PALERME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tour à tour colonie phénicienne, comptoir carthaginois, municipe romain, avant-poste de la reconquête byzantine, Palerme n'est longtemps, en Sicile, qu'une cité de second plan, après Syracuse et Lilybée. Choisie en 948 comme résidence du nouvel émir, elle doit à la conquête arabe son rang de capitale de l'île. Elle le conservera sous les rois normands et sous Frédéric II, avant de devenir, après l'intermède angevin et aragonais, le principal centre politique et la résidence préférée, puis unique, des vice-rois envoyés d'Espagne ou de Naples. Simple préfecture après 1860, elle retrouve en partie sa place, en 1946, comme chef-lieu de la province de Palerme.

Italie : carte administrative

Carte : Italie : carte administrative

Carte administrative de l'Italie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Au cœur d'une plaine côtière riche en eaux et ceinturée de montagnes jadis boisées, la Conca d'Oro, Palerme a imposé sa marque à ce proche espace urbain où elle étale aujourd'hui ses faubourgs ; plaine longtemps vide et marécageuse, hors du grand parc, mi-jardin, mi-réserve de chasse qui entourait la ville à l'époque normande. Sur les hauteurs, quelques noyaux de peuplement furent jusqu'au xvie siècle les seuls satellites d'une ville sans banlieue : Monreale, le Saint-Denis des rois normands, les abbayes de San Martino delle Scale, de Baida (bénédictines) et d'Altofonte (cistercienne). Dans la plaine, quelques rares églises extra-muros : San Giovanni dei Lebbrosi, Santa Maria di Gesù. La grande expansion urbaine a eu lieu du xvie au xviiie siècle : la plaine se peuple alors, des Colli à Bagheria, de villas aristocratiques qui accompagnent sa mise en valeur pour les besoins de la ville (vigne, puis agrumes).

On a souvent exagéré l'influence des occupations — et des civilisations — successives sur le visage actuel de la ville. On le lit, bien sûr, sur tel monument isolé : ainsi à la cathédrale dont le chantier se poursuit pendant trois siècles après sa reconversion de mosquée en église. Les très rares vestiges conservés de l'époque arabe, à Saint-Jean des Ermites ou au palais des Émirs, apparaissent réenglobés dans des édifices normands. Et ceux-là mêmes, en dehors de quelques ensembles homogènes (chapelle Palatine, Martorana), ont souvent subi le même sort (le Palais royal) ou ne constituent plus que des éléments isolés : ainsi la Zisa, la Cuba et la Cubula, seuls vestiges du grand parc royal. En fait, à l'exception de quelques édifices des années 1300-1450 (le Steri ou le palais Sclafani), la ville a pris son visage actuel à l'époque des vice-rois espagnols et napolitains (1450-1800), avec la prodigieuse croissance démographique du xvie siècle, qui quadruple sa population (de 25 000 à 100 000 hab.).

Cloître de l'église Saint-Jean-des- Ermites

Photographie : Cloître de l'église Saint-Jean-des- Ermites

Cloître de l'église Saint-Jean-des-Ermites (1132), à Palerme. 

Crédits : Jean-Pierre Dalbéra/ flickr ; CC-BY

Afficher

Ce primat de la Renaissance et du baroque — un baroque qui se prolonge tard au xviiie siècle — se lit sans effort dans l'architecture, qu'il s'agisse d'une simple façade plaquée sur un monument antérieur (la Martorana) ou, bien plus souvent, d'une construction nouvelle. De cette époque datent, pour la grande majorité, les églises et les palais, les fontaines et les portes triomphales, tous ces monuments qui donnent encore à la ville, malgré la diversité des styles, les remaniements postérieurs à l'Unité et la dégradation récente du centre historique, une indiscutable cohésion architectonique. Cohésion qu'accentue encore le remodelage volontaire de l'espace urbain à l'époque moderne. À l'intérieur des nouvelles murailles (milieu du xvie s.) qui vont limiter pendant deux cent cinquante ans son expansion, une croisée de rues, scandées de places, écartèle la ville et superpose à la division médiévale en quartiers un ordre géométrique. L'axe de la vieille ville, l'ancien Cassaro, est prolongé jusqu'à la mer en deux étapes (1565-1580), de la porta Nuova à la porta Felice. Et, autour de 1600, la coupure orthogonale de la via Maqueda, à l'image des Strade Nuove des villes italiennes, donne à la ville sa seconde série de façades solennelles, et le centre qui lui manquait : les Quattro Canti. Modèle que répétera, hors les murs, le xixe siècle, avec les Quattro Canti di Campagna, avant la grande expansion contemporaine, qui suit les axes longitudinaux sud-est - nord-est.

Derrière le décor, on retrouve pourtant la vie populaire des vieux marchés (Ballaro, Capo, Vucciria) ; les anciens quartiers ont résisté, avec leur réseau de rues étroites et de places. Le noyau traditionnel du Cassaro, presqu'île entre deux torrents, autrefois ceint de murs, groupe les deux apports, médiéval et moderne : d'un côté le palais royal, constamment remanié, la cathédrale et l'archevêché, les églises normandes de la Martorana et San Cataldo ; de l'autre les palais de la via Toledo, la porta Nuova, les places Bologni et Pretoria, les Quattro Canti, et les grandes églises de la Contre-Réforme (Théatins).

Marché de Palerme

Photographie : Marché de Palerme

Le marché de la Vucciria, à Palerme, alimenté par les grandes plantations agrumicoles du nord de la Sicile. 

Crédits : H. Champollion/ AKG

Afficher

De part et d'autre, les deux faubourgs de l'Albergaria et de Seralcadi, jadis séparés du Cassaro par les torrents du Kemonia et du Papireto, toujours plus pauvres, ont le plus souffert des destructions récentes : peu de palais, moins d'églises, de rares ensembles monumentaux. La Casa Professa et le Carmine dans l'un, le Monte di Pietà, San Agostino et la place des Beati Paoli dans l'autre.

Sur le site de l'ancienne citadelle arabe, la Kalsa, déjà riche de monuments médiévaux (la Magione, le Steri, San Francesco d'Assisi), a servi de champ d'expansion à la Renaissance : d'où les grands palais (Aiutamichristo, Abbatelli), le grand axe de la via Alloro, les églises de la Catena ou de Santa Maria di Porto Salvo. Il en est de même pour la Loggia, derrière le vieux port (Cala), quartier des colonies étrangères et de leurs églises (Catalans, Gênois), de rues marchandes (via Bandiera et Vucciria), et de plus rares églises de style Renaissance ou baroque (San Domenico, Santa Maria la Nuova).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Italie : carte administrative

Italie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cloître de l'église Saint-Jean-des- Ermites

Cloître de l'église Saint-Jean-des- Ermites
Crédits : Jean-Pierre Dalbéra/ flickr ; CC-BY

photographie

Marché de Palerme

Marché de Palerme
Crédits : H. Champollion/ AKG

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, lecteur à l'université de Naples, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, administrateur de la Maison des sciences de l'homme

Classification

Autres références

«  PALERME  » est également traité dans :

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 454 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « La Sicile musulmane »  : […] En 831, les Arabes installent à Palerme une colonie permanente qui conquiert l'ouest puis le sud-est de l'île ; les chrétiens du nord-est, soumis au x e  siècle, favoriseront la conquête normande. Après une période de troubles entre musulmans et chrétiens, et entre Arabes de Palerme et Berbères de Girgenti, le calife fāṭimide d'Afrique installe en Sicile en 948 un émirat héréditaire, qui voit l'ap […] Lire la suite

MAFIA

  • Écrit par 
  • Clotilde CHAMPEYRACHE, 
  • Jean SUSINI
  • , Universalis
  •  • 8 696 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contrôle économique et politique »  : […] C'est donc dans la région de Palerme que le noyau de la mafia s'est incrusté. Elle est parvenu à imposer imposé sa logique à l'économie locale : la vente ou la location des jardins, l'utilisation des postes d'eau, l'achat d'un terrain, le commerce des agrumes, les ventes aux enchères étaient réglés par la violence mafieuse. Gérants des terres des grands propriétaires, les gabellutti et autres ca […] Lire la suite

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 520 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les pays de la Méditerranée »  : […] Dans les pays de la Méditerranée, l'évolution s'opère dans le cadre tracé par le premier art roman méridional : plus spécialement en Catalogne, où les perfectionnements s'effectuent dans le sens d'une meilleure stéréotomie, et en Italie du Nord. Dans ce pays, le voûtement s'impose largement, grâce à l'emploi de la croisée d'ogives. Comme dans les pays rhénans, le motif de la galerie anime les mur […] Lire la suite

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 950 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « En marge de la Renaissance ? »  : […] Les succès mêmes de la fin du xv e  siècle contribuent à bloquer durablement l'art insulaire sur des formules de répétition. Même les meilleurs n'échappent pas à l'éclectisme. Tandis que se perd peu à peu la leçon d'Antonello, des peintres comme Cesare da Sesto, Polidoro da Caravaggio ou Vincenzo da Pavia diffusent dans l'île, avec plus de métier que d'originalité, telles autant de recettes formel […] Lire la suite

SICILE NORMANDE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 320 mots

1060 Première intervention en Sicile de Roger, chargé par son frère Robert Guiscard, le duc normand de Pouille et de Calabre, de la conquête de l'île. 1072 Conquête normande de Palerme. 1086 Conquête normande de Syracuse. 1098 Le pape Urbain II accorde à Roger la légatie apostolique, et donc pleine autorité sur le clergé de Sicile et de Calabre. 1101 Mort de Roger I er de Sicile, dit le gran […] Lire la suite

Les derniers événements

2-8 février 2007 Italie. Mort d'un policier lors d'affrontements avec des supporters de football

Palerme, des affrontements violents opposent des supporters aux forces de l'ordre, entraînant la mort d'un policier. La Fédération italienne de football décide la suspension de tous les matches du week-end. La mort d'un supporter de Gênes, en janvier 1995, avait déjà entraîné une telle mesure, et celle d'un supporter de Naples, en septembre 2003, avait […] Lire la suite

10-16 décembre 2004 Italie. Suite de l'affrontement entre Silvio Berlusconi et les milieux judiciaires

Palerme condamne le sénateur Marcello Dell'Utri, ancien dirigeant de la Fininvest et haute figure de Forza Italia, parti au pouvoir, à une peine de neuf ans de prison pour complicité d'association mafieuse, assortie de l'interdiction à vie de toute fonction publique. Ce proche collaborateur du président du Conseil est accusé d'avoir occupé « un rôle […] Lire la suite

24 novembre 2002 Italie. Condamnation de l'ancien président du Conseil Giulio Andreotti

Palerme un mois plus tard. Sénateur à vie, Giulio Andreotti est protégé par son immunité parlementaire. Sa condamnation suscite une vive émotion au sein de la classe politique.  […] Lire la suite

23 octobre 1999 Italie. Acquittement de Giulio Andreotti accusé de liens avec la mafia

Palerme et pour leur politique consistant à utiliser le témoignage de repentis.  […] Lire la suite

5-22 décembre 1993 Italie. Victoire de la gauche aux élections municipales partielles

Palerme avec 75 p. 100 des suffrages. L'effondrement au premier tour des partis politiques de gouvernement, Démocratie chrétienne et Parti socialiste italien, laisse s'opposer, lors du second tour, les candidats du Parti démocratique de la gauche (P.D.S., social-démocrate, ex-communiste), du Mouvement social italien (néo-fasciste) et de la Ligue lombarde […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maurice AYMARD, « PALERME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/palerme/