Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NANSEN FRIDTJOF (1861-1930)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Fridtjof Nansen - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Fridtjof Nansen

Le héros incontesté de la Norvège moderne, Fridtjof Nansen, est né à Store Froën, près de Christiania (actuellement Oslo). Fils de l'avocat Baldur Fridtjof Nansen et d'Adélaïde Wedel Jarlsberg, il révèle bientôt d'exceptionnelles qualités aussi bien physiques qu'intellectuelles ; il possède un esprit curieux attiré par la recherche scientifique, avec un goût pour l'art et le sens de la solidarité humaine.

Après avoir fait ses études à Christiania, il entre à l'université en 1880 et, dès 1882, se fait remarquer par ses travaux zoologiques. Mais c'est essentiellement comme explorateur qu'il va s'imposer. La récente tentative du baron suédois Adolf Erik Nordenskjöld de traverser le cap glacé méridional du Groenland l'incite à explorer le pôle afin de dépasser le Suédois. Il prend donc part à l'expédition de chasse au phoque sur le Viking dans les eaux du Groenland. La vision du cap glacé groenlandais le confirme dans son projet d'expédition qu'il met au point. Avec cinq compagnons, il quitte la Norvège en mai 1888, accompagné d'un navire de pêche hauturière ; ils gagnent en vingt-quatre jours, malgré d'énormes obstacles climatiques, le fjord Ameralik sur la côte ouest du Groenland. L'hiver les oblige à camper à Godthaab où l'étude de la vie des Esquimaux lui fournira la matière de son ouvrage Eskimo Life (traduit du norvégien, 1893). Leur retour en Norvège, en mai 1889, est un triomphe.

Ce n'était qu'un début. Ayant observé la dérivation des glaces polaires et des épaves de Sibérie au-dessus de Spitzberg (la Jeannette perdue en 1881), il propose la construction d'un navire que la glace et les courants entraîneraient à la dérive sans l'engloutir au-delà du pôle. Malgré les réserves des explorateurs arctiques, le Storting et le roi Oscar II subventionnent l'armement du vaisseau le Fram (« En avant »). Avec treize hommes à bord, le Fram, commandé par Otto Sverdrup, quitte Christiania au milieu de l'été 1893 et, avant la fin de septembre, gagne le nord glacé des îles de la Nouvelle-Sibérie. L'observation de l'océan polaire est effectuée. Cela ne saurait lui suffire. Nansen prépare alors une seconde expédition en traîneaux et kayaks, avec pour seul compagnon le jeune lieutenant F. Hjalmar Johansen. Ils approchent du pôle plus qu'aucun homme avant eux (860 14′ de latitude N.), mais un chaos glaciaire les en chasse au bout de vingt-trois jours. Leurs chiens abattus l'un après l'autre, ils atteignent la terre François-Joseph, où ils hivernent en 1895-1896, vivant de morses et d'ours polaires. En juin, ils rencontrent par chance l'expédition anglaise de Frederick George Jackson et rentrent en Norvège, par le nord. Le Fram les y rejoignit comme prévu, démontrant qu'une mer de glaces entoure le pôle.

Cette aventure mémorable, rapportée dans Farthest North (Vers le Pôle, trad. franç. C. Rabot, 1897), triomphe de l'organisation méticuleuse, fait progresser l'océanographie, la météorologie, la diététique et les études boréales, inspirant par la suite d'autres expéditions polaires.

Nommé en 1882 conservateur de zoologie au musée de Bergen, Nansen est fait docteur en 1887 pour ses recherches sur l'histologie du cerveau et l'expédition du Fram ; la chaire de zoologie lui est conférée à l'université de Christiania, puis celle d'océanographie en 1908. Entre-temps, il fait publier en de nombreuses langues les résultats de son expédition. Il prend part à des expéditions océanographiques dans les eaux norvégiennes, le nord-est de l'Atlantique, visite les abords du Spitzberg sur son yacht, le Veslemoy (1913). Il en rapporte de nouvelles informations sur les courants arctiques, la composition des informations sous-marines, ainsi qu'une étude[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Claude NORDMANN. NANSEN FRIDTJOF (1861-1930) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Fridtjof Nansen - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Fridtjof Nansen

Oscar II - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Oscar II

Autres références

  • CONQUÊTE DU PÔLE NORD - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 194 mots

    1875-1876 Nares (Grande-Bretagne) atteint en raid 83020' N. et explore la côte d'Ellesmere.

    1881-1884 Greely (États-Unis) hiverne à Fort Conger et bat de 4 nautiques le record de Nares.

    1898-1902 Peary (États-Unis) atteint 84017' N., explore le nord du Groenland et de l'île d'Ellesmere....

  • OCÉANOGRAPHIE

    • Écrit par
    • 10 052 mots
    • 11 médias
    ...C’est à la même époque que s’élabore la théorie des courants océaniques. Au cours de l’expédition du Fram, dans l’Arctique (1893-1896), Fridtjof Nansen (1861-1930) observe que la dérive de son navire suit celle des glaces qui se dirigent à 45 degrés à droite de la direction du vent. En...
  • RÉFUGIÉS

    • Écrit par et
    • 8 569 mots
    • 5 médias
    ...communauté internationale s'organise autour de la Société des nations (SDN), celle-ci crée en 1921 un Haut-Commissariat aux réfugiés, confié au Norvégien Fridtjof Nansen, explorateur célèbre, mais aussi organisateur du rapatriement d'un demi-million de prisonniers allemands et autrichiens et d'une opération...
  • TARA, goélette

    • Écrit par et
    • 3 745 mots
    • 6 médias
    La première dérive arctique a été réalisée parl'explorateur norvégien Fridtjof Nansen lors de l'expédition maritime menée de 1893 à 1896 à bord du Fram, une goélette à trois mâts aux formes rondes et à la coque en bois de plus de 80 centimètres d'épaisseur. Nansen et ses douze...