotesque au plafond de la galerie d'Ulysse, également détruite. À c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-fantuzzi/#i_13152

FONTAINEBLEAU CHÂTEAU DE

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 846 mots
  •  • 2 médias

Situé au centre d'une magnifique forêt, le palais de Fontainebleau fut la résidence de presque tous les rois de France depuis Louis VII. L'époque la plus brillante pour le château est le xvi e siècle. François I er y réunit un groupe remarquable d'artistes italiens et français, qui agrandissent et décorent sa demeure : i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chateau-de-fontainebleau/#i_13152

FONTAINEBLEAU ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 3 781 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le Rosso, Primatice et Nicolò Dell'Abate »  : […] Les artistes étrangers ou français qui travaillèrent au château sont groupés à l'origine autour de Rosso (Giovanni Battista di Jacopo, surnommé le Rosso, 1494-1540). Révélé en Italie par des œuvres originales et déconcertantes, le Rosso fut appelé en France par François I er , sans doute sur la recommandation de l'Arétin en 1530. De son œuvre décorative ne subsiste à Fonta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-fontainebleau/#i_13152

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La Toscane »  : […] C'est autour de personnalités exceptionnelles (Pontormo, Rosso, Beccafumi) que vont se cristalliser les inquiétudes et les recherches, déjà sensibles dans les audaces colorées d'un Andrea del Sarto (1486-1531), dont l'influence fut capitale à l'Annunziata où se côtoyaient les artistes les plus doués du temps, tous ses élèves ou collaborateurs, comme Pontormo et Rosso. La méditation des chefs-d'œu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_13152

PRIMATICE FRANCESCO PRIMATICCIO dit (1504-1570)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 1 045 mots

À l'époque où Primatice commence son apprentissage à Bologne, sa ville natale, il ne s'y trouve pas de grand maître : les peintres locaux travaillent dans le sillage de l'école romaine, et c'est auprès d'un élève de Raphaël, Bagnacavallo, que Primatice reçoit sa première formation. Ce que Bologne ne peut lui offrir, il va le chercher à Mantoue, près d'un plus éminent disciple de Raphaël, Jules Rom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primatice/#i_13152

RENAISSANCE FRANÇAISE, arts

  • Écrit par 
  • Jean GUILLAUME
  •  • 2 899 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les expériences de la région parisienne, le premier Fontainebleau »  : […] À son retour de captivité (1526), François I er décide de résider près de Paris. L'art de la Loire reste vivant, Chambord se construit, mais les innovations désormais apparaissent dans la région parisienne. Infatigable, le roi ouvre de nouveaux chantiers : Fontainebleau , Madrid (au bois de Boulogne – détruit), l'Hôtel de ville de Paris, Saint-Germain, Villers-Cotterêts.. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance-francaise-arts/#i_13152

THIRY LÉONARD (1500 env.-1550)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 250 mots

Artiste flamand né à Bavay, Léonard Thiry est mentionné, en 1536, sur les chantiers de Fontainebleau où il travaille à la galerie François-I er avec Rosso. Les gages qu'il reçoit indiquent qu'il s'agit d'un artiste de première catégorie. Il passe ensuite dans l'équipe de Primatice (Porte dorée, 1537 et 1550). Il est loué par Vasari pour ses dons de coloriste, mais on a pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonard-thiry/#i_13152

Pour citer l’article

Sylvie BÉGUIN, « ROSSO GIOVANNI BATTISTA DI IACOPO, dit ROSSO FIORENTINO (1494-1540) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosso/