VERNET HORACE (1789-1863)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Pour définir M. Horace Vernet d'une manière claire, c'est l'antithèse absolue de l'artiste ; il substitue le chic au dessin, le charivari à la couleur et les épisodes à l'unité ; il fait des Meissonier grands comme le monde » (Salon de 1846). Horace Vernet ne s'est pas encore relevé des fureurs de Baudelaire. L'éreintage est à la mesure du succès que connut le peintre, mais l'injustice est évidente. On ne reproche pas à Luca Giordano son fa presto et Horace Vernet reste, qu'on le veuille ou non, le plus rapide, le mieux doué des imagiers d'un siècle dont les conquêtes et les expéditions militaires alimentèrent le besoin d'exotisme.

Héritier talentueux d'une dynastie de peintres tout-puissants, d'un tempérament enthousiaste et énergique, Horace Vernet brûle les étapes du succès. Il n'a point besoin du prix de Rome pour être élu à l'Institut en 1826, diriger la villa Médicis de 1828 à 1835, s'installer comme le narrateur officiel des gloires de tous les régimes, tout en restant le libéral qu'il fut sous la Restauration. Sa formation et ses goûts n'ont en fait rien d'académique. Son Mazeppa et les loups (1826, musée Calvet, Avignon), sa Barrière de Clichy (1820, Louvre), évocation de la défense de Paris en 1814, dont son ami Géricault copia un personnage, le placent nettement du côté des romantiques. Ce n'est que plus tard, après son premier voyage en Italie en 1820, qu'il donne des œuvres plus linéaires qui veulent rivaliser avec Ingres (Raphaël au Vatican, 1832, Louvre) et qu'il s'inscrit, entre les coloristes et les linéaires, dans le parti du milieu, également illustré par son gendre Delaroche.

La vocation de Vernet est la peinture d'histoire militaire. Qu'il évoque les batailles napoléoniennes, les « hauts faits » des campagnes d'Algérie où il suivra les corps expéditionnaires, la guerre de Crimée, il apparaît dans ces pages de très grand format, pour la plupart conservées à Versailles, comme un narrateur fidèle sinon pointilleux, mais assurément rapide, qui sait à merveille suggérer la diversité des événements et des péripéties et en tirer de courtes leçons pat [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VERNET HORACE (1789-1863)  » est également traité dans :

LITHOGRAPHIE ROMANTIQUE

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 1 018 mots

À la différence des procédés de gravure dits « en creux » (pour le métal) et « en relief » (pour le bois), la lithographie est un procédé « à plat ». Le dessin est tracé à l'encre grasse sur la pierre lithographique, un fin calcaire bavarois, très poreux, laquelle est ensuite humidifiée et enduite d'encre d'imprimerie : l'encre ne se dépose alors q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lithographie-romantique/#i_9809

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 009 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Rêves et mythes »  : […] Si le « retour de voyage », dans ce recours systématique à la description ou à l'emprunt, est devenu au cours du siècle une sorte de style, il a, comme toute mode, fini par lasser. L'essoufflement est très tôt perceptible en peinture, où les tenants du réalisme, attachés aux campagnes françaises et aux sous-bois de Barbizon, conjurent les effets j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_9809

Pour citer l’article

Bruno FOUCART, « VERNET HORACE - (1789-1863) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/horace-vernet/