REFOULEMENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Opération constitutive de l'inconscient, le refoulement a été repéré par Freud dès ses premières observations cliniques. Il consiste à maintenir ou à repousser dans l'inconscient des représentations liées à des pulsions, capables, si elles étaient maintenues ou si elles avaient accès au système préconscient-conscient, d'y provoquer un déplaisir plus important que le plaisir lié à la satisfaction de ces pulsions. Comme à l'égard de tous les concepts introduits par lui dans la doctrine psychanalytique, Freud se place constamment dans une double perspective. La première consiste à donner une description clinique aussi complète que possible des phénomènes qu'il observe : commencée dès les Études sur l'hystérie en 1895, où il constate qu'« il y a des choses que le malade voulait oublier et qu'intentionnellement il maintenait, repoussait, refoulait hors de sa pensée consciente », cette description trouve son aboutissement dans les articles parus vingt ans plus tard sur le refoulement (die Verdrängung) et sur l'inconscient. Elle est d'une précision telle que ni Freud ni ses successeurs n'auront rien à y reprendre. Signalons d'emblée qu'il y distingue trois temps : refoulement primaire ou originaire (Urverdrängung), refoulement secondaire ou après coup (Nachdrängung) et retour du refoulé. C'est du deuxième temps, que Freud nomme également refoulement proprement dit, qu'il est habituellement question lorsqu'on parle de refoulement. La seconde perspective tente de définir l'essence du refoulement ou, plus exactement d'en donner une description métapsychologique, c'est-à-dire précisant son tracé au niveau de l'appareil psychique, déterminant les ressorts de son fonctionnement, évaluant ses effets au niveau de la circulation et de la répartition de l'énergie psychique.

Ces trois points seront constamment remis en question, à partir notamment des remaniements apportés à la théorie par l'introduction, en 1920, de la notion de pulsion de mort et par l'élaboration, entre 1923 et 1925, de ce que l'on a appelé la seconde topique. Sur le plan économique, l'angoisse, d'effet du refoulement, en deviendra un des moteurs ; sur le plan dynamique, Freud hésitera à donner au refoulement le statut de mécanisme défensif ; sur le plan topique, enfin, se posera la question de la double inscription des représentations refoulées et surtout celle de la nature du refoulement originaire. Question qui est encore d'actualité et que même des auteurs comme Jacques Lacan n'abordent qu'avec une grande prudence.

Le mécanisme du refoulement

Le refoulement est l'un des destins possibles d'une motion pulsionnelle. Le concept de pulsion, déclare Freud, « est un concept limite entre le psychique et le somatique, comme le représentant psychique d'excitations issues de l'intérieur du corps et parvenant au psychisme, comme une mesure de l'exigence du travail qui est imposé au psychique en conséquence de la liaison au corporel ». La vie psychique obéit au principe de constance, lui-même soumis au jeu du plaisir-déplaisir, principe constamment menacé par les sources d'excitation venues tant de l'intérieur du corps que du monde extérieur. C'est donc cette liaison entre le corporel et le psychique qui va déterminer le destin de la pulsion. « Le but de la pulsion est toujours la satisfaction, qui ne peut être obtenue qu'en supprimant l'état d'excitation à la source de la pulsion [...] son objet est ce en quoi ou par quoi elle peut atteindre son but » ; il est essentiellement variable : objet étranger ou partie du corps propre, représentation au niveau de l'appareil psychique. On dit que la pulsion est liée à cette représentation, qu'elle l'investit. Mais, et c'est là un fait d'observation clinique, la pulsion n'est pas seulement liée à la représentation ; elle l'est également « à quelque chose d'autre pour lequel le nom de quantum d'affect est admis ; il correspond à la pulsion, en tant qu'elle s'est détachée de la représentation et trouve une expression conforme à sa quantité dans des processus qui sont ressentis sous forme d'affects ». C'est dans cette immobilisation de l'affect que se situe le déplaisir, et le refoulement est une des modalités qui vont permettre la séparation de la représentation et de l'affect.

Dans [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  REFOULEMENT  » est également traité dans :

APRÈS-COUP, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 377 mots

Freud a fait de l'après-coup ( Nachträglichkeit ) le caractère propre de la vie sexuelle. Parmi les souvenirs pénibles, certains seulement sont sujets au refoulement ; certains seulement peuvent susciter un affect que l'incident lui-même n'avait pas provoqué. L'explication de cette action différée propre aux images mnésiques de caractère sexuel est liée à l'hypothèse d'un « élément organique entra […] Lire la suite

CENSURE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Jean-Claude SEMPÉ
  •  • 511 mots

La comparant aux « blancs » ou aux « passages caviardés » des journaux soumis à un contrôle, Freud a défini la censure comme une fonction ayant pour effet d'interdire aux désirs refoulés, c'est-à-dire inconscients, et aux formations qui en dérivent, le passage au système préconscient. Cette censure peut être totale et, par exemple, aboutir aux lacunes de mémoire, à l'oubli des noms propres. Dans […] Lire la suite

COMPLEXE, psychanalyse et psychologie

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 098 mots
  •  • 1 média

Le terme « complexe » appartient au vocabulaire de la psychologie des profondeurs et de la psychanalyse. C'est le psychiatre suisse Carl Gustav Jung qui, en 1902-1903, dénomme ainsi les phénomènes qu'il découvre lorsqu'il réalise son expérience des associations de mots. En effet, Jung, soucieux d'établir les théories de la psychologie à partir de méthodes expérimentales, élabore la situation d'ex […] Lire la suite

CONSCIENCE

  • Écrit par 
  • Henri EY
  •  • 10 466 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ambiguïté de la thèse freudienne »  : […] La thèse freudienne tient l'inconscient pour une zone entièrement autonome, un système hermétique de détermination. La sphère de l'inconscient est, dans la théorie psychanalytique, incommensurablement plus importante que ne l'est celle de la conscience. Elle est régie, comme le sont les premiers stades du développement infantile, par le principe de plaisir, c'est-à-dire par l'exigence de satisfac […] Lire la suite

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interdit et l'ordre symbolique »  : […] La portée de l'interprétation œdipienne que Freud donne de la culpabilité apparaît de manière patente quand Lacan met celle-ci en rapport avec la loi et, plus précisément, avec le « point d'insémination d'un ordre symbolique qui préexiste au sujet infantile et selon lequel il va lui falloir se structurer ». Mais, avant d'en venir à cette explication lacanienne, il peut être instructif d'évoquer u […] Lire la suite

DÉFENSE MÉCANISMES DE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 664 mots
  •  • 1 média

Expression usitée en psychanalyse pour désigner plusieurs types d'opérations psychiques destinées à « protéger » le moi. La notion de défense est présente chez Freud dès le début de ses recherches ; ainsi, dans ses Études sur l'hystérie (1895) : « Une condition indispensable à l'apparition de l'hystérie est qu'il y ait incompatibilité entre le moi et la représentation qui le confronte. J'espère p […] Lire la suite

DÉFENSE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Odile BOMBARDE
  •  • 1 294 mots

Le terme « défense » apparaît dès l' Esquisse pour une psychologie scientifique de Sigmund Freud (1895). Il comporte une dimension stratégique, implique l'idée de réaction à une agression et témoigne du lien constant établi entre clinique et théorie. Dans la compréhension de l'hystérie de la névrose obsessionnelle et de la paranoïa ( Études sur l'hystérie , 1895 ; « Les psychonévroses de défense  […] Lire la suite

DÉNÉGATION

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 408 mots

Concept créé par Freud pour désigner, au cours d'une cure analytique, un processus défensif qui consiste à énoncer des désirs, des pensées, des sentiments tout en ne les reconnaissant pas. Par exemple, un sujet qui dit : « il n'y a pas de rapport entre le désir de tuer mon père et la réussite avec cette jeune fille » opère une dénégation ; il perçoit quelque chose puisqu'il fait ce rapprochement, […] Lire la suite

DÉPLAISIR PRINCIPE DE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 1 198 mots

En cela qu'il entraîne pour le vivant la nécessité de réduire le développement du désagréable à un minimum, le déplaisir fait principe. La production de déplaisir est en effet liée à l'apparition d'une image mnésique, dans laquelle se répète l'expérience organique de la douleur. Mais, alors que le stimulus provoquant celle-ci est de nature exogène, le déplaisir émane de l'intérieur du corps, lors […] Lire la suite

FORCLUSION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Jacques SÉDAT
  •  • 709 mots

Tiré du vocabulaire juridique, où il désigne la déchéance d'un droit qui n'a pas été exercé dans les délais prescrits, le terme de forclusion a été introduit dans le langage psychanalytique contemporain par Jacques Lacan pour traduire le mot freudien Verwerfung , très précisément dans le cadre d'une théorie de la psychose, la forclusion constituant même le mécanisme originaire de cette dernière. E […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3 juin 2021 Danemark. Adoption d'une loi externalisant l'accueil des demandeurs d'asile.

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) estime que cette pratique va « à l’encontre de la lettre et de l’esprit de la Convention de juillet 1951 relative au statut des réfugiés », à laquelle le Danemark adhère, qui bannit le refoulement des demandeurs d’asile. […] Lire la suite

2 juillet 2019 Libye. Raid aérien contre un centre de migrants.

Leur nombre augmente en raison des politiques européennes de refoulement vers la Libye des migrants qui tentent de traverser la Méditerranée. Les organisations non gouvernementales dénoncent les mauvais traitements auxquels sont exposés les migrants, ainsi que la dégradation de leur situation sanitaire.  […] Lire la suite

5 juin - 5 juillet 2018 Allemagne. Accord sur la politique migratoire.

Le 5 juillet, Angela Merkel et Horst Seehofer concluent un accord sur le refoulement des migrants déjà enregistrés dans un autre pays, qui illustre un durcissement de la politique migratoire fédérale. Le Parti social-démocrate s’y rallie après avoir obtenu deux garanties. Les migrants ne seront pas placés dans des « zones de transit », tel qu’initialement prévu, mais dans des postes de police proches de la frontière autrichienne. […] Lire la suite

5-7 juin 2018 Belgique. Propos de Theo Francken en faveur du refoulement des bateaux de migrants.

Le secrétaire d’État se prononce en faveur du refoulement vers les côtes africaines des bateaux chargés de migrants. Le 7, le Premier ministre Charles Michel déclare devant la Chambre des représentants que « la Belgique respecte et respectera les conventions européennes et internationales », mais que « l’Europe a besoin de frontières sûres et contrôlées ». […] Lire la suite

16 mai 2018 France. Avis du Conseil d'État sur le droit d'asile.

Elle estime que le refoulement d’un demandeur d’asile vers un pays jugé « sûr », sans avoir étudié son dossier sur le fond, est inconstitutionnel, car non conforme au préambule de la Constitution de 1946, repris dans celle de 1958, qui énonce que « tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre FISZLEWICZ, « REFOULEMENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/refoulement/