Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NATIONAL LE

L'origine des capitaux qui permirent la création du National n'a pas été clairement établie, mais on peut estimer qu'une partie fut d'origine orléaniste. Le journal fut lancé le 3 janvier 1830 par trois associés : Thiers, qui ne se trouvait plus assez libre au Constitutionnel, Mignet, son ami venu du Courrier français, et Armand Carrel ; ce dernier, ancien saint-cyrien, avait eu une vie agitée : chassé de l'armée en 1823 pour participation à un complot libéral, il avait été arrêté en Espagne pour avoir tenté de s'opposer à l'expédition française qui avait été chargée de rétablir Ferdinand VII sur son trône ; condamné à mort puis libéré en 1824, il s'était lancé dans des travaux de librairie.

Le National fut un journal d'opposition créé contre le ministère Polignac pour « enfermer les Bourbons dans la Charte, fermer exactement les portes et les forcer à sauter par les fenêtres ». Il mena contre Charles X, avec La Tribune de Marrast, nettement républicaine, Le Globe, Le Temps, Le Constitutionnel, Le Courrier français et d'autres, une guerre de plume très violente : le 26 juillet 1830, Thiers et les rédacteurs du National prirent la tête du mouvement de résistance aux ordonnances qui provoqua le lendemain la révolution dans Paris.

Le National devint, après les Trois Glorieuses, l'organe de l'appel à Louis-Philippe. Thiers et Mignet, pourvus par le nouveau régime, espéraient faire désormais du journal une feuille gouvernementale. Carrel, lui, hésita puis, devenu seul rédacteur en chef, l'orienta vers l'opposition, feutrée à l'origine puis, dès 1832, nettement déclarée. Fidèle à ses conceptions classiques, Carrel maintint son journal dans l'hostilité au romantisme : il avait déjà éreinté Hernani en février-mars 1830. En politique extérieure Le National était favorable à la remise en cause des traités de 1815 ; en politique intérieure, il évolua vers des positions quasiment républicaines et mena en particulier une lutte acharnée contre Casimir Périer. Il eut à affronter de nombreuses poursuites et à subir bien des condamnations. Le 24 juillet 1836, Carrel mourait, à 36 ans, des suites de son duel avec Émile de Girardin. Ce fut pour le parti des libéraux intransigeants une perte très grave ; Le National, lui, flotta un peu, puis modéra l'expression de son opposition ; ses tirages montèrent jusqu'à plus de 5 000 exemplaires. En 1841, Armand Marrast en prit la direction, mais il ne put pas le maintenir à la tête des feuilles de l'opposition : Le Siècle, La Réforme, La Démocratie pacifique étaient bien plus virulents et mieux écoutés que lui. Sous la seconde République, Le National eut une carrière sans relief : Marrast fut ministre ; le journal finit par devenir l'organe de Cavaignac : il fut supprimé lors du coup d'État du 2 décembre 1851.

En 1869, Ildefonse Rousset reprit le titre, et Le National eut une nouvelle carrière dont les multiples avatars se terminèrent en 1914.

— Pierre ALBERT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite de l'université Panthéon-Assas

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CARREL ARMAND (1800-1836)

    • Écrit par Élisabeth CAZENAVE
    • 268 mots

    Fils d'un marchand drapier de Rouen, Armand Carrel entre à l'école de Saint-Cyr en 1818 et y fait preuve à la fois de libéralisme et de militarisme. Sorti sous-lieutenant, il est affecté au 29e de ligne de Verdun, où il est mêlé en 1822 à la conspiration libérale de Colmar. Muté à...

  • JUILLET MONARCHIE DE

    • Écrit par André Jean TUDESQ
    • 8 497 mots
    • 3 médias
    ...ne sont qu'une minorité très inégalement répartie, influente à Paris, à Lyon et dans l'est de la France. Ils sont aussi divisés en plusieurs tendances. Les plus modérés, partisans d'une république sur le modèle des États-Unis, avaient admis la monarchie de Juillet à ses débuts, puis s'en détournèrent en...
  • MIGNET AUGUSTE (1796-1884)

    • Écrit par Yvonne KNIBIEHLER
    • 424 mots

    Entre 1825 et 1845, Auguste Mignet fut l'un des hommes les plus célèbres de sa génération. Né à Aix-en-Provence, fils d'un serrurier aisé, il put faire de brillantes études de droit et se lia avec Thiers d'une amitié fraternelle. Lauréat de l'Académie des inscriptions et belles-lettres pour...

Voir aussi