HURSTON ZORA NEALE (1891-1960)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Folkloriste et écrivain américain associé au mouvement de la Renaissance noire, Zora Neale Hurston célébra la culture afro-américaine du Sud rural.

Née le 7 janvier 1891 à Notasulga, en Alabama, Zora Neale Hurston prétend avoir vu le jour dix ans plus tard à Eatonville, en Floride. Sa famille a en réalité emménagé dans cette ville, la première du pays a avoir été peuplée uniquement de Noirs, alors qu'elle n'avait que quelques années. Scolarisée jusqu'à l'âge de treize ans, Zora Neale Hurston voit sa vie devenir de plus en plus difficile après la mort de sa mère, en 1904. Trois ans plus tard, elle rejoint une troupe de théâtre itinérante et finit par s'établir à New York à l'époque où la Renaissance noire émerge dans le quartier de Harlem. La jeune fille fréquente l'université Howard de 1921 à 1924 et, l'année suivante, remporte une bourse qui lui permet d'étudier l'anthropologie au Barnard College, sous la houlette de Franz Boas. Diplômée en 1928, elle poursuit pendant deux ans son cursus en anthropologie à l'université Columbia. Elle réalise également des études de terrain sur le folklore des Noirs Américains dans les États du Sud. Ses voyages sont financés par la folkloriste Charlotte Mason, laquelle apporte également son soutien à Langston Hughes. Pendant une courte période, Zora Hurston travaille comme secrétaire auprès de la romancière Fannie Hurst.

En 1930, elle collabore avec Langston Hughes à une pièce (inachevée) intitulée Mule Bone : A Comedy of Negro Life in Three Acts (publiée à titre posthume en 1991). En 1934 paraît son premier roman, Jonah's Gourd Vine, bien accueilli par la critique en raison de la description, dépourvue de clichés et de sentimentalisme, qu'elle y fait de la vie des Noirs américains. Mules and Men, étude des traditions populaires des Noirs de Floride, suit en 1935. Avec le roman Their Eyes Were Watching God (1937, Une femme noire), Tell My Horse (1938), [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Classification


Autres références

«  HURSTON ZORA NEALE (1891-1960)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 197 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « De la « renaissance » au « pouvoir noir » »  : […] Dans les années 1920, la Renaissance de Harlem, inaugurée avec le manifeste The New Negro (1925) d’Alain Locke, proclame une fierté raciale qui se tourne vers l’Afrique dans un élan teinté de primitivisme. Son texte le plus éclatant est le chef-d’œuvre moderniste Canne ( Cane , 1924) de Jean Toomer qui juxtapose poésie, vignettes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_52936

RENAISSANCE DE HARLEM

  • Écrit par 
  • George HUTCHINSON
  • , Universalis
  •  • 8 930 mots

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Les pièces de théâtre écrites durant la renaissance de Harlem tentèrent de surmonter l'emprise exercée depuis des décennies sur l'imagination populaire par les minstrel shows ; ces spectacles où jouaient des Blancs au visage noirci avaient introduit de multiples stéréotypes prégnants et dévastateurs qui limitaient la représentation sur scène de la vie quotidienne des Noirs. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance-de-harlem/#i_52936

Pour citer l’article

« HURSTON ZORA NEALE - (1891-1960) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/zora-neale-hurston/