ROMAN DE LA ROSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La réflexion critique de Jean de Meun

Jean de Meun, qui traduisit Boèce, Végèce, les épîtres d'Héloïse et Abélard, semble d'abord apporter une consolation philosophique à l'amoureux désespéré. Amplifiant le schéma ébauché par Guillaume, il fait réapparaître ses personnages, leur prêtant de plus longs discours. Dans la mise en scène élargie de cette Psychomachia, la disputatio l'emporte sur la narratio. Cependant, avec l'aide de nouvelles personnifications, comme Faux-Semblant, Nature, Genius, l'allégorie va donner la victoire aux troupes de Vénus et d'Amour. L'assaut épico-burlesque du château prépare un dénouement construit sur une métaphore laborieuse, et un peu trop transparente, de l'acte sexuel.

Malgré l'impression de désordre que donnent les discours (celui de Nature comporte une période de 2 000 vers), l'auteur maîtrise ses digressions. La ligne du discours semble couper les cercles concentriques d'une pensée structurée comme l'univers dont elle parle. La difficulté tient souvent à la contradiction des thèses qui s'affrontent dans une dialectique reflétant la complexité de l'expérience, les conflits d'idées, la diversité des êtres, bref un monde pluraliste.

Le lecteur est frappé par l'audace et le cynisme de certains propos. Ami enseigne les ruses qui permettent de conquérir les femmes ; il donne des conseils ironiques aux maris pour les garder. Faux-Semblant démontre le pouvoir décisif de l'hypocrisie. La Vieille, prenant la défense des femmes et cherchant à les venger, leur révèle toutes les recettes, même les plus frelatées, de la coquetterie. Elle leur apprend à duper les hommes en s'enrichissant à leurs dépens. Elle exalte le plaisir physique et la liberté sexuelle : « Toutes pour tous, et tous pour toutes ! »

Ces idées, qui relèvent de la tradition satirique, donnent à cet enseignement une certaine couleur antisociale. Car c'est à la nature, non à la société, que l'on va demander la raison de l'amour. Encore faut-il bien voir qu'il s'agit d'une nature servante de la divinité, s [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ROMAN DE LA ROSE  » est également traité dans :

ROMAN DE LA ROSE (G. de Lorris et J. de Meun) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 1 009 mots

Composé vers 1230 par Guillaume de Lorris, dont nous ne savons rien, le Roman de la Rose a été continué quarante ans plus tard environ par Jean de Meun. Ce clerc très savant, lié au milieu universitaire parisien, fut aussi l'un des premiers traducteurs en français : on a notamment conservé ses traductions de la Con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-la-rose-g-de-lorris-et-j-de-meun/

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Dans le chapitre « De l'allégorie au symbole »  : […] Ainsi autorisée par la théologie, l'allégorie a connu un prodigieux essor dans la littérature et l'art du Moyen Âge – au point que la pensée médiévale tout entière a pu être qualifiée d'allégorique. Tout s'entrelace, tout se répond dans un monde saturé de signes, sorte de livre où déchiffrer les marques du Créateur – mais aussi miroir de soi dans la quête amoureuse du Roman de la Rose ( xiii e   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie-notion-d/#i_6198

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 638 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'art du XIIIe siècle »  : […] Si l'allégorie devient le mode d'expression privilégié au xiii e  siècle, c'est parce qu'elle répond à un mode de représentation en accord avec les tendances intellectualistes de l'époque. L'art symbolique de l'âge roman cède en effet la place à une esthétique plus systématique, plus lumineuse. On passe de l'ambiguïté des signes symboliques à un code stabilisé. La recherche et l'invention portent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie/#i_6198

CHAUCER GEOFFREY (1340 env.-env. 1400)

  • Écrit par 
  • Paul BACQUET
  •  • 1 298 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le classement des œuvres »  : […] Indépendamment de son œuvre en prose, on distinguait jadis trois périodes dans la carrière littéraire de Chaucer : 1. La période française (traduction partielle du Roman de la rose et The Book of the Duchess ). 2. La période italienne pendant laquelle, à la suite de missions à Gênes et Florence, il subit l'influence de Boccace : Troilus and Criseyde ( Troïle et Cresside ), The House of Fame ( La M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geoffrey-chaucer/#i_6198

ROMAN - Genèse du roman

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 5 840 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évêque d'Avranches, premier généticien du roman »  : […] Et si nous relisions la première théorie comparatiste du genre ? Des romans en vers, et des « poèmes épiques qui, outre qu'ils sont en vers, ont encore des différences essentielles qui les distinguent des romans, quoiqu'ils aient d'ailleurs un très grand rapport », Mgr Huet, l'évêque d'Avranches, distingue au xvii e  siècle les « histoire feintes d'aventures amoureuses [le fiction de l'anglais], […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-genese-du-roman/#i_6198

THOMAS D'AQUIN saint (1224 ou 1225-1274)

  • Écrit par 
  • Marie-Dominique CHENU
  •  • 4 372 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La nature »  : […] Il était dans la logique de ce rationalisme chrétien de reconnaître aux lois de la nature leur consistance spécifique, jusque dans la vie de la grâce : c'est parce qu'il y a une phusis , avec la nécessité de ses lois, que la science peut se construire en un logos . Telle est la cohérence de toute renaissance, celle du xiii e  siècle comme celle du Quattrocento. Thomas écarte ainsi la tentation de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-d-aquin/#i_6198

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « ROMAN DE LA ROSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-la-rose/