RAPATRIÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Européens dans les colonies italiennes, 1940-1975

Européens dans les colonies italiennes, 1940-1975
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Italiens en Afrique du Nord, 1940-1975

Italiens en Afrique du Nord, 1940-1975
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Rapatriés en France, 1955-1961

Rapatriés en France, 1955-1961
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Retour de colons belges du Congo, 1960

Retour de colons belges du Congo, 1960
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


Les années d'après guerre ont vu se renverser un mouvement séculaire qui, depuis le xvie siècle, avait entraîné, sur toutes les routes du monde, les Européens émigrants. Désormais, les retours tendent à l'emporter sur les départs, cependant que s'enfle le flot des immigrants venus des pays extra-européens. La décolonisation politique tient sa part dans ce renversement de tendance. Elle s'accompagne presque partout d'un exode des populations d'origine européenne ou étroitement liées à la présence du pouvoir colonial. Le rythme de ces retours, leur nature, leurs effets, pour obéir à des caractères généraux demeurent, néanmoins, divers. Si les « rapatriements » ont marqué tous les anciens colonisateurs, c'est de façon particulière à chacun. Dans son ensemble, comme dans ses particularités nationales, le phénomène est un des plus importants des années 1947-1974. Paradoxalement, et en dehors de rares exceptions – pour les « pieds-noirs » notamment –, il demeure, dans son ensemble, fort mal connu.

Les retours

Le mot rapatriés doit être pris ici dans une acception précise. Il ne s'applique pas aux grands échanges des populations organisés par des traités bilatéraux, notamment au lendemain de la Première Guerre mondiale et dont l'échange des populations gréco-bulgare et gréco-turque sont, en 1919 et en 1923, les meilleurs exemples (convention annexe au traité de Neuilly du 27 nov. 1919 et du traité de Lausanne du 30 janv. 1923). Pas plus ne sont concernés les énormes transferts de populations qui, sous le nom général de « personnes déplacées », ont marqué, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les changements politiques et frontaliers de l'Europe orientale et centrale. Les rapatriés sont, ici, les personnes revenant ou venant en métropole du fait de la décolonisation des possessions européennes. Elles ne sont pas toutes et de loin natives d'Europe. Combien de rapatriés n'avaient jamais connu la « patrie » qui les recevait ? Elle leur était parfois entièrement étrangère. Par [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RAPATRIÉS  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 320 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Algérie »  : […] sept ans les accords d'Évian se soldèrent par un bilan négatif à double titre : d'abord, le départ de toute une communauté pour qui le « rapatriement » fut une sorte d'exil, ainsi que le drame de dizaines de milliers d'Algériens engagés aux côtés de la France ; également, un incontestable recul en Afrique, dans la mesure où les accords d'Évian, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-les-decolonisations/#i_95062

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 034 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les Européens terrorisés se résignent à l'exode »  : […] Un tel fanatisme accélère la fuite des pieds-noirs, qui ne sont pas consultés, ni même très informés, sur les accords d'Évian, tandis qu'en métropole le référendum du 8 avril 1962 apporte au général de Gaulle la caution massive du peuple français : 90 p. 100 des votants disent oui aux accords d'Évian. Les Européens d'Algérie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algerie/#i_95062

NANSEN FRIDTJOF (1861-1930)

  • Écrit par 
  • Claude NORDMANN
  •  • 1 230 mots
  •  • 2 médias

des prisonniers de guerre. Le Conseil de la S.D.N. le nomme haut-commissaire. Il s'agit essentiellement de rapatrier de Russie soviétique environ 500 000 hommes, principalement allemands et austro-hongrois. Il y travaille avec acharnement, se battant pour l'obtention des fonds nécessaires, effectuant plusieurs missions en Russie, dont il réclame […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fridtjof-nansen/#i_95062

TOUAREGS

  • Écrit par 
  • René OTAYEK
  •  • 4 562 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Mali et le Niger face à la rébellion touarègue »  : […] d'un contentieux très localisé : le détournement de l'aide internationale destinée aux camps d'exilés installés au Niger. Ces Touaregs avaient gagné l'Algérie ou la Libye en trois vagues successives : la première, au début des années 1960, fuyait le régime radical de Modibo Keita, au Mali ; les deux autres y avaient été poussées par les deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/touaregs/#i_95062

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis MIÈGE, « RAPATRIÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rapatries/