TROUBADOUR STYLE

Le terme de « troubadour » a été utilisé vers 1880 pour qualifier (et s'en moquer) des peintures du début du xixe siècle illustrant un Moyen Âge doucereux et mythique, plus proche des contes de fées que de la réalité historique. Ensuite, par extension, ce terme fut attribué à des œuvres diverses (sculptures, mobilier, objets, tapisseries...), le dénominateur commun étant le goût pour le Moyen Âge.

Sous ce terme de troubadour, comme l'a souligné l'exposition pionnière organisée au musée de Bourg-en-Bresse en 1971, Le Style troubadour, on a fini par réunir des ensembles hétéroclites et, en ce qui concerne la peinture, trois générations d'artistes. Cette exposition a, indirectement, démontré qu'un sujet médiéval, des éléments « gothiques » ne peuvent à eux seuls constituer un style.

Le Moyen Âge retrouvé

Une première réhabilitation du Moyen Âge est due à Jean-Baptiste de La Curne Sainte-Palaye, qui publia en 1759 les Mémoires de l'ancienne chevalerie, et au comte de Tressan qui, dans les années 1770-1780, adapta et vulgarisa les fabliaux médiévaux.

Mais c'est sous la Révolution qu'un large public put redécouvrir le passé national, grâce à l'entreprise d'Alexandre Lenoir, le musée des Monuments français. Ouvert en 1795, et fermé en 1816, ce musée présentait des monuments funéraires et des statues provenant de l'abbaye de Saint-Denis et de diverses églises. Lenoir avait disposé ces monuments chronologiquement en reconstituant, salle par salle, à partir de vestiges architecturaux, un décor « dans le goût du temps ». Cette grande mise en scène, une atmosphère « moyenâgeuse » propre à la rêverie frappèrent les imaginations et inspirèrent certains élèves de David, des jeunes peintres qui entendaient rompre avec les sujets néo-classiques.

[...]

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : docteur, H.D.R. du C.N.R.S. au laboratoire de recherche en histoire de l'art du Centre André Chastel

Classification


Autres références

«  TROUBADOUR STYLE  » est également traité dans :

BIOGRAPHIES D'ARTISTES

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 2 398 mots

par l'essor de la presse au xixe siècle. Genre particulièrement apprécié des hommes de l'époque romantique pour lesquels il était une mine de sujets de tableaux « troubadours », il connaît depuis les années 1970 un regain assez étonnant. Comment doit-on l'interpréter ? Simple mode, témoignage plus profond d'un changement de curiosité ou d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biographies-d-artistes/#i_15649

BONINGTON RICHARD PARKES (1802-1828)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 977 mots
  •  • 2 médias

Peintre anglais, contemporain de la grande génération de peintres romantiques français, Bonington exerça sur elle une influence originale et considérable, et contribua plus que personne à l'initier aux formules de la peinture romantique anglaise, mises au point un quart de siècle plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-parkes-bonington/#i_15649

DEGAS ET LE NU (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 085 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la peinture d'histoire à la modernité »  : […] se réfère à aucun fait historique explicite et semble ne vouloir illustrer que les atrocités subies par les femmes en temps de guerre, Scène de guerre au Moyen Âge, présentée au Salon de 1865 (musée d'Orsay), s'inscrit dans la continuité du style troubadour, d'Ingres à Delacroix, tout en ouvrant une phase nouvelle dans l'œuvre de Degas, par la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/degas-et-le-nu/#i_15649

FRAGONARD ALEXANDRE ÉVARISTE (1780-1850)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 418 mots

Le fils de Jean Honoré Fragonard, sans participer au génie de son père, a su tenir une place non négligeable dans la peinture des premières décennies du xixe siècle, illustrant en particulier ce que l'on appelle le style troubadour. « Il fut élève de son père et de David, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-evariste-fragonard/#i_15649

HAYEZ FRANCESCO (1791-1882)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 496 mots
  •  • 1 média

« Un photographe de cour et un metteur en scène de mélodrames », ce jugement qui ouvre une publication à l'usage du grand public de l'œuvre complet du peintre (Classici dell'Arte, Milan, 1971) est caractéristique des sentiments partagés qu'Hayez suscite : une extrême popularité qui n'a pas, il est vrai, beaucoup franchi les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-hayez/#i_15649

JOHANNOT ALFRED (1800-1837) & TONY (1803-1852)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 379 mots
  •  • 1 média

Les plus célèbres et les plus prolifiques des illustrateurs romantiques furent les frères Johannot d'origine française. Le plus connu des trois frères est Tony, le plus jeune, qui naquit en Allemagne à Offenbach-sur-le-Main ; le père, François Johannot, avait été un pionnier de la lithographie. Alfred fut le collaborateur de Tony après avoir essayé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannot-alfred-et-tony/#i_15649

LANDON CHARLES-PAUL (1760-1826)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 546 mots

Peintre, critique d'art et éditeur. Élève de F.-A. Vincent et de J.-B. Regnault (dont les ateliers étaient rivaux de celui de David), Landon remporta le grand prix de Rome en 1792 et exposa au Salon jusqu'en 1812 des tableaux mythologiques et des allégories. Son style précieux, à la composition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-paul-landon/#i_15649

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 564 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structures du livre »  : […] que la recherche graphique se manifeste pendant la Restauration. La fantaisie « troubadour » règne dans de nombreuses pages de titres d'ouvrages littéraires ou mondains à la mode. Une vignette pittoresque et finement gravée est surmontée d'un titre en lettres variées (gothiques, anglaises, lettres de fantaisie) accompagnées de traits de plume. À l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_15649

NATOIRE CHARLES (1700-1777)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 467 mots
  •  • 1 média

Artiste savant et délicat qui ne bénéficie pas actuellement de toute la réputation qui pourrait être la sienne. La carrière de Charles Natoire, à en juger d'après les critères de la hiérarchie académique, fut un modèle : premier prix de peinture en 1721, séjour à Rome, entrée à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-natoire/#i_15649

SCHEFFER ARY (1795-1858)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 339 mots
  •  • 2 médias

Peintre très célèbre de l'époque romantique, Ary Scheffer est d'origine néerlandaise mais il fait carrière en France. À Paris, où il s'installe, il devient l'élève de Guérin, expose au Salon de 1812 et se lie avec les jeunes peintres Géricault et Delacroix. Ses premières œuvres sont des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ary-scheffer/#i_15649

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Claude CHAUDONNERET, « TROUBADOUR STYLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-troubadour/