QUATREMÈRE DE QUINCY ANTOINE CHRYSOSTOME QUATREMÈRE dit (1755-1849)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Esprit supérieur, que la France n'apprécia pas assez de son vivant, que la jeunesse vers la fin insultait à plaisir, qui ne s'appliquait point en effet à plaire, et qui ne craignait point du tout de choquer ou même de braver son public et son temps : espèce de Royer-Collard dans sa sphère, ennemi aussi de la démocratie dans l'art, mais non point respecté comme l'autre, et qui semblait même jouir de son impopularité » (Sainte-Beuve, Nouveaux Lundis, t. II). L'intérêt pour l'art néo-classique a justement fait sortir le nom de Quatremère de Quincy d'un trop long purgatoire où les défenseurs du romantisme, d'abord, puis ceux du modernisme à la fin du xixe siècle l'avaient relégué. Non pas qu'il fut tant artiste lui-même, mais philosophe de l'art, écrivain et homme politique influent dont le rôle a marqué la vie artistique française et européenne tout au long d'une carrière publique particulièrement féconde (1787-1839).

Les séjours en Italie

Né à Paris en 1755, entré en 1772 dans l'atelier du sculpteur Guillaume Coustou, Quatremère de Quincy s'initie à l'art de la statuaire, déjà orienté par les sculpteurs de la fin du règne de Louis XV vers un idéal de beauté « à l'antique ». Un premier séjour en Italie (1776-1780), où il voyage de Rome à la Sicile en passant par Naples, lui permet de s'imprégner d'art hellénistique. Familier du milieu romain d'artistes et d'amateurs qui propagent les nouvelles idées artistiques et archéologiques héritées de Winckelmann et de Caylus (Mengs, Piranèse, Bottoni, Volpano), Quatremère fréquente les artistes de l'Académie de France à Rome. Découvrant les beautés des vestiges archéologiques avec le peintre Jacques-Louis David, il incite ce dernier à orienter son style vers une exactitude, une simplicité et une pureté toutes sculpturales. Mais c'est lors d'un second séjour en Italie (1783-1784) qu'il se lie d'amitié avec le jeune sculpteur Canova dont il deviendra une sorte de guide spirituel et artistique.

Subjugué par les dons de Canova, conscient de la valeur de David, et pressentant chez beaucoup de jeunes artistes qui fréquentent alors l'Académie de France un talent supérieur, Quatremère de Quincy, à son retour en France, abandonne la pratique pour se livrer à un véritable apostolat des arts à travers l'action politique et littéraire. En 1787, une commande de Charles Joseph Panckoucke, l'éditeur de l'Encyclopédie méthodique, lui donne l'occasion d'entreprendre un ouvrage d'envergure : le Dictionnaire d'architecture, où il se fait reconnaître d'emblée comme l'un des théoriciens les plus éclairés de son temps. Sa collaboration aux plus célèbres journaux de l'époque (Le Journal de Paris, Le Mercure de France, Le Moniteur universel) permet de diffuser dans un public nombreux une esthétique fondée sur un respect et une imitation sans partage de la beauté absolue : celle des antiques. Aucun domaine culturel et artistique n'échappe désormais aux réflexions de Quatremère. Ses responsabilités politiques successives lui donnent une audience exceptionnelle. Représentant de la Commune de Paris (1789-1790), il y lit, par exemple, un discours fort remarqué sur La Liberté des théâtres. Député de l'Assemblée nationale, ami de Danton, membre du comité d'Instruction publique (1791), Quatremère se partage avec David, Condorcet, Debry et Romme, les interventions, projets de lois et décrets concernant l'organisation des arts et de l'instruction publique du nouveau régime. Plusieurs fois inquiété (il est emprisonné sous la Terreur en 1794, puis contraint de s'exiler en Allemagne), il ne voit cependant pas son influence baisser. Dans ses sept lettres au général Francisco de Miranda (1796), il conteste vigoureusement la politique qui consiste à saisir les chefs-d'œuvre de l'art dans les pays occupés par la France pour les rassembler à Paris : « l'esprit de conquête, dans une république, est entièrement subversif de l'idée de liberté ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Sorbonne, directeur du centre Ledoux

Classification

Autres références

«  QUATREMÈRE DE QUINCY ANTOINE CHRYSOSTOME QUATREMÈRE dit (1755-1849)  » est également traité dans :

LETTRES À MIRANDA SUR LE DÉPLACEMENT DES MONUMENTS DE L'ART DE L'ITALIE, Antoine Quatremère de Quincy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 147 mots

Introducteur en France de la pensée de Winckelmann, le théoricien du néo-classicisme, Antoine C. Quatremère de Quincy (1755-1849) a été l'un des pionniers de l'archéologie scientifique et l'un des « antiquaires » les plus écoutés de son temps. Réduire sa figure intellectuelle aux idées développées dès 1788 dans le premier volume de son […] Lire la suite

ACADÉMIE DE FRANCE À ROME

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 050 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Gloire et usure d'une institution »  : […] C'est au xviii e  siècle, quoi qu'il en soit, que l'Académie de France devait connaître son apogée. Logée à partir de 1725 dans le somptueux palais Mancini à l'entrée du Corso, elle est alors parfaitement intégrée à la « Ville éternelle ». La fécondité du foyer romain, l'importance stratégique qu'il revêt à nouveau au milieu du siècle à la suite des grandes découvertes archéologiques faites en Cam […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 451 mots

Dans le chapitre « La philosophie des architectes, de Vitruve à Gropius »  : […] Architecture vient du grec archè , le commencement, le commandement, ou le principe, et de tektonikos , le charpentier ou le bâtisseur ; et, comme il advient souvent, la rencontre des deux mots infléchit le sens de chacun pour susciter une acception d'ensemble inattendue : l'archè fait de la « tecture » plus qu'une simple bâtisse. Archè est un supplément. Ce supplément implique-t-il, comme le veut […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 577 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La vocation pédagogique et édilitaire de l'architecture (1750-1867) »  : […] En un siècle, de la fin de l'Ancien Régime au second Empire, la profession d'architecte est agitée par une crise fondamentale, particulièrement sensible dans une déontologie si diversement et si difficilement formulée et pratiquée dans les siècles passés. Cette crise est la conséquence de la civilisation industrielle naissante et du formidable essor économique et démographique qui l'accompagne. El […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Dans le chapitre « Biographie et norme »  : […] C'est en effet au xvi e siècle que tous ces aspects de la littérature artistique, récits anecdotiques, répertoires d'œuvres, augmentés d'une certaine attention aux données techniques et solidement encadrés dans une vision évolutive et « progressiste », vont converger pour susciter la première histoire de l'art proprement dite : les Vite de' più eccelenti pittori , scultori e architettori , publié […] Lire la suite

GENRES PICTURAUX

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 1 640 mots

Dans le chapitre « La hiérarchie des genres et sa subversion »  : […] La littérature artistique commence par prendre conscience de la prolifération des genres qu'elle décrit à travers les auteurs antiques, comme en témoigne, autour de 1530, l'érudit italien Paolo Giovio, qui, pour désigner les éléments divers d'un paysage dans un tableau du peintre ferrarais Dosso Dossi, utilise le terme « genre » (« tout ce qui appartient à ce genre si agréable à regarder »). Ces t […] Lire la suite

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 103 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Engagement et idéal : la culture néo-classique »  : […] De nombreux auteurs s'interrogent donc aujourd'hui sur la portée de la notion de néo-classicisme. L'enrichissement considérable des données descriptives et analytiques du style, qui permet de ne plus confondre les « styles historiques » (historicisme) du xix e  siècle et le « retour à l'antique » du xviii e  siècle, remet en cause l'aperçu panoramique fondé sur l'idée de longue durée chère aux his […] Lire la suite

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 408 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le langage des ordres : rhétorique et symbolique »  : […] Outil plastique, à la fois structural et ornemental, l'ordre est redevenu l'un des fondements du langage architectural. Certaines ordonnances dérivent directement des ordonnances antiques : portiques à la manière des frontispices de temples comme le Panthéon (chapelle de la villa Maser, villas Rotonda et Malcontenta, façade sur cour de la chapelle de la Sorbonne), ou ordres adossés à des arcades […] Lire la suite

POLYCHROMIE, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Adeline GRAND-CLÉMENT
  •  • 4 339 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La polychromie, un débat esthétique »  : […] Antoine Chrysostome Quatremère de Quincy est le premier, dans son ouvrage Le Jupiter olympien (1815), à qualifier explicitement la sculpture grecque et romaine de « polychrome ». L’étude marque un jalon essentiel dans l’histoire de l’acceptation de la polychromie de l’art grec par les savants européens, en dépit de résistances qui se prolongent au xx e  siècle. À la suite des fouilles effectuées […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel RABREAU, « QUATREMÈRE DE QUINCY ANTOINE CHRYSOSTOME QUATREMÈRE dit (1755-1849) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/quatremere-de-quincy/