RAP, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le raz-de-marée gangsta

Jusqu’à la fin des années 1980, le rap américain est en grande majorité conçu à New York (East Coast). Mais c’est en Californie (West Coast) que va émerger la nouvelle tendance : le gangsta rap, dont l’appellation politiquement correcte est reality rap. Inauguré en 1987 avec le titre « 6’N the Morning » d’Ice-T, premier rappeur californien à percer, ce style violent dans ses paroles mais mélodique dans ses sons (souvent joués ou rejoués par des musiciens de studio) va agiter le monde du rap. Une chanson symbolise à elle seule le goût pour la provocation lié à ce mouvement : « Fuck Tha Police » des NWA, l’acronyme de Niggaz With Attitude (« Nègres avec une attitude »). Ce groupe, conduit par Eazy-E, se réapproprie l’insulte Nigger et n’hésite pas à évoquer les brutalités policières. Il raconte le quotidien d’un dealer de drogue (l’ancienne occupation d’Eazy-E) dans « Gangsta Gangsta », traite les femmes de bitches (« chiennes ») et met en scène la violence quotidienne dans les rues du comté de Compton, ghetto de Los Angeles gangréné par les gangs. Le premier album, Straight Outta Compton, sorti en 1988, connaît un succès considérable malgré l’absence de programmation radio. Il inspirera et donnera lieu à un biopic en 2015, qui rapportera plus de 200 millions de dollars.

Deux stars du rap émergeront de NWA après la séparation du groupe en 1991, à la suite de leur second opus Efil4Zaggin (soit Niggaz for life écrit à l’envers pour éviter la censure) : Dr. Dre, producteur majeur du rap américain et futur découvreur d’Eminem et 50 Cent, mais aussi Ice Cube, rappeur, producteur de films et acteur. Fondateur du label Ruthless Records avec le manager de NWA Jerry Heller, Eazy-E meurt prématurément en 1995, victime du sida.

De multiples groupes ou artistes se revendiquant du gangsta rap sont apparus depuis l’avènement de NWA : Above The Law, MC Eiht, Spice 1, Tha Dogg Pound, CPO, Warren G, etc. L’apogée du genre correspond à la création de Death Row Records, fondé en 1991 par Dr. Dre et son associé Suge Knight, ancien footballeur américain devenu homme d’affaires aux méthodes plus que douteuses. Sur ce label sulfureux, Dr. Dre sort l’album The Chronic, manifeste du G-funk (ou gangsta funk, nom donné en référence au P-Funk de George Clinton que le DJ a largement samplé), vendu à près de six millions d’exemplaires depuis sa sortie, avec des titres comme « Nuthin’ But a ‘G’ Thang » ou « Let Me Ride ».

Un an plus tard, Snoop Dogg publie un premier album, Doggystyle, vendu à onze millions d’exemplaires à travers le monde, et qui confirme que son producteur Dr. Dre est devenu un incontournable beatmaker (compositeur et arrangeur de morceaux instrumentaux utilisant des ordinateurs et des machines telles que des séquenceurs et des échantillonneurs). Derrière la fausse nonchalance des rythmiques, les paroles agressives de Snoop Dogg déclenchent jalousies et rivalités. Des rivalités qui vont se transformer en guerre du rap avec l’affrontement entre deux côtes, deux labels et deux artistes : la côte est et la côte ouest ; Bad Boy Records et Death Row Records ; Notorious B.I.G. et 2Pac.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Public Enemy

Public Enemy
Crédits : Mark Allan/ AP/ SIPA

photographie

Ghost Dog, J. Jarmusch

Ghost Dog, J. Jarmusch
Crédits : Abbot Genser/ Artisan Pics / The Kobal Collection/ Aurimages

photographie

The Roots au « Tonight Show Starring Jimmy Fallon », 2016

The Roots au « Tonight Show Starring Jimmy Fallon », 2016
Crédits : Andrew Lipovsky/ NBC/ NBCU Photo Bank via Getty Images

photographie

Dave Chappelle’s Block Party, de M. Gondry

Dave Chappelle’s Block Party, de M. Gondry
Crédits : John D. Kisch/ Separate Cinema Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  RAP, musique  » est également traité dans :

BEASTIE BOYS

  • Écrit par 
  • Carol L. COOPER, 
  • Universalis
  •  • 815 mots

Les Beastie Boys, groupe de hip-hop américain, furent les premiers rappeurs blancs à attirer un public conséquent. Avec la sortie de leur premier album, Licensed to Ill, en 1986, le hip-hop s'ouvre au public blanc et connaît dès lors un essor considérable. Cultivant l'art du décalage et de la dérision, l'éclectisme et la fusion des styles, le groupe a créé une musique au carrefour de plusieurs es […] Lire la suite

CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Hélène HAZERA
  •  • 5 012 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Au tournant du XXe siècle »  : […] On ne pouvait imaginer que l'introduction du jazz dans la chanson française des années 1930 allait régénérer l'écriture de celle-ci. On ne peut pas plus deviner que l'importation du rap américain va ramener le sens dans la chanson. En même temps qu'une loi de quotas pour les radios est votée – au Québec, elle a sauvé l'expression francophone –, le rap français impose des textes qui parlent du quo […] Lire la suite

DEF JAM RECORDS

  • Écrit par 
  • Charlie GILLETT
  • , Universalis
  •  • 207 mots

Propriétaires de Rush Management, Rick Rubin et Russell Simmons ont parmi leurs clients plusieurs groupes pionniers du hip-hop, tel Run-D.M.C. En 1984, ils abandonnent leurs fonctions de manager pour fonder leur propre label, Def Jam, et signent rapidement un contrat de distribution avec la firme Columbia Records. Le jeune label connaît son premier succès avec LL Cool J, rappeur langoureux dont l […] Lire la suite

DJ (disc-jockey)

  • Écrit par 
  • Raphaël RICHARD
  •  • 3 614 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le DJ à l’origine du rap »  : […] Le Jamaïcain DJ Kool Herc déménage en 1967 à New York et n’est encore qu’un adolescent lorsqu’il organise son premier sound system . Au début, il diffuse principalement du reggae et d’autres musiques de son île natale, puis enrichit sa sélection de funk ou d’autres musiques appréciées de son public. Il importe de Jamaïque les interventions parlées sur les morceaux, un goût prononcé pour les basse […] Lire la suite

GURU (1961-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 231 mots

Le rappeur américain Guru a formé avec DJ Premier (de son vrai nom Christopher Edward Martin) le célèbre duo de hip-hop Gang Starr, pionnier de la fusion entre hip-hop et jazz. Avec sa voix rocailleuse et son élocution dénuée de la moindre inflexion, Guru racontait des histoires sans complaisance teintées d'une froide ironie. Guru (de son vrai nom Keith Edward Elam) est né le 17 juillet 1961 à Bos […] Lire la suite

HARD ROCK

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 634 mots

Dans le chapitre « Variantes du hard rock et du metal »  : […] Aux États-Unis se développe le rock sudiste, qui reprend les accents du boogie-woogie (groupes Molly Hatchet, ZZ Top, Lynyrd Skynyrd) et qui suit une voie parallèle, plus proche du rock « mainstream ». Dans les années 1980 apparaît une nouvelle vague de heavy metal, qui s'oppose au punk en accentuant le goût pour les traits rapides et les tempos dédoublés. Cette new wave of british metal « qui s'h […] Lire la suite

HIP-HOP (danse)

  • Écrit par 
  • Claudine MOÏSE
  •  • 4 544 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le paysage social de la danse hip-hop »  : […] Ayant d’abord touché les minorités, la danse hip-hop a permis aux jeunes essentiellement d’origine africaine et nord-africaine pour la France, caribéenne pour le Canada, afro-américaine pour les États-Unis de revendiquer une appartenance sociale, générationnelle et ethnique. Le mouvement hip-hop trouve ses sources aux États-Unis, dans différents mouvements politiques et artistiques qui s'appuient […] Lire la suite

NATE DOGG (1969-2011)

  • Écrit par 
  • Patricia BAUER
  •  • 247 mots

Personnalité emblématique du rap de la West Coast, le chanteur et musicien américain Nate Dogg accéda à la notoriété par ses interprétations sensibles et habitées, qu'il mit au service de nombreux morceaux de gangsta rap et de gangsta funk (G-funk). Nathaniel Dwayne Hale, alias Nate Dogg, naît le 19 août 1969, à Long Beach, en Californie. Au début de la décennie 1990, il s'associe à Snoop Dogg et […] Lire la suite

Paid in full, ERIC B AND RAKIM

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 329 mots

Le DJ Eric B et le rappeur Rakim forment aux États-Unis, en 1985, un duo qui va influencer de façon majeure le hip-hop des années 1980 et du début des années 1990. Leur matériau musical de base est constitué des disques de James Brown, qu'ils samplent abondamment : après les années old school et leurs boîtes à rythmes un peu «raides», l'usage du sampler se répand et James Brown, le Godfather of So […] Lire la suite

POP MUSIC

  • Écrit par 
  • Paul ALESSANDRINI, 
  • Gérard JOURD'HUI, 
  • Philippe JUGÉ, 
  • Christian LEBRUN
  •  • 7 701 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une radicalisation de la musique »  : […] À ce petit jeu, les États-Unis vont reprendre l'avantage sur l'Angleterre. Sous l'impulsion de la scène bruitiste new-yorkaise (Sonic Youth) et d'un groupe de Boston, Pixies, le rock va redevenir un phénomène social contestataire et déviant grâce à un label de Seattle, Sub Pop, et à un groupe, Nirvana. Son leader, Kurt Cobain, déclare à la fin de 1989 qu'il veut révolutionner le rock. Ce sera cho […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier CACHIN, « RAP, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rap/