ACADÉMIE DE FRANCE À ROME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Marius à Minturnes, J. G. Drouais

Marius à Minturnes, J. G. Drouais
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

La Mort d'Achille, David d'Angers

La Mort d'Achille, David d'Angers
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie


Suscitée par Colbert et par Charles Le Brun, « premier peintre » de Louis XIV, la fondation de l'Académie de France à Rome (1666) découlait d'idées simples et fortes mais qui n'ont plus cours aujourd'hui. Pour les hommes du xviie siècle, les vestiges de l'Antiquité, les chefs-d'œuvre des maîtres de la Renaissance constituaient d'insurpassables modèles : les étudier, les copier, c'était se familiariser avec les règles du Beau. S'ils désiraient parfaire leur formation, les jeunes artistes se devaient donc d'entreprendre le voyage de Rome, une ville de surcroît très propice à la création de par la vitalité de sa colonie artistique et la libéralité de ses mécènes. Loin de constituer une nouveauté, ce pèlerinage était de tradition chez les artistes français depuis plus d'un siècle : bon nombre quittaient même la France nantis de subsides octroyés par le roi, qui s'assurait ainsi en retour les services de talents accomplis. On comprend mieux dès lors certaine coïncidence de dates : en 1668, deux ans après la fondation de l'Académie de France, étaient lancés les grands travaux de Versailles.

Théoriquement recrutés parmi les lauréats du prix annuel institué par l'Académie royale de peinture et de sculpture (l'approbation royale, c'est-à-dire celle du surintendant des Bâtiments, était nécessaire ; au reste, jusqu'à la fin du règne de Louis XV, de nombreuses dérogations furent accordées à des artistes protégés par de grands seigneurs influents dans l'État), les pensionnaires – peintres, sculpteurs et architectes (présents dès l'origine, ceux-ci ne furent admis officiellement qu'en 1721) – étaient soumis à une discipline stricte, fixée par le règlement du 11 février 1666 : leur temps se partageait en principe entre des séances de dessin d'après le modèle vivant, des leçons d'anatomie et de perspective, et, pour le service exclusif du roi, des travaux de copie « d'après l'Antique » et « tous les tableaux qui sont à Rome », ou des relevés des « plans et él [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ACADÉMIE DE FRANCE À ROME  » est également traité dans :

BALTHUS BALTHAZAR KLOSSOWSKI DE ROLA dit (1908-2001)

  • Écrit par 
  • Virginie MONNIER
  •  • 904 mots

La personnalité et l'œuvre de Balthus sont masquées aux yeux du grand public par la légende dont il s'est entouré et qu'il a soigneusement alimentée dès sa jeunesse. D'ascendance polonaise par son père et russe par sa mère (mais tous deux ressortissants prussiens ce qui explique que le jeune Balthus, né à Paris en 1908, ait vécu de 1914 à 1924 à Berlin puis en Suisse), il s'attribua un titre de co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/balthus/#i_85594

ENSEIGNEMENT DE L'ART

  • Écrit par 
  • Annie VERGER
  •  • 16 047 mots

Dans le chapitre « L'héritage doctrinal »  : […] Ce qui n'était, à la Renaissance, qu'un jeu intellectuel entre les diverses sensibilités artistiques italiennes va devenir un enjeu pour un pouvoir qui tend vers le monopole des modes de représentation et de l'enseignement, vers la centralisation et la mise en place d'un art d'État. La France en sera fortement marquée au xvii e  siècle et en garde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enseignement-de-l-art/#i_85594

QUATREMÈRE DE QUINCY ANTOINE CHRYSOSTOME QUATREMÈRE dit (1755-1849)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 1 430 mots

Dans le chapitre « Les séjours en Italie »  : […] Né à Paris en 1755, entré en 1772 dans l'atelier du sculpteur Guillaume Coustou, Quatremère de Quincy s'initie à l'art de la statuaire, déjà orienté par les sculpteurs de la fin du règne de Louis XV vers un idéal de beauté « à l'antique ». Un premier séjour en Italie (1776-1780), où il voyage de Rome à la Sicile en passant par Naples, lui permet de s'imprégner d'art hellénistique. Familier du mili […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatremere-de-quincy/#i_85594

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert FOHR, « ACADÉMIE DE FRANCE À ROME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/academie-de-france-a-rome/