ROBERT GUISCARD (1015 env.-1085)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils aîné du second mariage de Tancrède, seigneur de Hauteville-la-Guichard (Cotentin). Plusieurs des demi-frères de Robert Guiscard sont partis dans les années 1030 faire fortune en Italie méridionale : Guillaume Bras-de-Fer (1042-1046), puis Dreu (1046-1051) et Onfroy (1051-1057) ont pris la tête des bandes normandes qui, à partir de Melfi, conquièrent les territoires byzantins d'Italie du Sud. Robert arrive dans la région vers 1046, se met au service du prince de Bénévent, puis se livre pour son propre compte à des opérations de pillage et de conquête dans la Calabre byzantine. En 1057, il succède à Onfroy comme duc et partage la Calabre avec son frère Roger, futur comte de Sicile. Il jure fidélité au pape réformateur Nicolas II à Melfi (1059), s'empare de Reggio en 1060 et de Bari, capitale de l'Italie byzantine, en 1071. Dès 1060, il a entrepris avec Roger la conquête de la Sicile musulmane ; Palerme est prise en 1072. Il étend aussi sa domination sur les Abruzzes, au détriment de Grégoire VII, avec qui il se réconcilie en 1080. Amalfi en 1072, Salerne et sa principauté en 1077 tombent en son pouvoir. Il se lance en 1081 avec son fils Bohémond à la conquête de l'Épire (Durazzo, 1082) et de la Thessalie, mais doit rentrer en Italie pour mater une rébellion de ses vassaux et secourir Grégoire VII, assiégé par Henri IV : en 1084, les Normands saccagent Rome, Grégoire VII se retire à Salerne. Robert meurt en reprenant son expédition balkanique.

Il a fondé le duché de Pouille (dont le comté de Sicile est vassal), qui couvre toute l'Italie méridionale, sauf Naples et la principauté de Capoue. Sa principauté féodale, qui réunit des territoires lombards, byzantins et musulmans, est la base du royaume de Sicile de son neveu Roger II. La féodalité normande et l'Église latine réformatrice assurent à cet ensemble une cohésion encore fragile, que le duc Roger (1085-1111), fils de Robert et de la Lombarde Sykelgaite, préservera très difficilement.

—  Jean-Marie MARTIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROBERT GUISCARD (1015 env.-1085)  » est également traité dans :

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 949 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'unification normande »  : […] fidélité. Ainsi reconnus, les Normands conquièrent la Pouille et la Calabre. Le duc Robert Guiscard, fils de Tancrède de Hauteville, s'empare de Bari en 1071. Parallèlement, son frère Roger entreprend la conquête de la Sicile : Palerme tombe en 1072 et, vingt ans plus tard, l'île tout entière est normande. Robert Guiscard, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sicile/#i_17513

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 452 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Le royaume normand »  : […] compatriotes avides de butin, et profitent des divisions politiques pour établir leurs bandes à Aversa puis à Melfi, et ravager la Pouille et la Calabre, où Robert Guiscard arrive vers 1046, puis servent à la papauté d'appui contre les empereurs. Ils dominent l'ensemble du Sud après la prise de Bari ; Roger Ier, frère de Robert, arrache la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/#i_17513

CONQUÊTE NORMANDE DE LA SICILE MUSULMANE

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 224 mots

e siècle, les divisions politiques parmi les musulmans facilitent la conquête normande. Robert Guiscard, un seigneur normand du Cotentin, de la famille des Hauteville, arrive en 1046 en Italie du Sud. En 1057, il devient, avec son frère Roger, duc de Calabre. Dès 1060, il entreprend la conquête de la Sicile musulmane et s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conquete-normande-de-la-sicile-musulmane/#i_17513

ÉTATS DU PAPE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 672 mots

1084 Assiégé à Rome par le roi de Germanie Henri IV, le pape Grégoire VII en appelle au Normand Robert Guiscard, qui lui a rendu hommage pour ses terres d'Italie du Sud (1067). Celui-ci libère le pape, mais ses troupes pillent la ville […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-du-pape-reperes-chronologiques/#i_17513

Pour citer l’article

Jean-Marie MARTIN, « ROBERT GUISCARD (1015 env.-1085) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-guiscard/