ROMANEssai de typologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La grande école

Roman pédagogique, roman d'éducation, roman d'apprentissage, roman de formation, Bildungsroman : ces termes disent l'ampleur d'un projet littéraire conçu, au siècle des Lumières, dans la foi au progrès de l'humanité. Il s'agit d'associer le lecteur au récit (le plus « vrai » possible) de vies qui se construisent dans le temps et qui, tout en acceptant leurs limites, s'efforcent de dépasser sans cesse leurs « déterminations » pour harmoniser leur « être » avec la marche de la société. Ce projet emprunte, et souvent combine, les formes les plus diverses : récits à la première ou à la troisième personne, roman-conversation, roman par lettres, aventures, voyages, digressions philosophiques. Une dimension commune caractérise toutefois des œuvres qui s'écartent autant des affabulations du roman à intrigue que du compte rendu picaresque : l'épaisseur du vécu. L'histoire de la société se concrétisera, prendra sa profondeur, son relief, à travers la subjectivité d'une existence individuelle. En retour, l'histoire de l'individu trouvera dans l'histoire de tous sa raison et sa consistance. Symphonie à « motifs » plutôt que récit linéaire, le Bildungsroman (qui implique le plus souvent un « roman des mœurs ») est généralement volumineux : son dynamisme messianique doit épouser la lente et double expérience d'un accomplissement personnel et d'une réalisation du bien commun.

Les romans de Marivaux, de Diderot, de Fielding, Paméla (1740) et Clarisse Harlowe de Richardson (1747-1748), Tristram Shandy de Sterne (1759-1766) ont les premiers précisé le champ, les personnages et l'enjeu de cette histoire où la « poésie du cœur » doit finalement, et douloureusement, s'accorder avec « la prose des rapports sociaux » (Hegel). Ainsi verra-t-on, dans la quotidienneté d'un monde pacifique et travailleur, des individus non exceptionnels, mais de bon vouloir et sensibles, rechercher le bonheur et la justice avec un sens des réalités illustré par Robinson Crusoé (1719) et selon le programme de L'Émile. Il faut apprendre : c'est la loi des Lumières, que Sade observe dans le mal avec Justine et Juliette, et à laquelle Laclos (Les Liaisons dangereuses) souscrit dans l'ordre de la perversité. Cependant, ni Goethe ni Rousseau ne dissimulent les obstacles sociaux qui peuvent s'opposer à l'éducation. C'est précisément parce que la société n'est pas parfaite que l'individu doit apprendre à vivre sur le plan pratique et sur le plan moral, sinon politique : la certitude que la nature est bonne et que l'histoire a un sens dicte à l'homme non de défier l'appareil social, mais d'en surmonter les défauts. La seconde moitié du Wilhelm Meister (1794-1796) de Goethe, qui reste le modèle du roman de formation, a significativement pour sous-titre Les Renonçants, qui pouvait convenir aussi à La Nouvelle Héloïse (1761). En effet, l'individu doit payer cher l'accord de son destin avec le destin social.

Le roman du xixe siècle s'établit sur les ruines du Bildungsroman. Il n'y a plus d'éducation. Seules comptent l'expérience et la stratégie. Quand l'éducation n'est plus que sentimentale, le héros de roman, séparé du mouvement social, est voué à l'impuissance et au désabusement. Et plus la civilisation industrielle se développe, plus on voit les personnages romanesques faire leur éducation malgré eux, par la force des choses, tel Ferdinand dans Voyage au bout de la nuit (Céline, 1932). Désormais, quand la dynamique de l'éducation figure dans le roman, elle est viciée d'une réalité que ne pouvaient admettre les romanciers de l'âge des Lumières : l'échec.

Certes, Romain Rolland, dans Jean-Christophe (1904-1912), mettra le destin de son héros en accord avec celui du monde, mais par la médiation d'un art. Dans l'œuvre de Jules Vallès comme dans Les Thibault (1920-1937) de Martin du Gard, la formation du héros est brisée par la force objective de l'histoire.

Cet échec, Thomas Mann le laissera en suspens dans La Montagne magique (1925). Mann a lui-même déclaré qu'il avait voulu tout ensemble parodier le vieux Bildungsroman et le faire renaître afin de lui confier un nouveau message humaniste et libéral. Sept années durant, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Günter Grass

Günter Grass
Crédits : Gérard Aime/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Les Misérables, V. Hugo

Les Misérables, V. Hugo
Crédits : Géo Dupuis/ musée Victor Hugo, Paris/ AKG Images

photographie

Heinrich Mann

Heinrich Mann
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Marguerite Yourcenar

Marguerite Yourcenar
Crédits : Louis Monier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ROMAN  » est également traité dans :

ROMAN - Genèse du roman

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 5 840 mots
  •  • 1 média

À propos de Beauté mon beau souci, Arland écrivait : « Nouvelle ou roman ? [...] C'est une nouvelle qui soudain se transforme en roman » ; et Robert Mallet : « À la limite du récit autobiographique, de la nouvelle et de l'essai. Certains pourront les considérer comme des ébauches de roman, d'autres c […] Lire la suite

ROMAN - Roman et société

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 702 mots
  •  • 5 médias

Le roman peut aussi bien traduire la réalité sociale que la trahir. D'une part, il est le mode d'expression artistique dont les relations avec cette réalité sont les plus amples et les plus précises : la fiction chinoise Le Rêve du pavillon rouge, les œuvres de Balzac, de Proust ou de Joyce auront retranscrit, chacun en son temps, une somme […] Lire la suite

ROMAN - Le personnage de roman

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 222 mots
  •  • 2 médias

Un personnage romanesque est souvent héroïque, il n'est jamais un héros. Ce dernier accomplit avec une constance exemplaire un destin décidé par les dieux ou un dessein dicté par le devoir. Œdipe et Antigone, Achille et Ulysse, Lancelot et Siegfried, Hamlet et Macbeth ont en commun l'invariabilité : sauf en de rares moments de faiblesse ils vont dans le sens d'une même éthique supra ou extra-humai […] Lire la suite

ROMAN - De Balzac au nouveau roman

  • Écrit par 
  • Michel RAIMOND
  •  • 5 089 mots
  •  • 3 médias

Les auteurs du nouveau roman ont beaucoup fait depuis une quinzaine d'années pour dessiner les grandes lignes de l'évolution du roman de Balzac à Butor. On serait tenté de montrer quelque scepticisme à l'égard de l'histoire du roman telle qu'ils la présentent parfois. Cela dit, et la part étant faite de ce qui relève de la publicité ou des nécessités de la polémique, il reste que, comme Robbe-Gril […] Lire la suite

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 684 mots
  •  • 1 média

On groupe sous l'expression « nouveau roman » des œuvres publiées en France à partir des années 1950 et qui ont eu en commun un refus des catégories considérées jusqu'alors comme constitutives du genre romanesque, notamment l'intrigue – qui garantissait la cohérence du récit – et le personnage, en tant qu'il offrait, grâce à son nom, sa description physi […] Lire la suite

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 088 mots
  •  • 7 médias

Au tournant des années 1970-1980, le roman français a vécu une profonde mutation esthétique. Après deux décennies dominées par les explorations formelles des dernières avant-gardes, la hantise de l'écrivain était de n'avoir plus d'autre horizon que l'innovation pratiquée pour elle-même, variation à l'infini de fonctionnements textuels désormais trop bien connus et déjà poussés à leur plus extrême […] Lire la suite

ROMAN - Roman et cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Louis LEUTRAT
  •  • 6 193 mots
  •  • 5 médias

Les relations de la littérature et du cinéma ont fait l'objet de commentaires nombreux et parfois polémiques, visant le plus souvent à repérer les traces d'une « influence » susceptible de s'exercer dans l'un ou l'autre sens et qui sera estimée bénéfique ou négative selon les cas et les auteurs. Très vite, le débat « littérature-cinéma » a été circonscrit aux rapports du roman et du cinéma, sans d […] Lire la suite

ROMAN D'AVENTURES

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 3 895 mots
  •  • 9 médias

À la fin du xviiie siècle, une mutation remarquable vient affecter le genre du récit de voyage : alors que l’âge classique avait privilégié les connaissances rapportées par le voyageur, le nouveau récit s’organisa autour de la personnalité de ce dernier, de ses sentiments, des aventures survenues lors de son voyag […] Lire la suite

ROMAN FAMILIAL

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 848 mots

C'est dans le livre d'Otto Rank, Le Mythe de la naissance du héros (1909), que Freud inséra un petit texte intitulé « Le Roman familial des névrosés ». Le phénomène auquel se rattache ledit « roman » est le processus général de distanciation entre parents et enfants, processus qui, pour Freud, est indispensable et constitue même la cond […] Lire la suite

ROMAN HISTORIQUE

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 1 016 mots

Le roman a toujours puisé dans l'histoire de quoi nourrir ses fictions et leur donner les prestiges du vraisemblable. Mais, en tant que genre spécifiquement déterminé, le roman historique a pris son essor — comme la plupart des formes romanesques — au xixe siècle, alors que la bourgeoisie prend le pouvoir. C'est au xviii […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CABRIÈS, « ROMAN - Essai de typologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-essai-de-typologie/