ROMAN DE LA ROSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plus de deux cent cinquante manuscrits ont conservé le Roman de la Rose, poème de 21 750 octosyllabes, chef-d'œuvre du xiiie siècle et monument de la littérature française qu'on peut comparer sans ridicule à l'œuvre de Dante ou à celle de Cervantès.

Le Roman de la Rose

Photographie : Le Roman de la Rose

L'un des nombreux manuscrits du Roman de la Rose. Ce chef-d'œuvre français du XIIIe siècle a été commencé par Guillaume de Lorris et continué, quarante ans plus tard, par Jean de Meung. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La critique moderne montre toutefois quelque réticence à lui accorder cette valeur exceptionnelle. En raison de sa dualité d'abord : aux 4 028 vers de Guillaume de Lorris s'est ajoutée, quarante ans plus tard, entre 1270 et 1285, la continuation de Jean de Meun, qui rend difficile l'appréciation de cette architecture composite. Mais aussi en raison de son hermétisme : allégorie énigmatique, dans la première partie, ironique dans la seconde, l'œuvre mêle des références savantes et occultes aux meilleurs procédés de la poésie et de la rhétorique. Ainsi, dès la fin du Moyen Âge, des interprétations contradictoires en ont été données, que reflètent les miniatures des manuscrits, ou la longue querelle opposant Gerson et Christine de Pizan (hostiles aux hardiesses et à l'antiféminisme de Jean de Meun ; Vision de Gerson, 1402) aux humanistes de Paris qui défendent le texte. Jean de Meun lui-même n'est il pas intervenu pour rectifier le sens caché de la première aventure ?

Guillaume de Lorris et l'aventure courtoise

La première partie due à Guillaume de Lorris se présente comme le récit d'un songe. Le narrateur se souvient d'un rêve de jeunesse, qui s'est avéré prophétique. Un matin de printemps, il part dans la nature, où les fleurs et les oiseaux manifestent la joie du renouveau. Il arrive bientôt devant un verger clos de murs infranchissables. D'effrayantes images y sont peintes, représentant des vices personnifiés ou des misères qu'on leur associe (comme Vieillesse et Pauvreté). Attiré par le chant des oiseaux, le narrateur trouve une petite porte qu'une belle demoiselle, Oiseuse (Oisiveté), vient lui ouvrir. À l'intérieur, on découvre une société joyeuse, entourant Amour. Ce personnage est armé de deux arcs et de dix flèches d'or ou de fer. À côté de lui, des personnifications des vertus et des qualités courtoises se livrent aux joies de la danse. Explorant le jardin où pullulent les espèces animales et végétales, le héros arrive près d'une fontaine : celle où Narcisse a trouvé la mort. Il s'approche avec crainte du miroir naturel au reflet de cristal dans lequel Cupidon a jeté sa graine pour prendre les amoureux. Il aperçoit, dans l'image réfléchie du jardin, un buisson de roses et, fasciné par un bouton près d'éclore, il se dirige vers lui. Alors, Amour lance cinq flèches, dont Beauté, et le nouvel amoureux, blessé, doit rendre hommage à ce redoutable seigneur. Il reçoit les commandements d'Amour, puis des conseils et des avertissements. Et c'est alors la série d'épreuves qui commence, les efforts pour se rapprocher de la rose, pour la cueillir, l'intervention de Danger qui repousse l'amoureux. Raison tente de le dissuader, Ami l'encourage. Il peut en effet obtenir un baiser. Mais Male Bouche (la Médisance), Honte, Peur et Jalousie vont susciter de nouveaux obstacles. Un mur est construit autour du parterre où sont gardées les roses, et Bel Accueil est retenu prisonnier dans une tour. Le récit de Guillaume de Lorris s'interrompt au moment où l'amoureux s'abandonne au désespoir.

Le nom des personnifications aide à déchiffrer l'allégorie. C'est la figuration d'une histoire d'amour courtois : un jeune homme s'éprend d'une jeune fille, cherche à la séduire, mais voit son entreprise évoluer selon les vicissitudes des sentiments, favorables ou défavorables, qu'éprouve pour lui l'aimée.

L'allégorie ne sert pas à déguiser une confession. Elle donne à l'aventure un caractère exemplaire : histoire de l'amour et non d'un amour. La doctrine courtoise, clairement résumée dans les commandements d'Amour, prend un sens plus profond dans le contexte d'une aventure dont les péripéties, les personnages, les décors, le style même suggèrent un idéal de grâce, d'élégance et de distinction. Des éléments mythiques renforcent cette suggestion. L'histoire de Narcisse constitue un avertissement et une réflexion sur le paradoxe du désir. L'image de la rose résume par sa structure symbolique toutes les valeurs de la beauté. Le schéma même de la quête est celui d'un mythe d'initiation : préparatifs, du néophyte, espace clos, entouré d'interdits, porte étroite, voyage vers l'intérieur, blessure, pâmoison, contrat, pr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ROMAN DE LA ROSE  » est également traité dans :

ROMAN DE LA ROSE (G. de Lorris et J. de Meun) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 1 009 mots

Composé vers 1230 par Guillaume de Lorris, dont nous ne savons rien, le Roman de la Rose a été continué quarante ans plus tard environ par Jean de Meun. Ce clerc très savant, lié au milieu universitaire parisien, fut aussi l'un des premiers traducteurs en français : on a notamment conservé ses traductions de la Con […] Lire la suite

ROMAN - Genèse du roman

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 5 840 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évêque d'Avranches, premier généticien du roman »  : […] Et si nous relisions la première théorie comparatiste du genre ? Des romans en vers, et des « poèmes épiques qui, outre qu'ils sont en vers, ont encore des différences essentielles qui les distinguent des romans, quoiqu'ils aient d'ailleurs un très grand rapport », Mgr Huet, l'évêque d'Avranches, distingue au xvii e  siècle les « histoire feintes d'aventures amoureuses [le fiction de l'anglais], […] Lire la suite

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 640 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'art du XIIIe siècle »  : […] Si l'allégorie devient le mode d'expression privilégié au xiii e  siècle, c'est parce qu'elle répond à un mode de représentation en accord avec les tendances intellectualistes de l'époque. L'art symbolique de l'âge roman cède en effet la place à une esthétique plus systématique, plus lumineuse. On passe de l'ambiguïté des signes symboliques à un code stabilisé. La recherche et l'invention portent […] Lire la suite

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Dans le chapitre « De l'allégorie au symbole »  : […] Ainsi autorisée par la théologie, l'allégorie a connu un prodigieux essor dans la littérature et l'art du Moyen Âge – au point que la pensée médiévale tout entière a pu être qualifiée d'allégorique. Tout s'entrelace, tout se répond dans un monde saturé de signes, sorte de livre où déchiffrer les marques du Créateur – mais aussi miroir de soi dans la quête amoureuse du Roman de la Rose ( xiii e   […] Lire la suite

CHAUCER GEOFFREY (1340 env.-env. 1400)

  • Écrit par 
  • Paul BACQUET
  •  • 1 298 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le classement des œuvres »  : […] Indépendamment de son œuvre en prose, on distinguait jadis trois périodes dans la carrière littéraire de Chaucer : 1. La période française (traduction partielle du Roman de la rose et The Book of the Duchess ). 2. La période italienne pendant laquelle, à la suite de missions à Gênes et Florence, il subit l'influence de Boccace : Troilus and Criseyde ( Troïle et Cresside ), The House of Fame ( La M […] Lire la suite

THOMAS D'AQUIN saint (1224 ou 1225-1274)

  • Écrit par 
  • Marie-Dominique CHENU
  •  • 4 372 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La nature »  : […] Il était dans la logique de ce rationalisme chrétien de reconnaître aux lois de la nature leur consistance spécifique, jusque dans la vie de la grâce : c'est parce qu'il y a une phusis , avec la nécessité de ses lois, que la science peut se construire en un logos . Telle est la cohérence de toute renaissance, celle du xiii e  siècle comme celle du Quattrocento. Thomas écarte ainsi la tentation de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « ROMAN DE LA ROSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-la-rose/