QUATREMÈRE DE QUINCY ANTOINE CHRYSOSTOME QUATREMÈRE dit (1755-1849)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dialogue avec l'Antiquité

Député aux Cinq-Cents sous le Directoire, nommé par deux fois secrétaire du Conseil général de la Seine, il prend une part active, parfois déterminante, aux décisions prises pour l'embellissement de Paris. Membre de l'Institut depuis 1804, entretenant des liens amicaux avec les meilleurs artistes de l'époque, il apparaît comme le théoricien officiel d'une doctrine institutionnalisée, comme le meilleur exégète d'une esthétique fondée sur l'imitation et l'absolue nécessité d'un classicisme uniforme voué à l'idéal moral et civique de l'État. Révolutionnaire très modéré, soumis pendant l'Empire, Quatremère adhère pleinement au régime de monarchie constitutionnelle de la Restauration. Il accède alors aux postes les plus influents de sa carrière : secrétaire perpétuel de l'Académie des beaux-arts (1816-1839), membre du Conseil honoraire des musées, membre du comité du Journal des savants, professeur d'archéologie près la Bibliothèque du roi (1820) ; il est à nouveau élu député de Paris (1820-1822). Ses activités le placent au centre de la création de l'École des beaux-arts où ses théories sont professées, tandis que ses directives atteignent les élèves de l'Académie de France à Rome (pendant les importants directorats de Vernet et d'Ingres) et qu'il participe avec une égale autorité au jury des Salons. C'est ici, néanmoins, que son influence et son rôle furent le plus tôt contestés, alors que la jeune école romantique, à laquelle il s'opposait farouchement, connaissait ses premiers triomphes. Face à un Delacroix, face au succès du nouveau style troubadour, et, bientôt, au développement du néo-gothique, Quatremère de Quincy apparaissait comme le dernier garant du vrai style fondé sur l'interprétation de l'archéologie scientifique et l'imitation inconditionnelle des Anciens. Le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Sorbonne, directeur du centre Ledoux

Classification

Autres références

«  QUATREMÈRE DE QUINCY ANTOINE CHRYSOSTOME QUATREMÈRE dit (1755-1849)  » est également traité dans :

LETTRES À MIRANDA SUR LE DÉPLACEMENT DES MONUMENTS DE L'ART DE L'ITALIE, Antoine Quatremère de Quincy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 147 mots

Introducteur en France de la pensée de Winckelmann, le théoricien du néo-classicisme, Antoine C. Quatremère de Quincy (1755-1849) a été l'un des pionniers de l'archéologie scientifique et l'un des « antiquaires » les plus écoutés de son temps. Réduire sa figure intellectuelle aux idées développées dès 1788 dans le premier volume de son […] Lire la suite

ACADÉMIE DE FRANCE À ROME

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 048 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Gloire et usure d'une institution »  : […] C'est au xviii e  siècle, quoi qu'il en soit, que l'Académie de France devait connaître son apogée. Logée à partir de 1725 dans le somptueux palais Mancini à l'entrée du Corso, elle est alors parfaitement intégrée à la « Ville éternelle ». La fécondité du foyer romain, l'importance stratégique qu'il revêt à nouveau au milieu du siècle à la suite des grandes découvertes archéologiques faites en Cam […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 451 mots

Dans le chapitre « La philosophie des architectes, de Vitruve à Gropius »  : […] Architecture vient du grec archè , le commencement, le commandement, ou le principe, et de tektonikos , le charpentier ou le bâtisseur ; et, comme il advient souvent, la rencontre des deux mots infléchit le sens de chacun pour susciter une acception d'ensemble inattendue : l'archè fait de la « tecture » plus qu'une simple bâtisse. Archè est un supplément. Ce supplément implique-t-il, comme le veut […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La vocation pédagogique et édilitaire de l'architecture (1750-1867) »  : […] En un siècle, de la fin de l'Ancien Régime au second Empire, la profession d'architecte est agitée par une crise fondamentale, particulièrement sensible dans une déontologie si diversement et si difficilement formulée et pratiquée dans les siècles passés. Cette crise est la conséquence de la civilisation industrielle naissante et du formidable essor économique et démographique qui l'accompagne. El […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Dans le chapitre « Biographie et norme »  : […] C'est en effet au xvi e siècle que tous ces aspects de la littérature artistique, récits anecdotiques, répertoires d'œuvres, augmentés d'une certaine attention aux données techniques et solidement encadrés dans une vision évolutive et « progressiste », vont converger pour susciter la première histoire de l'art proprement dite : les Vite de' più eccelenti pittori , scultori e architettori , publié […] Lire la suite

GENRES PICTURAUX

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 1 640 mots

Dans le chapitre « La hiérarchie des genres et sa subversion »  : […] La littérature artistique commence par prendre conscience de la prolifération des genres qu'elle décrit à travers les auteurs antiques, comme en témoigne, autour de 1530, l'érudit italien Paolo Giovio, qui, pour désigner les éléments divers d'un paysage dans un tableau du peintre ferrarais Dosso Dossi, utilise le terme « genre » (« tout ce qui appartient à ce genre si agréable à regarder »). Ces t […] Lire la suite

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 099 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Engagement et idéal : la culture néo-classique »  : […] De nombreux auteurs s'interrogent donc aujourd'hui sur la portée de la notion de néo-classicisme. L'enrichissement considérable des données descriptives et analytiques du style, qui permet de ne plus confondre les « styles historiques » (historicisme) du xix e  siècle et le « retour à l'antique » du xviii e  siècle, remet en cause l'aperçu panoramique fondé sur l'idée de longue durée chère aux his […] Lire la suite

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 398 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le langage des ordres : rhétorique et symbolique »  : […] Outil plastique, à la fois structural et ornemental, l'ordre est redevenu l'un des fondements du langage architectural. Certaines ordonnances dérivent directement des ordonnances antiques : portiques à la manière des frontispices de temples comme le Panthéon (chapelle de la villa Maser, villas Rotonda et Malcontenta, façade sur cour de la chapelle de la Sorbonne), ou ordres adossés à des arcades […] Lire la suite

POLYCHROMIE, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Adeline GRAND-CLÉMENT
  •  • 4 335 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La polychromie, un débat esthétique »  : […] Antoine Chrysostome Quatremère de Quincy est le premier, dans son ouvrage Le Jupiter olympien (1815), à qualifier explicitement la sculpture grecque et romaine de « polychrome ». L’étude marque un jalon essentiel dans l’histoire de l’acceptation de la polychromie de l’art grec par les savants européens, en dépit de résistances qui se prolongent au xx e  siècle. À la suite des fouilles effectuées […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel RABREAU, « QUATREMÈRE DE QUINCY ANTOINE CHRYSOSTOME QUATREMÈRE dit (1755-1849) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/quatremere-de-quincy/