RAPATRIÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les mouvements induits

Les indigènes auxiliaires

Les auxiliaires de la colonisation sont inexorablement entraînés dans le reflux des communautés européennes.

Les plus compromis avec l'ancienne puissance étaient les militaires de carrière et surtout les supplétifs, hâtivement recrutés pour combattre les guérillas et le terrorisme, prélude aux décolonisations.

Le problème se posa d'abord pour les éléments indigènes de la K.N.I.L. (Forces armées royales d'Indonésie) dissoute en juillet 1950. Ils refusèrent à la fois d'entrer dans la nouvelle armée indonésienne, d'être démobilisés sur place, d'accepter l'autorité nouvelle. Leur soulèvement marqua les premières années du nouvel État. À un premier convoi de 5 000 rapatriés succédèrent d'autres arrivées jusqu'en 1957.

À la mi-septembre de cette année, on comptait 17 500 réfugiés d'Amboine (Moluques) vivant dans des camps en Hollande. Leur nombre sera estimé en 1970 à environ 30 000, porté par l'accroissement naturel à près de 35 000 en 1975. La plupart continuaient de refuser à la fois l'intégration à la métropole et la soumission à l'Indonésie réclamant la reconnaissance d'une République moluquoise indépendante (R.M.S.). Leurs manifestations, plus ou moins violentes et spectaculaires (attaques de trains, enlèvements, etc.), se multiplièrent dans les années 1970 malgré les efforts du gouvernement de La Haye pour faciliter le retour en Asie comme pour aider l'insertion dans la société hollandaise.

Le même problème des militaires indigènes provoqua les plus grandes difficultés de la décolonisation britannique, notamment en Inde. Des accords anglo-indien et anglo-népalais permirent le transfert à l'armée anglaise de huit bataillons de Gūrkhas (10 000 hommes) de l'ancienne armée des Indes et la poursuite, limitée, du recrutement dans un groupe ethnique qui n'avait cessé de fournir les meilleurs éléments militaires locaux. L'accord fut renouvelé en 1953, puis en 1958.

Le cas le plus important par ses effectifs et le plus dramatique par ses conditions fut celui du retour des harkis, les musulmans d'Algérie engagés du côté de l'armée française dans la lutte contre le F.L.N. Réfugiés en France, ayant opté pour la nationalité française, ils représentaient, avec leur famille, de 150 000 à 200 000 personnes. Leur situation précaire entre deux communautés dont l'une, d'accueil, reste peu sensible à leurs problèmes et dont l'autre, d'origine, les considère comme traîtres et refuse de leur reconnaître toute existence fait naître inquiétude, incertitude et amertume qu'expriment leurs deux associations, la Confédération des Français musulmans rapatriés d'Algérie, le Front national des rapatriés de confession musulmane.

Encore que moins aigu, le problème se retrouve au Portugal dont plus de la moitié des troupes combattant outre-mer à la veille de l'indépendance était de recrutement indigène (de 75 000 à 80 000). Il fallut ramener, sous protection, en toute urgence, ceux de São Tomé, de Príncipe et du Cap-Vert.

Les intermédiaires allogènes

Aux indigènes auxiliaires il convient d'ajouter tous les allogènes ayant un rôle d'intermédiaire entre les colonisateurs et les colonisés. Entraînés dans le mouvement de repli des communautés dont ils vivaient ou expulsés par les nouveaux États qui les assimilaient à l'ancienne domination, ils sont plusieurs centaines de milliers à chercher de nouveaux établissements. Tout un monde de réfugiés-rapatriés offre ainsi sur un fond général de désarroi une gamme étendue de cas particuliers.

Un des plus dramatiques sans doute est celui des Asiatiques, essentiellement celui des Indiens installés dans les colonies britanniques.

Dans les premières années de la décolonisation, les sujets britanniques des anciens territoires d'outre-mer purent entrer sans restriction, en Grande-Bretagne. Le British Nationality Act de 1948 créa la fiction selon laquelle les citoyens d'un pays indépendant, appartenant au Commonwealth, une fois admis au Royaume-Uni devenaient citoyens britanniques. Bien que cette possibilité fût restreinte, en 1962, par le Commonwealth Immigrant Act, la Grande-Bretagne devint la terre d'asile des Indiens munis de passeports anglais venant soit des Indes, soit surtout des communautés installées en Afrique orientale. L'Ouganda en expulsa 40 000 en juin 1963. Au Kenya, sur 200 000 Asiatiques, 120 000 qui n'étaient pas citoyens kenyans furent frappés par les lois de nationalisation en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Européens dans les colonies italiennes, 1940-1975

Européens dans les colonies italiennes, 1940-1975
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Italiens en Afrique du Nord, 1940-1975

Italiens en Afrique du Nord, 1940-1975
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Rapatriés en France, 1955-1961

Rapatriés en France, 1955-1961
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Retour de colons belges du Congo, 1960

Retour de colons belges du Congo, 1960
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  RAPATRIÉS  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Algérie »  : […] Ce qui fut dénommé d'abord les « événements » d'Algérie , car on ne voulait pas leur reconnaître le caractère d'une guerre, avait commencé, le 1 er novembre 1954, par une série d'attentats qui n'avaient effectivement pas l'envergure d'un véritable soulèvement populaire. Ils n'étaient pourtant ni négligeables ni imprévisibles. La révolte avait déjà grondé en 1945 à Sétif et à Constantine, et, si e […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les Européens terrorisés se résignent à l'exode »  : […] Un tel fanatisme accélère la fuite des pieds-noirs, qui ne sont pas consultés, ni même très informés, sur les accords d'Évian, tandis qu'en métropole le référendum du 8 avril 1962 apporte au général de Gaulle la caution massive du peuple français : 90 p. 100 des votants disent oui aux accords d'Évian. Les Européens d'Algérie sont terrorisés et l'exode commence. En quelques semaines, en juin et ju […] Lire la suite

NANSEN FRIDTJOF (1861-1930)

  • Écrit par 
  • Claude NORDMANN
  •  • 1 230 mots
  •  • 2 médias

Le héros incontesté de la Norvège moderne, Fridtjof Nansen , est né à Store Froën, près de Christiania (actuellement Oslo). Fils de l'avocat Baldur Fridtjof Nansen et d'Adélaïde Wedel Jarlsberg, il révèle bientôt d'exceptionnelles qualités aussi bien physiques qu'intellectuelles ; il possède un esprit curieux attiré par la recherche scientifique, avec un goût pour l'art et le sens de la solidarité […] Lire la suite

TOUAREGS

  • Écrit par 
  • René OTAYEK
  •  • 4 565 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Mali et le Niger face à la rébellion touarègue »  : […] Le 7 mai 1990, la ville de Tchin Tabaraden, située à quelques centaines de kilomètres au nord-est de Niamey, capitale du Niger, est le théâtre d'un incident isolé entre quelques Touaregs et des gendarmes nigériens. Relativement anodin, cet affrontement dégénère pourtant rapidement, dressant les campements touaregs de la région contre l'administration nigérienne, avant de déborder sur les territoi […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-17 février 2022 France. Commémoration des victimes de Charonne et adoption de la loi sur les « réparations » à destination des harkis.

Le nombre des bénéficiaires de cette « réparation » s’élève à environ cinquante mille, sur un total de quatre-vingt-dix mille harkis rapatriés. Ceux-ci doivent recevoir entre 2 000 et 15 000 euros en fonction de la durée de leur séjour dans les camps où ils étaient assignés, privés de leur liberté de circulation. Quarante mille autres harkis qui avaient été hébergés dans des « cités urbaines » sont exclus des réparations. […] Lire la suite

26 janvier 2022 France. Reconnaissance par le président Emmanuel Macron des « drames » vécus par les rapatriés.

Le président Emmanuel Macron reçoit à l’Élysée les représentants d’associations de rapatriés auxquels il exprime « la reconnaissance des injustices » et des « drames » subis par les Européens d’Algérie en 1962, lors de l’indépendance de l’Algérie. La principale association, le Cercle algérianiste, boycotte l’événement, faute d’avoir obtenu du chef de l’État qu’il retire ses propos, tenus en février 2017 à Alger, sur le « crime contre l’humanité » que représentait à ses yeux la colonisation. […] Lire la suite

2-10 octobre 2021 France – Algérie. Crise diplomatique à la suite des propos du président Emmanuel Macron sur la « rente mémorielle ».

Le 2, Alger rappelle son ambassadeur à Paris en réaction aux propos tenus par le président Emmanuel Macron le 30 septembre, lors d’une rencontre à l’Élysée avec dix-huit jeunes – petits-enfants de combattants du Front de libération nationale (FLN), d’appelés du contingent, de harkis et de rapatriés d’Algérie – pour évoquer cette « blessure mémorielle » que représente la guerre d’Algérie. […] Lire la suite

16 juillet 2021 Belgique – Syrie. Rapatriement d'enfants de djihadistes et de leurs mères.

Dix enfants de djihadistes belges, âgés de moins de douze ans, sont rapatriés de Syrie, en application de la décision prise en mars par le Conseil national de sécurité. Six mères, qui ont fait l’objet d’une étude « au cas par cas », les accompagnent. Trois autres femmes, mères de sept enfants au total, qui avaient été sélectionnées, ont refusé de quitter la Syrie. […] Lire la suite

26 mars 2020 Irak – France. Libération d'otages français en Irak.

Le même jour, les quelque deux cents soldats français appartenant à la coalition internationale contre l’organisation État islamique en Irak sont rapatriés en raison de la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le pays. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis MIÈGE, « RAPATRIÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rapatries/