QUMRĀN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une bibliothèque diversifiée

Dans leur grande majorité, les rouleaux étaient de parchemin, une centaine seulement de papyrus. De 13 à 15 p. 100 des textes sont en araméen, la langue courante du pays depuis la conquête perse, fin vie siècle avant J.-C. Le reste est en hébreu, la langue littéraire et cultuelle, déclarée sainte. Quelques fragments ou bribes sont en grec. On considère l'ensemble comme très largement littéraire, non documentaire. Il ne s'y trouve en effet ni lettres, ni factures, ni contrats. Il s'agit d'une bibliothèque, dont on ne saura peut-être jamais l'origine.

Le classement des rouleaux et des fragments autrement que par grottes ne va pas de soi. On peut d'abord mettre à part ceux que l'on considère comme bibliques, autrement dit présents dans nos Bibles : entre 23 et 25 p. 100, ce qui correspond à quelque deux cents rouleaux différents. À l'exception du livre d'Esther, et encore, car il a pu disparaître dans le temps, tous les livres du corpus judaïque des livres saints se trouvent attestés. Beaucoup sont représentés par plusieurs voire de nombreux exemplaires. Ainsi, vingt de la Genèse, dix-sept de l'Exode, quatorze du Lévitique, une trentaine du Deutéronome et des Psaumes. Le plus ancien de ces témoins, un fragment de Samuel, est daté du milieu du iiie siècle avant J.-C. Mais la plupart sont un peu plus récents, sans dépasser toutefois le milieu du ier siècle de notre ère. Il est acquis qu'aucun texte chrétien n'y figurait. Les plus anciens manuscrits de la Biblia hebraica que l'on possédait auparavant datent du xe siècle chrétien. Ajoutons que l'on a retrouvé l'original hébraïque de Ben Sira et les versions en hébreu et en araméen de Tobit. Ces deux livres sont absents du corpus judaïque, mais reçus dans les Bibles chrétiennes, du moins catholiques, par le canal de la version grecque des Septante.

Pour une très large part, le reste des rouleaux, « non bibliques » dit-on, environ les deux tiers de l'ensemble, se présente plus ou moins comme des relectures ou réécritur [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  QUMRAN  » est également traité dans :

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « Les apocryphes de l'Ancien Testament »  : […] Le mot grec apokrypha , dérivé du verbe kryptein , « cacher », signifiait à l'origine « choses cachées » ; il s'appliquait plus précisément aux livres « cachés » ou « secrets » de par leur contenu. Pour les juifs, l'adjectif « caché » imputé aux livres saints n'était pas péjoratif. Ils disaient « cachés », en hébreu guenûzim – de la racine ganaz , qui a donné guénizah , « cachette » adjacente à u […] Lire la suite

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 573 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sources de la doctrine de l'inspiration »  : […] Dans le monde antique, oriental et grec, on croyait volontiers que des révélations divines étaient transmises aux hommes par des personnages inspirés. L'enracinement culturel le plus ancien de la doctrine, juive puis spécifiquement chrétienne, de l'Écriture, est à chercher dans cette Antiquité lointaine. L'Égypte ancienne, déjà, attribuait ses « saintes écritures » au dieu écrivain ou scribe Thot, […] Lire la suite

BIBLE - Bible et archéologie

  • Écrit par 
  • Pierre BORDREUIL, 
  • Arnaud SÉRANDOUR
  •  • 7 876 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les manuscrits de la mer Morte »  : […] La découverte des manuscrits de la mer Morte – et les fouilles archéologiques menées sur le site de Qumrān et ses environs dans l'immédiat après-guerre – constitue la trouvaille majeure du xx e  siècle. Elle éclaire d'un jour nouveau le judaïsme de la période hellénistique, qui va de la conquête du Proche-Orient par Alexandre (333-330) à celle de la Syrie et du pays de la Bible par Pompée en 63 a […] Lire la suite

CALENDRIERS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul PARISOT
  •  • 9 872 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Calendrier essénien »  : […] Les manuscrits découverts à Qumrān, près de la mer Morte, nous renseignent sur la tentative originale de la secte juive des Esséniens ( i er  siècle avant J.-C.), fondée sur l'année solaire. C'est dans les Livres des Jubilés et d'Hénoch qu'apparaît ce calendrier, dont l'année de 364 jours est divisée en quatre saisons de trois mois. À l'intérieur de chaque trimestre, les mois contiennent 30, 30 […] Lire la suite

DAMAS DOCUMENT DE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 470 mots

Œuvre juive dont deux fragments (les manuscrits A et B, en partie se recouvrant et en partie se complétant, déposés à la bibliothèque de l'université de Cambridge et datés du x e ou du xi e siècle) ont été découverts à la Génizah du Caire, en 1896. Ces feuillets ont été publiés par Schechter, en 1910, sous le titre Fragments of a Zadokite Work , d'où le nom : Écrit (ou Document ) sadocite qu'o […] Lire la suite

DUPONT-SOMMER ANDRÉ (1900-1983)

  • Écrit par 
  • Marc PHILONENKO
  •  • 763 mots

Né à Marnes-la-Coquette, André Dupont-Sommer entre en 1919 au séminaire Saint-Sulpice, à Issy-les-Moulineaux. Sa formation sera très complète. Il passe une licence ès lettres (1923-1924) et une licence en théologie (1927). Il devient membre de l'École biblique et archéologique française de Jérusalem (1928-1929). L'année passée à Jérusalem aura pour lui une importance décisive. Elle fortifiera sa […] Lire la suite

ESSÉNIENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 224 mots

La secte juive des esséniens, fondée vers ~ 150 et qui disparaîtra deux siècles plus tard vers 68 après J.-C., a bénéficié d'une connaissance nouvelle avec la découverte, depuis 1947, d'un nombre important de manuscrits recueillis lors des fouilles du Khirbet Qumrān, sur la rive nord-ouest de la mer Morte. Les textes ont ranimé les querelles autour d'une thèse qu'Ernest Renan avait ainsi formulée  […] Lire la suite

ESSÉNIENS, SECTE JUIVE

  • Écrit par 
  • Francis SCHMIDT
  •  • 177 mots

Inconnus de la Bible et des écrits talmudiques, les esséniens sont décrits par Flavius Josèphe – avec les pharisiens, les sadducéens et les différents mouvements zélotes – comme l'un des quatre groupes composant le judaïsme de la fin de la période du second Temple. Vivant en communautés fortement hiérarchisées (les unes pratiquant le célibat, les autres admettant le mariage), mettant leurs biens e […] Lire la suite

HYMNES ESSÉNIENS

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 768 mots

Parmi les manuscrits trouvés dans la grotte I de Qumrān figurait un recueil d'hymnes (en hébreu Hodayot , ce qu'on pourrait traduire par « actions de grâces »), rouleau en très mauvais état, dont on a réussi à reconstituer dix-huit colonnes et dont soixante-six fragments restent difficilement utilisables. Il semble que le rouleau ait été écrit par deux scribes hébreux. L'ensemble représente enviro […] Lire la suite

JUBILÉS LIVRE DES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 447 mots

Ouvrage biblique pseudépigraphique remarquable pour sa présentation chronologique qui découpe en « jubilés » (périodes de quarante-neuf ans) la série des événements relatés depuis la Genèse jusqu'au chapitre xii de l'Exode : chaque jubilé est à son tour divisé en sept séries de sept ans, l'année comprenant 364 jours. La proposition d'un tel calendrier, lui-même dérivé de celui qui était en usage […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André PAUL, « QUMRĀN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/qumran/