RENAISSANCE DE HARLEM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les arts plastiques

À l'instar des dramaturges, les plasticiens de la Renaissance de Harlem tentèrent de prendre le contrôle de la représentation de leur peuple, en s'écartant de la caricature et du dénigrement affichés par les Blancs tout en élaborant un nouveau répertoire d'images. Avant la Première Guerre mondiale, les peintres et les sculpteurs noirs s'étaient rarement intéressés aux sujets afro-américains. Vers la fin des années 1920, ils avaient cependant commencé à mettre au point des styles issus des traditions esthétiques noires de l'Afrique ou des arts populaires. Meta Warrick Fuller anticipa ce mouvement avec sa sculpture Ethiopia Awakening (1914). Ressemblant de loin à une statue funéraire égyptienne, cette œuvre représente une femme noire enveloppée comme une momie, de la taille jusqu'aux pieds. Mais son buste semble vouloir s'élever, suggérant un réveil après un long sommeil. Durant la décennie de 1920, quand l'art africain devint mieux connu dans les cercles européens, les plasticiens noirs américains accordèrent davantage d'importance aux modèles culturels d'Afrique de l'Ouest.

Aaron Douglas, artiste emblématique de la Renaissance, se détourna de la peinture de paysage traditionnelle après avoir quitté le Kansas pour s'installer à New York et après s'être formé auprès de l'émigré allemand Winold Reiss. Influencé par le style Art déco, les profils plats de l'art de l'Égypte ancienne et ce qu'il appelait les qualités abstraites des spirituals, Douglas forgea son propre style figuratif géométrique afin de représenter des thèmes nègres. Ses silhouettes stylisées de personnages indubitablement noirs. Comme emplies d'aspirations spirituelles et de fierté raciale, devinrent étroitement associées à la Renaissance de Harlem en général. Dans les illustrations qu'il réalisa pour le recueil God's Trombones de James Weldon Johnson, Douglas transforma l'iconographie chrétienne blanche en confiant les rôles centraux à des sujets noirs et en évoquant l'identification des Noirs Américains aux souffrances du Christ. Dans les années 1930, il se pencha davantage sur l'expérience historique collective des Noirs Américains, son œuvre adoptant une nouvelle orientation, subtilement teintée de marxisme, comme en témoigne la célèbre série de fresques intitulée Aspects of Negro Life (1934, « Aspects de la vie nègre »).

En dépit de la prééminence d'Aaron Douglas, la plupart des artistes noirs des années 1920 passaient peu de temps à Harlem. Paris fut en effet la Mecque des peintres et sculpteurs noirs durant cette décennie. Les expositions itinérantes et les concours organisés aux États-Unis encouragèrent cependant les plasticiens noirs à la fin de la décennie de 1920 et au début de la suivante. Parmi les principaux représentants de la branche artistique du mouvement figuraient le peintre Palmer C. Hayden, qui interpréta le folklore noir et la vie ouvrière de ce peuple, Archibald J. Motley, surtout connu pour ses peintures de la vie sociale des Noirs urbains et ses portraits réalistes de représentants sophistiqués du « nouveau Nègre », les sculpteurs Augusta Savage et Richmond Barthé, ainsi que d'autres plasticiens tels que Sargent Johnson, William H. Johnson, Hale Woodruff, Lois Mailou Jones et James VanDerZee. Nombre d'entre eux produisirent leurs plus belles œuvres dans les années 1930 et contribuèrent à faire émerger la future génération. La « grande dépression » obligea de multiples artistes à quitter l'Europe pour rentrer au pays et les réunit dans une masse critique jusqu'alors jamais observée. New York devint ainsi dans les années 1930 un centre d'éducation artistique grâce à l'ouverture de galeries, d'écoles et de musées tels que le Museum of Modern Art, fondé en 1929. Les deux institutions phares pour les plasticiens noirs en herbe furent l'école d'Arts and Crafts créée par Augusta Savage et le Harlem Community Art Center, dont la sculptrice assura la direction durant les premières années qui suivirent son ouverture, en 1937. Ce centre bénéficia de l'aide de la Works Progress Administration (W.P.A.), mise en place dans le cadre du New Deal. Durant le milieu et la fin de la décennie de 1930, ces projets fédéraux encouragèrent ainsi d'une façon jusqu'alors sans précédent le travail des artistes noirs – parmi lesquels figuraient Romare Bearden, Jacob Lawrence et Norman Lewis – et permirent de lancer la carrière d'une nouvelle génération.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages


Écrit par :

  • : professeur de littérature à l'université de l'Indiana à Bloomington

Classification

Autres références

«  RENAISSANCE DE HARLEM  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « De la « renaissance » au « pouvoir noir » »  : […] Dans les années 1920, la Renaissance de Harlem, inaugurée avec le manifeste The New Negro (1925) d’Alain Locke, proclame une fierté raciale qui se tourne vers l’Afrique dans un élan teinté de primitivisme. Son texte le plus éclatant est le chef-d’œuvre moderniste Canne ( Cane , 1924) de Jean Toomer qui juxtapose poésie, vignettes en prose, la Géorgie et Washington. Les ouvrages se succèdent : a […] Lire la suite

HUGHES LANGSTON (1902-1967)

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 730 mots

Phénomène littéraire en quelque sorte, Langston Hughes l'est non seulement parce qu'il a pratiqué tous les genres, y compris la comédie musicale, mais parce qu'il est l'un des premiers Noirs américains à avoir vécu de sa plume et, sans conteste, celui qui a le plus œuvré pour faire connaître les productions culturelles de ses congénères du monde entier par ses recueils, anthologies, traductions, a […] Lire la suite

HURSTON ZORA NEALE (1891-1960)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 559 mots

Folkloriste et écrivain américain associé au mouvement de la Renaissance noire, Zora Neale Hurston célébra la culture afro-américaine du Sud rural. Née le 7 janvier 1891 à Notasulga, en Alabama, Zora Neale Hurston prétend avoir vu le jour dix ans plus tard à Eatonville, en Floride. Sa famille a en réalité emménagé dans cette ville, la première du pays a avoir été peuplée uniquement de Noirs, alors […] Lire la suite

LOCKE ALAIN LEROY (1885-1954)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 466 mots

Écrivain et philosophe américain, né le 13 septembre 1885 (et non 1886) à Philadelphie, mort le 9 juin 1954 à New York, célèbre « leader » et interprète du mouvement de la Renaissance de Harlem. Alain Locke fait des études de philosophie à l'université Harvard où il obtient son diplôme en 1907. Premier Noir récipiendaire d'une bourse Rhodes, il étudie à Oxford de 1907 à 1910, puis à l'université […] Lire la suite

MICHEAUX OSCAR (1884-1951)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 052 mots
  •  • 1 média

Oscar Micheaux est le seul cinéaste indépendant afro-américain à avoir pu développer une œuvre sur trente ans. Entre 1919 et 1948, il tourne et produit quarante films dont vingt-sept muets. Self-made-man et admirateur du penseur réformiste noir Booker T. Washington qui prône l'émancipation de son peuple par le travail et l'accès au savoir, Micheaux sera une des figures cardinales du Harlem Renais […] Lire la suite

NEW YORK

  • Écrit par 
  • Cynthia GHORRA-GOBIN
  •  • 8 353 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Harlem ou l'identité noire »  : […] La présence des Noirs à New York remonte certes à l'époque de la fondation de la ville, mais c'est Harlem qui symbolise l'affirmation de leur identité au sein de la culture américaine. Quartier situé au nord de Manhattan et délimité par Harlem River au nord, la Cinquième Avenue à l'est, la 110 e  rue au sud et par les avenues Morningside et Saint Nicholas à l'ouest, Harlem fut à l'origine un vill […] Lire la suite

POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 9 181 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Comment interpréter le terme « postcolonial » ? »  : […] Cet adjectif a fait l'objet de nombreuses controverses. Il faut se garder de réduire ici le préfixe « post » à un sens strictement historique, qui situerait ces littératures après la fin de l'époque coloniale. En effet, nombre d'œuvres postcoloniales précèdent les indépendances. Il semble plus utile d'interpréter ce « post » comme un « par-delà », c'est-à-dire comme un dépassement de l'idéologie e […] Lire la suite

THE COLOR LINE. LES ARTISTES AFRICAINS-AMÉRICAINS ET LA SÉGRÉGATION

  • Écrit par 
  • Lamia DZANOUNI, 
  • Olivier MAHEO
  •  • 1 328 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Qu’est-ce que l’art noir ? Naissance d’un débat »  : […] La sphère culturelle a longtemps représenté pour les esclaves une liberté d’expression qui leur était autrement déniée. En 1865, au terme de la guerre de Sécession, l’esclavage est aboli, mais la ségrégation se met en place. L’intellectuel noir W. E. B. Du Bois écrit en 1903 que « le problème du xx e  siècle est celui de la ligne de couleur ». Le succès et la célébrité que bien des Africains-Améri […] Lire la suite

VAN DER ZEE JAMES (1886-1983)

  • Écrit par 
  • Christian CAUJOLLE
  •  • 612 mots

Le photographe James Van der Zee appartient à la génération de Marcus Gravey — ce dernier animait un mouvement de retour à l'Afrique dont il fut le photographe officiel —, du poète Countee Cullen, du pianiste James P. Johnson et de Duke Ellington. Il est l'un des acteurs de la décennie 1919-1929, baptisée « Harlem Renaissance », durant laquelle les Noirs de New York commencèrent à s'exprimer, à s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

George HUTCHINSON, « RENAISSANCE DE HARLEM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance-de-harlem/