ROBERT GUISCARD (1015 env.-1085)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils aîné du second mariage de Tancrède, seigneur de Hauteville-la-Guichard (Cotentin). Plusieurs des demi-frères de Robert Guiscard sont partis dans les années 1030 faire fortune en Italie méridionale : Guillaume Bras-de-Fer (1042-1046), puis Dreu (1046-1051) et Onfroy (1051-1057) ont pris la tête des bandes normandes qui, à partir de Melfi, conquièrent les territoires byzantins d'Italie du Sud. Robert arrive dans la région vers 1046, se met au service du prince de Bénévent, puis se livre pour son propre compte à des opérations de pillage et de conquête dans la Calabre byzantine. En 1057, il succède à Onfroy comme duc et partage la Calabre avec son frère Roger, futur comte de Sicile. Il jure fidélité au pape réformateur Nicolas II à Melfi (1059), s'empare de Reggio en 1060 et de Bari, capitale de l'Italie byzantine, en 1071. Dès 1060, il a entrepris avec Roger la conquête de la Sicile musulmane ; Palerme est prise en 1072. Il étend aussi sa domination sur les Abruzzes, au détriment de Grégoire VII, avec qui il se réconcilie en 1080. Amalfi en 1072, Salerne et sa principauté en 1077 tombent en son pouvoir. Il se lance en 1081 avec son fils Bohémond à la conquête de l'Épire (Durazzo, 1082) et de la Thessalie, mais doit rentrer en Italie pour mater une rébellion de ses vassaux et secourir Grégoire VII, assiégé par Henri IV : en 1084, les Normands saccagent Rome, Grégoire VII se retire à Salerne. Robert meurt en reprenant son expédition balkanique.

Il a fondé le duché de Pouille (dont le comté de Sicile est vassal), qui couvre toute l'Italie méridionale, sauf Naples et la principauté de Capoue. Sa principauté féodale, qui réunit des territoires lombards, byzantins et musulmans, est la base du royaume de Sicile de son neveu Roger II. La féodalité normande et l'Église latine réformatrice assurent à cet ensemble une cohésion encore fragile, que le duc Roger (1085-1111), fils de Robert et de la Lombarde Sykelgaite, préservera très difficilement.

—  Jean-Marie MARTIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROBERT GUISCARD (1015 env.-1085)  » est également traité dans :

CONQUÊTE NORMANDE DE LA SICILE MUSULMANE

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 224 mots

C'est en 827 que les Aghlabides, dynastie indépendante d'Ifriqya (la Tunisie actuelle), se sont lancés à la conquête de la Sicile. Messine est tombée en 842, Syracuse en 878 et Taormine en 902. Les musulmans ont transféré alors la capitale de Syracuse à Palerme, d'où sont parties les razzias contre l'Italie du Sud. Au x e  siècle, l'île est passée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conquete-normande-de-la-sicile-musulmane/#i_17513

ÉTATS DU PAPE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 672 mots

755-756 À l'appel du pape Étienne II, menacé par les Lombards, l'armée franque de Pépin descend en Italie. Les territoires conquis sur les Lombards, autour de Ravenne et de Rome, sont donnés au pape, sous le nom de « Patrimoine de Saint-Pierre ». 846 Les basiliques Saint-Pierre et Saint-Paul-Hors-les-Murs de Rome sont pillées par les Sarrasin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-du-pape-reperes-chronologiques/#i_17513

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « Le royaume normand »  : […] Les pèlerins normands recrutés par Melo attirent des compatriotes avides de butin, et profitent des divisions politiques pour établir leurs bandes à Aversa puis à Melfi, et ravager la Pouille et la Calabre, où Robert Guiscard arrive vers 1046, puis servent à la papauté d'appui contre les empereurs. Ils dominent l'ensemble du Sud après la prise de Bari ; Roger I er , frère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/#i_17513

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 946 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'unification normande »  : […] C'est probablement en 999, à Salerne, que des chevaliers normands apparaissent en Italie méridionale. Mais il faut attendre 1016 pour que d'autres Normands, recrutés par le pape et les princes lombards, participent aux luttes de Melo contre les Byzantins. Ce sont de jeunes chevaliers, fuyant la justice ducale, attirés par l'amour de la guerre et l'appât du gain ; l'afflux, faible numériquement, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sicile/#i_17513

Pour citer l’article

Jean-Marie MARTIN, « ROBERT GUISCARD (1015 env.-1085) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-guiscard/