QUATRIÈME RÉPUBLIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le bilan des politiques mises en œuvre

Malgré l'instabilité des gouvernements, le bilan des politiques conduites de 1946 à 1958 comporte des points positifs, tout particulièrement dans le domaine économique et social et dans les débuts de construction européenne. C'est la politique coloniale qui est certainement la plus déficiente.

La politique économique et sociale

La France s'est économiquement reconstruite avec l'aide des États-Unis et du plan Marshall. Les grands secteurs de l'énergie, des transports, de la banque et des assurances ont été nationalisés à la Libération, et une planification établie. Les comités d'entreprise sont créés, ainsi qu'un régime de sécurité sociale pour tous. La production a repris, permettant de sortir du rationnement à partir de 1948 et assurant une situation de quasi-plein-emploi. L'indice de la production industrielle, tombé à 50 en 1945, se trouvait à 213 en 1958. Après une période d'inflation galopante mais de hausse plus limitée des salaires, une stabilisation des prix intervient et il n'y aura plus de dévaluation entre 1949 et 1957. L'agriculture a commencé sa modernisation, qui ne se fait pas sans dommages pour les petites exploitations endettées par l'achat de matériel agricole, alors que les prix à la production baissent. Antoine Pinay, président du Conseil en 1952, rétablit la confiance avec les milieux d'affaires et les épargnants, il lance un grand emprunt indexé sur l'or, réduit les dépenses mais fait aussi voter une loi où le salaire minimum est pratiquement aligné sur la hausse des prix. En 1956, le gouvernement de Guy Mollet accorde une troisième semaine de congés payés, établit un fonds de solidarité en faveur des personnes âgées (financé par la vignette automobile), établit un contrôle des honoraires médicaux et un meilleur remboursement pour les assurés. La IVe République correspond donc à l'entrée dans un système de protection sociale élevée et d'État-providence. La reconstruction et la modernisation de l'économie ont connu bien sûr beaucoup de vicissitudes ; sur le moment, les observateurs ont surtout souligné les difficultés de la situation, mais au total et rétrospectivement, on peut dire que la IVe République a à peu près réussi à relever les défis économiques dans les premières années de ce que Jean Fourastié appellera plus tard les Trente Glorieuses.

La politique européenne

Le bilan est également loin d'être négligeable en ce qui concerne la politique étrangère. Avec le développement de la guerre froide, la France se range sous la bannière occidentale, elle participe à la création du Pacte atlantique et du Conseil de l'Europe en 1949 ; elle abandonne assez vite une politique hostile à l'égard de l'Allemagne et va chercher à intégrer cette dernière dans des politiques de coopération européenne. La construction européenne sera la grande préoccupation du M.R.P., souvent soutenu par les principaux partis de la troisième force mais contesté par les communistes et le R.P.F. L'Assemblée nationale ratifie en 1951 la création de la Communauté économique du charbon et de l'acier (C.E.C.A.), qui institue un accord de coopération dans des secteurs économiques de base entre la France, l'Allemagne fédérale, l'Italie et le Benelux. Une grande querelle s'est ensuite développée autour de la création de la Communauté européenne de défense (C.E.D.), qui consistait à créer une armée européenne et donc à accepter le réarmement de l'Allemagne dans un cadre commun. L'initiative était très osée puisqu'elle visait à mutualiser la défense nationale, une des fonctions régaliennes des États. Le traité fut signé en 1952 mais échoua deux ans plus tard, en raison de l'opposition d'une majorité de députés. Plusieurs groupes étaient en fait très divisés sur cette question, notamment les socialistes, les radicaux et les modérés. La coopération européenne fut néanmoins rapidement relancée, ce qui aboutit en juin 1956 au vote du projet Euratom (coopération en matière d'énergie atomique civile) et en janvier 1957 au vote sur la création de la Communauté économique européenne, devant conduire à un Marché commun entre les six États partenaires.

La politique à l'égard des colonies

Le grand échec de la IVe République est de n'avoir pas su gérer l'évolution du statut de l'empi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur émérite de science politique à Sciences Po Grenoble, chercheur au laboratoire Pacte (UMR 5194, CNRS/ université Grenoble Alpes/Sciences Po Grenoble)

Classification

Autres références

«  QUATRIÈME RÉPUBLIQUE  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire francophone »  : […] La décolonisation de l'Afrique noire française apparaît, elle, largement comme un problème « mûri de l'extérieur » : à l'issue de la guerre, l'opinion, les partis et les gouvernants français n'étaient absolument pas prêts à envisager une perspective d'indépendance des colonies, tant la « reprise du rang » par la France dans le concert des grandes puissances s'identifiait à la grandeur de l'empire, […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'insurrection de novembre 1954 »  : […] En 1954, l'Algérie constitue trois départements français. Beaucoup plus, donc, qu'une colonie lointaine comme le Sénégal, ou que la Tunisie, simple protectorat. Il semble hors de question d'abandonner un territoire rattaché à la France depuis cent trente ans, avant même la Savoie (1860). Un million d'Européens y vivent et y travaillent depuis des générations. La découverte de pétrole en 1954, la n […] Lire la suite

BIDAULT GEORGES (1899-1983)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 915 mots
  •  • 3 médias

Homme politique français de la iv e République. Formé chez les jésuites. Georges Bidault fait des études à la faculté des lettres de Paris, qui déboucheront sur l'agrégation d'histoire. Il s'engage dans l'Association catholique de la jeunesse française. Proche du « Sillon » de Marc Sangnier, ce jeune enseignant goûte à la politique au Parti démocrate populaire. À partir de 1934, Georges Bida […] Lire la suite

BOURGÈS-MAUNOURY MAURICE (1914-1993)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 947 mots

Maurice Bourgès-Maunoury est né à Luisant (Eure-et-Loir) le 19 août 1914. Polytechnicien, licencié en droit et diplômé de l'École des sciences politiques, il choisit d'être officier d'artillerie de 1935 à 1940, par fidélité à son aïeul maternel Joseph Maunoury (1867-1923), maréchal de France à titre posthume pour avoir, en gagnant la bataille de l'Ourcq, permis — en 1914 — la victoire de la Marne. […] Lire la suite

CHALANDON ALBIN (1920-2020)

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 1 061 mots

Haut fonctionnaire, homme d’affaires et homme politique français, ancien résistant, gaulliste de la première heure, Albin Chalandon a dirigé plusieurs ministères avant de devenir P-DG d’Elf-Aquitaine, puis d’occuper le poste de garde des Sceaux de 1986 à 1988. Né le 11 juin 1920 dans la commune de Reyrieux (Ain), dont son père, un industriel, était le maire, Albin Chalandon fait ses études au lyc […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Le retour du général de Gaulle au pouvoir s'explique par deux raisons principales. D'une part, le fonctionnement des institutions de la IV e  République s'était révélé défaillant et l'Assemblée nationale n'arrivait pas à dégager des majorités de gouvernement durables. D'autre part, la menace d'un coup d'État militaire et d'une guerre civile était forte au printemps de 1958. Dans ce contexte, l'a […] Lire la suite

CODIFICATION

  • Écrit par 
  • Guy BRAIBANT
  •  • 6 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La codification systématique »  : […] La renaissance vient après la guerre. Curieusement, elle trouve son origine plus dans les milieux administratifs et professionnels que dans la doctrine juridique. Avec le développement des interventions économiques et sociales de l'État naît le besoin de disposer d'instruments commodes dans lesquels les intéressés trouveraient l'ensemble des textes concernant une activité ou même un produit. La co […] Lire la suite

CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel AMSON
  •  • 493 mots
  •  • 1 média

Dans les dernières années de la III e République française, le Sénat avait renversé un certain nombre de gouvernements, et notamment — en juin 1937 et en avril 1938 — les deux ministères dirigés par Léon Blum . Cela explique que les partis de gauche, qui avaient en 1946 une grande importance numérique au sein de la deuxième Assemblée constituante, aient souhaité réduire le rôle et les attribution […] Lire la suite

CONSTITUTIONS FRANÇAISES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 1 668 mots

Constitution de 1791 Adoptée le 3 septembre par l'Assemblée nationale constituante, deux années après la Déclaration de 1789 qui forme son Préambule, suspendue d'application le 10 août 1792, la première Constitution française ne dura pas un an. Essai de monarchie parlementaire, elle exacerbait en fait l'opposition entre exécutif et législatif : initiative des lois réservée à l'Assemblée unique (él […] Lire la suite

COSTE-FLORET PAUL (1911-1979)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 961 mots

Né le 9 avril 1911 à Montpellier (Hérault) où il s'est éteint soixante-huit ans plus tard, Paul Coste-Floret a consacré sa vie au droit, à la politique et à la démocratie chrétienne. Avec fougue. Fils d'avocat, Paul Coste-Floret s'est engagé tout naturellement dans des études juridiques – doctorat, agrégation –, mais la guerre qui a marqué sa jeunesse n'allait pas tarder à déranger une carrière ap […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17-20 janvier 2021 France. Élaboration d'une charte des imams au sein du Conseil français du culte musulman.

Elles indiquent qu’une quatrième fédération, celle de la Grande Mosquée de Saint-Denis de la Réunion, y est également opposée. […] Lire la suite

26-29 novembre 2020 France. Violences policières contre Michel Zecler.

Un quatrième policier qui avait lancé une grenade lacrymogène dans le local où se sont déroulés les faits est mis en examen pour violences volontaires et dégradation de biens. […] Lire la suite

2-30 avril 2020 France. Annonce du plan de déconfinement.

Le plan du gouvernement est adopté par 368 voix contre 100 et 103 abstentions, principalement grâce à l’accord quasi unanime des élus de La République en marche (LRM) et du MoDem. Le 30, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) annonce une contraction de 5,8 p. 100 du PIB au premier trimestre. La baisse du PIB ayant déjà été de 0,1 p. […] Lire la suite

20 décembre 2018 Togo. Élections législatives.

Avec 59 sièges sur 91, l’Union pour la République (UNIR) du président Faure Gnassingbé remporte les élections législatives reportées de plusieurs mois. L’Union des forces de changement de l’opposant Jean-Pierre Fabre obtient 7 députés. Dix-huit élus sont indépendants. Le taux de participation est de 59,3 p. 100. L’Alliance C 14, principale coalition d’opposition, appelait au boycottage du scrutin afin de protester contre la réforme constitutionnelle prévue par le chef de l’État, qui permettrait à celui-ci de briguer un quatrième mandat consécutif. […] Lire la suite

14 mars 2018 Allemagne. Réélection de la chancelière Angela Merkel.

Le Bundestag réélit la chancelière Angela Merkel pour un quatrième mandat, par 364 voix sur 692, soit un nombre inférieur au total des députés conservateurs et sociaux-démocrates. Jamais, depuis l’instauration de la République fédérale en 1949, un temps aussi long – cent soixante et onze jours – ne s’était écoulé entre les élections législatives et l’investiture du gouvernement. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRÉCHON, « QUATRIÈME RÉPUBLIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/quatrieme-republique/