HUGHES LANGSTON (1902-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Phénomène littéraire en quelque sorte, Langston Hughes l'est non seulement parce qu'il a pratiqué tous les genres, y compris la comédie musicale, mais parce qu'il est l'un des premiers Noirs américains à avoir vécu de sa plume et, sans conteste, celui qui a le plus œuvré pour faire connaître les productions culturelles de ses congénères du monde entier par ses recueils, anthologies, traductions, articles et contacts personnels.

Sa production littéraire représente l'aspect essentiel des activités de cet infatigable militant dont témoignent deux autobiographies, The Big Sea (1940 ; Les Grandes Profondeurs, 1946) et I Wonder as I Wander (1956 ; « Plus je bouge, plus je m'interroge »). Cette œuvre reflète assez fidèlement le statut changeant de la communauté noire, ses richesses et ses difficultés. Elle s'applique surtout à revaloriser et à mettre en pratique l'héritage de l'oralité et du folklore : blues, jazz, ballades, parler du peuple ; elle emprunte plus volontiers ses thèmes et ses personnages à l'univers de la rue qu'aux milieux de la bourgeoisie noire.

Hughes naquit à Joplin, dans le Missouri, le 1er février 1902 ; sa petite enfance se déroula dans une demi-douzaine de villes du Middle West et il quitta le collège en 1916. Cinq ans plus tard, il entrait à l'Université et publiait son premier poème, le célèbre Le Noir parle des fleuves, dans la revue The Crisis. Il devait voyager quatre ans en Europe et en Afrique avant de remporter les prix de poésie, dont celui d'Opportunity en 1925, et de publier les recueils qui consacrèrent sa réputation de poète majeur de la renaissance de Harlem : The Weary Blues (1926 ; « Les Blues du désespoir ») et Fine Clothes to the Jew (1927 ; « De beaux habits au clou »).

Homme de gauche, Hughes milita pendant la crise économique non seulement en faveur des Noirs faussement accusés de viol à Scottsboro (sa pièce sur ce thème tint longtemps l'affiche), mais contre l'exploitation capitaliste, le franquisme et le fascisme. Ses sympathies communistes (il avait visité l'U.R.S.S.) lui valurent d'affronter la Commission sur les activités anti-américaines lors de la chasse aux sorcières du maccarthysme. Pourtant, dès les années cinquante, son gouvernement ne répugna pas à l'envoyer auprès des groupes de la diaspora noire comme officieux ambassadeur culturel. Il participa ainsi l'année précédant sa mort au festival de Dakar.

Hughes se consacra durant les années trente au théâtre de protestation avec Don't You Want to Be Free (1938 ; « Ne voulez-vous pas être libre ») ou Mulatto (1935 ; « Le Mulâtre ») avant de s'essayer à la comédie musicale avec Simply Heavenly (1959 ; « Tout simplement divin ») et Tambourines to Glory (1958 ; « Les Tambourins du salut »). Sa production poétique, elle, est demeurée constante. En 1949, dans One-Way Ticket (« Aller simple »), il s'élève contre le lynchage ; Montage of a Dream Differred (1951 ; « Montage d'un rêve reporté ») et Ask Your Mama (1961 ; « Demande à ta mère »), où il emploie une technique de « jam session » sur des thèmes harlémiens, représentent le point extrême de son expérimentation, tandis que The Panther and the Lash (« La Panthère et le fouet ») le montrent, l'année de sa mort, toujours engagé politiquement.

Davantage que son roman Not without Laughter (1930 ; Sandy, 1934) qui traite avec tendresse et réalisme d'une enfance noire, ses nouvelles, recueillies surtout dans The Ways of White Folk (1934 ; Histoires de Blancs, 1946) et dans les quatre volumes consacrés à Simple ont valu à Hughes sa réputation de prosateur et d'humoriste. Jesse B. Simple (phonétiquement : sois seulement simple) lui sert, à travers d'innombrables vignettes et sketches, à critiquer la ségrégation, les préjugés sociaux et raciaux, les tracasseries de l'administration — tout ce qui empoisonne l'existence du simple citoyen de couleur dont l'astuce, le goût de la fête et même les travers sont immanquablement plus attirants que la « supériorité » de ceux qui le gouvernent.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HUGHES LANGSTON (1902-1967)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « De la « renaissance » au « pouvoir noir » »  : […] Dans les années 1920, la Renaissance de Harlem, inaugurée avec le manifeste The New Negro (1925) d’Alain Locke, proclame une fierté raciale qui se tourne vers l’Afrique dans un élan teinté de primitivisme. Son texte le plus éclatant est le chef-d’œuvre moderniste Canne ( Cane , 1924) de Jean Toomer qui juxtapose poésie, vignettes en prose, la Géorgie et Washington. Les ouvrages se succèdent : a […] Lire la suite

RENAISSANCE DE HARLEM

  • Écrit par 
  • George HUTCHINSON
  • , Universalis
  •  • 8 930 mots

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Les pièces de théâtre écrites durant la renaissance de Harlem tentèrent de surmonter l'emprise exercée depuis des décennies sur l'imagination populaire par les minstrel shows ; ces spectacles où jouaient des Blancs au visage noirci avaient introduit de multiples stéréotypes prégnants et dévastateurs qui limitaient la représentation sur scène de la vie quotidienne des Noirs. Critiques, dramaturges […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel FABRE, « HUGHES LANGSTON - (1902-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/langston-hughes/