RENAISSANCE DE HARLEM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En tant que mouvement culturel noir américain surtout visible dans les activités créatives, la Renaissance de Harlem (1918 env.-1937) constitua le phénomène le plus riche d'influences de l'histoire littéraire noire américaine. Actifs dans le domaine de la littérature, de la musique, des arts du spectacle et des arts plastiques, ses membres tentèrent de repenser la conception du « Nègre » sans tenir compte des stéréotypes blancs qui avaient influencé le rapport que les Noirs entretenaient avec leurs racines et entre eux. Ils cherchaient également à se libérer des valeurs morales victoriennes et de la réprobation bourgeoise suscitée par certains aspects de leur vie qui, dans le regard des Blancs, pouvaient renforcer les préjugés racistes. Jamais dominé par une école de pensée particulière mais plutôt caractérisé par un débat intense, le mouvement joua un rôle fondateur pour toute la littérature afro-américaine qui suivit et eut plus tard de considérables répercussions sur la littérature et la conscience noires dans le monde entier. Si la Renaissance ne se limita pas au quartier new-yorkais de Harlem, celui-ci n'en concentra pas moins un nombre remarquable d'intellectuels et de talents, ce qui en fit la capitale symbolique de cet éveil culturel.

Le contexte

Étape clé du vaste mouvement en faveur du « nouveau Nègre » apparu au début du xxe siècle dans le sillage de l'ouvrage d'Alain Locke, The New Negro (1925, « Le Nouveau Nègre »), la Renaissance de Harlem annonce, dans une certaine mesure, la lutte pour les droits civiques de la fin des années 1940 et du début de la décennie suivante. Elle puise notamment ses racines sociales dans la « grande migration » des Noirs Américains des zones rurales vers les villes et du Sud vers le Nord, dans l'augmentation spectaculaire du taux d'alphabétisation, dans la création d'organisations nationales œuvrant à la promotion des droits civiques des Noirs Américains et à l'accroissement des opportunités socio-économiques. On assiste également à l'émergence d'une fierté raciale, passant en [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature à l'université de l'Indiana à Bloomington

Classification


Autres références

«  RENAISSANCE DE HARLEM  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 197 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « De la « renaissance » au « pouvoir noir » »  : […] Dans les années 1920, la Renaissance de Harlem, inaugurée avec le manifeste The New Negro (1925) d’Alain Locke, proclame une fierté raciale qui se tourne vers l’Afrique dans un élan teinté de primitivisme. Son texte le plus éclatant est le chef-d’œuvre moderniste Canne ( Cane , 1924) de Jean Toomer qui juxtapose poésie, vignettes en prose, la Gé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_52934

HUGHES LANGSTON (1902-1967)

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 730 mots

Phénomène littéraire en quelque sorte, Langston Hughes l'est non seulement parce qu'il a pratiqué tous les genres, y compris la comédie musicale, mais parce qu'il est l'un des premiers Noirs américains à avoir vécu de sa plume et, sans conteste, celui qui a le plus œuvré pour faire connaître les productions culturelles de ses congénères du monde en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langston-hughes/#i_52934

HURSTON ZORA NEALE (1891-1960)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 559 mots

Folkloriste et écrivain américain associé au mouvement de la Renaissance noire, Zora Neale Hurston célébra la culture afro-américaine du Sud rural. Née le 7 janvier 1891 à Notasulga, en Alabama, Zora Neale Hurston prétend avoir vu le jour dix ans plus tard à Eatonville, en Floride. Sa famille a en réalité emménagé dans cette ville, la première du p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zora-neale-hurston/#i_52934

LOCKE ALAIN LEROY (1885-1954)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 466 mots

Écrivain et philosophe américain, né le 13 septembre 1885 (et non 1886) à Philadelphie, mort le 9 juin 1954 à New York, célèbre « leader » et interprète du mouvement de la Renaissance de Harlem. Alain Locke fait des études de philosophie à l'université Harvard où il obtient son diplôme en 1907. Premier Noir récipiendaire d'une bourse Rhodes, il ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-leroy-locke/#i_52934

MICHEAUX OSCAR (1884-1951)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 051 mots
  •  • 1 média

Oscar Micheaux est le seul cinéaste indépendant afro-américain à avoir pu développer une œuvre sur trente ans. Entre 1919 et 1948, il tourne et produit quarante films dont vingt-sept muets. Self-made-man et admirateur du penseur réformiste noir Booker T. Washington qui prône l'émancipation de son peuple par le travail et l'accès au savoir, Micheau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oscar-micheaux/#i_52934

NEW YORK

  • Écrit par 
  • Cynthia GHORRA-GOBIN
  • , Universalis
  •  • 7 916 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre «  Harlem ou l'identité noire »  : […] La présence des Noirs à New York remonte certes à l'époque de la fondation de la ville, mais c'est Harlem qui symbolise l'affirmation de leur identité au sein de la culture américaine. Quartier situé au nord de Manhattan et délimité par Harlem River au nord, la Cinquième Avenue à l'est, la 110 e  rue au sud et par les avenues Morningside et Saint […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/new-york/#i_52934

POSTCOLONIALES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Comment interpréter le terme « postcolonial » ? »  : […] Cet adjectif a fait l'objet de nombreuses controverses. Il faut se garder de réduire ici le préfixe « post » à un sens strictement historique, qui situerait ces littératures après la fin de l'époque coloniale. En effet, nombre d'œuvres postcoloniales précèdent les indépendances. Il semble plus utile d'interpréter ce « post » comme un « par-delà », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-postcoloniales/#i_52934

THE COLOR LINE. LES ARTISTES AFRICAINS-AMÉRICAINS ET LA SÉGRÉGATION

  • Écrit par 
  • Lamia DZANOUNI, 
  • Olivier MAHEO
  •  • 1 328 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Qu’est-ce que l’art noir ? Naissance d’un débat »  : […] La sphère culturelle a longtemps représenté pour les esclaves une liberté d’expression qui leur était autrement déniée. En 1865, au terme de la guerre de Sécession, l’esclavage est aboli, mais la ségrégation se met en place. L’intellectuel noir W. E. B. Du Bois écrit en 1903 que « le problème du xx e  siècle est celui de la ligne de couleur ». Le s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-color-line-les-artistes-africains-americains-et-la-segregation-exposition/#i_52934

VAN DER ZEE JAMES (1886-1983)

  • Écrit par 
  • Christian CAUJOLLE
  •  • 612 mots

Le photographe James Van der Zee appartient à la génération de Marcus Gravey — ce dernier animait un mouvement de retour à l'Afrique dont il fut le photographe officiel —, du poète Countee Cullen, du pianiste James P. Johnson et de Duke Ellington. Il est l'un des acteurs de la décennie 1919-1929, baptisée « Harlem Renaissance », durant laquelle le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-van-der-zee/#i_52934

Voir aussi

Pour citer l’article

George HUTCHINSON, « RENAISSANCE DE HARLEM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance-de-harlem/