RAPATRIÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Européens dans les colonies italiennes, 1940-1975

Européens dans les colonies italiennes, 1940-1975
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Italiens en Afrique du Nord, 1940-1975

Italiens en Afrique du Nord, 1940-1975
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Rapatriés en France, 1955-1961

Rapatriés en France, 1955-1961
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Retour de colons belges du Congo, 1960

Retour de colons belges du Congo, 1960
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


Les mouvements induits

Les indigènes auxiliaires

Les auxiliaires de la colonisation sont inexorablement entraînés dans le reflux des communautés européennes.

Les plus compromis avec l'ancienne puissance étaient les militaires de carrière et surtout les supplétifs, hâtivement recrutés pour combattre les guérillas et le terrorisme, prélude aux décolonisations.

Le problème se posa d'abord pour les éléments indigènes de la K.N.I.L. (Forces armées royales d'Indonésie) dissoute en juillet 1950. Ils refusèrent à la fois d'entrer dans la nouvelle armée indonésienne, d'être démobilisés sur place, d'accepter l'autorité nouvelle. Leur soulèvement marqua les premières années du nouvel État. À un premier convoi de 5 000 rapatriés succédèrent d'autres arrivées jusqu'en 1957.

À la mi-septembre de cette année, on comptait 17 500 réfugiés d'Amboine (Moluques) vivant dans des camps en Hollande. Leur nombre sera estimé en 1970 à environ 30 000, porté par l'accroissement naturel à près de 35 000 en 1975. La plupart continuaient de refuser à la fois l'intégration à la métropole et la soumission à l'Indonésie réclamant la reconnaissance d'une République moluquoise indépendante (R.M.S.). Leurs manifestations, plus ou moins violentes et spectaculaires (attaques de trains, enlèvements, etc.), se multiplièrent dans les années 1970 malgré les efforts du gouvernement de La Haye pour faciliter le retour en Asie comme pour aider l'insertion dans la société hollandaise.

Le même problème des militaires indigènes provoqua les plus grandes difficultés de la décolonisation britannique, notamment en Inde. Des accords anglo-indien et anglo-népalais permirent le transfert à l'armée anglaise de huit bataillons de Gūrkhas (10 000 hommes) de l'ancienne armée des Indes et la poursuite, limitée, du recrutement dans un groupe ethnique qui n'avait cessé de fournir les meilleurs éléments militaires locaux. L'accord fut renouvelé en 1953, puis en 1958.

Le cas le plus important par ses effectifs et le plus dramatique par ses conditions fut celui du retour des harkis, les mus [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  RAPATRIÉS  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Algérie »  : […] Ce qui fut dénommé d'abord les « événements » d'Algérie , car on ne voulait pas leur reconnaître le caractère d'une guerre, avait commencé, le 1 er novembre 1954, par une série d'attentats qui n'avaient effectivement pas l'envergure d'un véritable soulèvement populaire. Ils n'étaient pourtant ni négligeables ni imprévisibles. La révolte avait déjà grondé en 1945 à Sétif e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-les-decolonisations/#i_95062

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 026 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les Européens terrorisés se résignent à l'exode »  : […] Un tel fanatisme accélère la fuite des pieds-noirs, qui ne sont pas consultés, ni même très informés, sur les accords d'Évian, tandis qu'en métropole le référendum du 8 avril 1962 apporte au général de Gaulle la caution massive du peuple français : 90 p. 100 des votants disent oui aux accords d'Évian. Les Européens d'Algérie sont terrorisés et l'exode commence. En quelques semaines, en juin et ju […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algerie/#i_95062

NANSEN FRIDTJOF (1861-1930)

  • Écrit par 
  • Claude NORDMANN
  •  • 1 229 mots
  •  • 2 médias

Le héros incontesté de la Norvège moderne, Fridtjof Nansen , est né à Store Froën, près de Christiania (actuellement Oslo). Fils de l'avocat Baldur Fridtjof Nansen et d'Adélaïde Wedel Jarlsberg, il révèle bientôt d'exceptionnelles qualités aussi bien physiques qu'intellectuelles ; il possède un esprit curieux attiré par la recherche scientifique, avec un goût pour l'art et le sens de la solidarité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fridtjof-nansen/#i_95062

TOUAREGS

  • Écrit par 
  • René OTAYEK
  •  • 4 564 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Mali et le Niger face à la rébellion touarègue »  : […] Le 7 mai 1990, la ville de Tchin Tabaraden, située à quelques centaines de kilomètres au nord-est de Niamey, capitale du Niger, est le théâtre d'un incident isolé entre quelques Touaregs et des gendarmes nigériens. Relativement anodin, cet affrontement dégénère pourtant rapidement, dressant les campements touaregs de la région contre l'administration nigérienne, avant de déborder sur les territoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/touaregs/#i_95062

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis MIÈGE, « RAPATRIÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rapatries/