Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CONQUÊTE NORMANDE DE LA SICILE MUSULMANE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

C'est en 827 que les Aghlabides, dynastie indépendante d'Ifriqya (la Tunisie actuelle), se sont lancés à la conquête de la Sicile. Messine est tombée en 842, Syracuse en 878 et Taormine en 902. Les musulmans ont transféré alors la capitale de Syracuse à Palerme, d'où sont parties les razzias contre l'Italie du Sud. Au xe siècle, l'île est passée sous la souveraineté du calife fatimide de Kairouan, mais son gouverneur y a fondé, au milieu du siècle, un émirat héréditaire, avec des structures administratives particulièrement développées en raison des influences byzantines. Ainsi, depuis deux siècles et demi, la Sicile vit à l'heure de l'Islam. À la fin du xie siècle, les divisions politiques parmi les musulmans facilitent la conquête normande. Robert Guiscard, un seigneur normand du Cotentin, de la famille des Hauteville, arrive en 1046 en Italie du Sud. En 1057, il devient, avec son frère Roger, duc de Calabre. Dès 1060, il entreprend la conquête de la Sicile musulmane et s'empare de Palerme en 1072. En vingt ans, non sans difficultés, la Sicile musulmane est soumise au pouvoir normand. Les rois normands, qui adoptent un mode de vie oriental, favorisent l'éclosion d'une culture arabo-normande très originale.

— Pascal BURESI

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Pascal BURESI. CONQUÊTE NORMANDE DE LA SICILE MUSULMANE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009