RAP, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Public Enemy

Public Enemy
Crédits : Mark Allan/ AP/ SIPA

photographie

Ghost Dog, J. Jarmusch

Ghost Dog, J. Jarmusch
Crédits : Abbot Genser/ Artisan Pics / The Kobal Collection/ Aurimages

photographie

The Roots au « Tonight Show Starring Jimmy Fallon », 2016

The Roots au « Tonight Show Starring Jimmy Fallon », 2016
Crédits : Andrew Lipovsky/ NBC/ NBCU Photo Bank via Getty Images

photographie

Dave Chappelle’s Block Party, de M. Gondry

Dave Chappelle’s Block Party, de M. Gondry
Crédits : John D. Kisch/ Separate Cinema Archive/ Getty Images

photographie

Tous les médias


Wu-Tang Clan, le renouveau new-yorkais

Quand sort à la fin de l’année 1993 le premier album du Wu-Tang Clan Enter the Wu-Tang (36 Chambers), le rap californien est au sommet de sa gloire. Les MC de Staten Island – quartier qu’ils ont rebaptisé « Shaolin » en référence aux films de kung-fu dont ils sont friands – vont redorer le blason de New York avec un son brutal, d’apparence primitive, mais très efficace, signé RZA. De son vrai nom Robert Diggs, il est avec Method Man et Raekwon l’un des leaders de cette hydre à neuf têtes qui donne un coup de fouet au rap américain. Leur second album Wu-Tang Forever sort en 1997 et se place directement en tête des ventes. Selon une stratégie conçue dès leurs débuts, les rappeurs multiplient les albums en solo sur divers labels : Method Man chez Def Jam, RZA et son groupe Gravediggaz chez Gee Street, Ol’ Dirty Bastard (ODB) chez Elektra, Raekwon chez Loud. La mort d’ODB en 2004 marque le déclin de ce collectif.

RZA a diversifié ses activités, notamment au cinéma en produisant des BO pour Jim Jarmusch (Ghost Dog, 1999) et Quentin Tarantino (Kill Bill, 2003 et 2004) mais aussi en réalisant le film de kung-fu The Man With The Iron Fists (2013), qu’il a également coécrit.

Ghost Dog, J. Jarmusch

Ghost Dog, J. Jarmusch

Photographie

Pour la musique de Ghost Dog : la voie du samouraï (1999), le réalisateur et mélomane Jim Jarmusch fait appel au musicien new-yorkais RZA pour une rencontre entre cultures orientales et hip hop. Ce rappeur et producteur, membre fondateur du mythique collectif Wu-Tang Clan, y exprime avec brio... 

Crédits : Abbot Genser/ Artisan Pics / The Kobal Collection/ Aurimages

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  RAP, musique  » est également traité dans :

BEASTIE BOYS

  • Écrit par 
  • Carol L. COOPER, 
  • Universalis
  •  • 815 mots

Les Beastie Boys, groupe de hip-hop américain, furent les premiers rappeurs blancs à attirer un public conséquent. Avec la sortie de leur premier album, Licensed to Ill, en 1986, le hip-hop s'ouvre au public blanc et connaît dès lors un essor considérable. Cultivant l'art du décalage et de la dérision, l'éclectisme et la fusion des styles, le groupe a créé une musique au car […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beastie-boys/#i_96378

CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Hélène HAZERA
  •  • 5 009 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Au tournant du XXe siècle »  : […] On ne pouvait imaginer que l'introduction du jazz dans la chanson française des années 1930 allait régénérer l'écriture de celle-ci. On ne peut pas plus deviner que l'importation du rap américain va ramener le sens dans la chanson. En même temps qu'une loi de quotas pour les radios est votée – au Québec, elle a sauvé l'expression francophone –, le rap français impose des textes qui parlent du quo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-francaise/#i_96378

DEF JAM RECORDS

  • Écrit par 
  • Charlie GILLETT
  • , Universalis
  •  • 207 mots

Propriétaires de Rush Management, Rick Rubin et Russell Simmons ont parmi leurs clients plusieurs groupes pionniers du hip-hop, tel Run-D.M.C. En 1984, ils abandonnent leurs fonctions de manager pour fonder leur propre label, Def Jam, et signent rapidement un contrat de distribution avec la firme Columbia Records. Le jeune label connaît son premier succès avec LL Cool J, rappeur langoureux dont l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/def-jam-records/#i_96378

DJ (disc-jockey)

  • Écrit par 
  • Raphaël RICHARD
  •  • 3 612 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le DJ à l’origine du rap »  : […] Le Jamaïcain DJ Kool Herc déménage en 1967 à New York et n’est encore qu’un adolescent lorsqu’il organise son premier sound system . Au début, il diffuse principalement du reggae et d’autres musiques de son île natale, puis enrichit sa sélection de funk ou d’autres musiques appréciées de son public. Il importe de Jamaïque les interventions parlées sur l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dj/#i_96378

GURU (1961-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 231 mots

Le rappeur américain Guru a formé avec DJ Premier (de son vrai nom Christopher Edward Martin) le célèbre duo de hip-hop Gang Starr, pionnier de la fusion entre hip-hop et jazz. Avec sa voix rocailleuse et son élocution dénuée de la moindre inflexion, Guru racontait des histoires sans complaisance teintées d'une froide ironie. Guru (de son vrai nom Keith Edward Elam) est né le 17 juillet 1961 à Bos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guru/#i_96378

HARD ROCK

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 634 mots

Dans le chapitre « Variantes du hard rock et du metal »  : […] Aux États-Unis se développe le rock sudiste, qui reprend les accents du boogie-woogie (groupes Molly Hatchet, ZZ Top, Lynyrd Skynyrd) et qui suit une voie parallèle, plus proche du rock « mainstream ». Dans les années 1980 apparaît une nouvelle vague de heavy metal, qui s'oppose au punk en accentuant le goût pour les traits rapides et les tempos dédoublés. Cette new wave of british metal « qui s'h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hard-rock/#i_96378

HIP-HOP (danse)

  • Écrit par 
  • Claudine MOÏSE
  •  • 4 542 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le paysage social de la danse hip-hop »  : […] Ayant d’abord touché les minorités, la danse hip-hop a permis aux jeunes essentiellement d’origine africaine et nord-africaine pour la France, caribéenne pour le Canada, afro-américaine pour les États-Unis de revendiquer une appartenance sociale, générationnelle et ethnique. Le mouvement hip-hop trouve ses sources aux États-Unis, dans différents mouvements politiques et artistiques qui s'appuient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hip-hop-danse/#i_96378

NATE DOGG (1969-2011)

  • Écrit par 
  • Patricia BAUER
  •  • 247 mots

Personnalité emblématique du rap de la West Coast, le chanteur et musicien américain Nate Dogg accéda à la notoriété par ses interprétations sensibles et habitées, qu'il mit au service de nombreux morceaux de gangsta rap et de gangsta funk (G-funk). Nathaniel Dwayne Hale, alias Nate Dogg, naît le 19 août 1969, à Long Beach, en Californie. Au début de la décennie 1990, il s'associe à Snoop Dogg et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nate-dogg/#i_96378

Paid in full, ERIC B AND RAKIM

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 329 mots

Le DJ Eric B et le rappeur Rakim forment aux États-Unis, en 1985, un duo qui va influencer de façon majeure le hip-hop des années 1980 et du début des années 1990. Leur matériau musical de base est constitué des disques de James Brown, qu'ils samplent abondamment : après les années old school et leurs boîtes à rythmes un peu «raides», l'usage du sampler se répand et James Brown, le Godfather of So […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paid-in-full-eric-b-and-rakim/#i_96378

POP MUSIC

  • Écrit par 
  • Paul ALESSANDRINI, 
  • Gérard JOURD'HUI, 
  • Philippe JUGÉ, 
  • Christian LEBRUN
  •  • 7 696 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une radicalisation de la musique »  : […] À ce petit jeu, les États-Unis vont reprendre l'avantage sur l'Angleterre. Sous l'impulsion de la scène bruitiste new-yorkaise (Sonic Youth) et d'un groupe de Boston, Pixies, le rock va redevenir un phénomène social contestataire et déviant grâce à un label de Seattle, Sub Pop, et à un groupe, Nirvana. Son leader, Kurt Cobain, déclare à la fin de 1989 qu'il veut révolutionner le rock. Ce sera cho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pop-music/#i_96378

PROFILE RECORDS

  • Écrit par 
  • Charlie GILLETT
  • , Universalis
  •  • 226 mots

En raison de sa nouveauté, le hip-hop fut méprisé par les « major »s de l'industrie du disque jusqu'en 1986, date à laquelle le trio Run-D.M.C. fait appel au chanteur d'Aerosmith, Steven Tyler, et à son guitariste, Joe Perry, pour reprendre leur tube de hard rock Walk This Way , sorti dix ans plus tôt. Produit par le label Profile, le titre passe sur les ondes de nombreuses r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/profile-records/#i_96378

PUBLIC ENEMY

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO, 
  • Greg TATE
  • , Universalis
  •  • 464 mots
  •  • 1 média

Public Enemy voit le jour en 1982. Chuck D (Carlton Douglas Ridenhour) et Hank Shocklee se produisent alors dans l'émission de Bill Stephney sur les ondes de la radio de l'université d'Adelphi (Long Island). Rick Rubin (co-fondateur du label Def Jam), charmé par la voix retentissante de Chuck D, le conjure d'enregistrer un album. Ce dernier forme donc un groupe dans lequel apparaissent trois nouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/public-enemy/#i_96378

SUGAR HILL RECORDS

  • Écrit par 
  • Charlie GILLETT
  • , Universalis
  •  • 327 mots

Lancé en 1979 par des vétérans de l'industrie du disque, Sylvia et Joe Robinson, le label de musique rap (genre alors nouveau) Sugar Hill Records, basé à Englewood, dans le New Jersey, aux États-Unis, fut baptisé d'après le nom d'un quartier huppé de Harlem et financé par le distributeur de Manhattan Maurice Levy. Sylvia Robinson (née Vanderpool) était arrivée en tête des hit-parades américains e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sugar-hill-records/#i_96378

TOMMY BOY RECORDS

  • Écrit par 
  • Charlie GILLETT
  • , Universalis
  •  • 273 mots

Le rédacteur en chef du magazine américain Dance Music Report , Tom Silverman, lance en 1981 le label discographique Tommy Boy Records dans son appartement new-yorkais de Manhattan, situé West 85th Street. Le producteur Arthur Baker aide la firme à se faire une place dans l'industrie du disque grâce aux tubes d'Afrika Bambaataa –  Looking for the Perfect Beat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tommy-boy-records/#i_96378

TRIP-HOP

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 571 mots

Apparu en Grande-Bretagne au début des années 1990, le trip-hop se situe au carrefour de plusieurs courants musicaux : dub, reggae digital, hip-hop, techno. Massive Attack et Portishead l'ont popularisé. Le terme trip-hop est surtout utilisé pour définir un son né à Bristol. Les recherches du label On-U Sound ou du collectif The Wild Bunch aboutiront à ce mélange qu'on peut définir comme une renco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trip-hop/#i_96378

Voir aussi

RZA    WU-TANG CLAN

Pour citer l’article

Olivier CACHIN, « RAP, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rap/