Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TROUBADOUR STYLE

Le terme de « troubadour » a été utilisé vers 1880 pour qualifier (et s'en moquer) des peintures du début du xixe siècle illustrant un Moyen Âge doucereux et mythique, plus proche des contes de fées que de la réalité historique. Ensuite, par extension, ce terme fut attribué à des œuvres diverses (sculptures, mobilier, objets, tapisseries...), le dénominateur commun étant le goût pour le Moyen Âge.

Sous ce terme de troubadour, comme l'a souligné l'exposition pionnière organisée au musée de Bourg-en-Bresse en 1971, Le Style troubadour, on a fini par réunir des ensembles hétéroclites et, en ce qui concerne la peinture, trois générations d'artistes. Cette exposition a, indirectement, démontré qu'un sujet médiéval, des éléments « gothiques » ne peuvent à eux seuls constituer un style.

Le Moyen Âge retrouvé

Une première réhabilitation du Moyen Âge est due à Jean-Baptiste de La Curne Sainte-Palaye, qui publia en 1759 les Mémoires de l'ancienne chevalerie, et au comte de Tressan qui, dans les années 1770-1780, adapta et vulgarisa les fabliaux médiévaux.

Mais c'est sous la Révolution qu'un large public put redécouvrir le passé national, grâce à l'entreprise d'Alexandre Lenoir, le musée des Monuments français. Ouvert en 1795, et fermé en 1816, ce musée présentait des monuments funéraires et des statues provenant de l'abbaye de Saint-Denis et de diverses églises. Lenoir avait disposé ces monuments chronologiquement en reconstituant, salle par salle, à partir de vestiges architecturaux, un décor « dans le goût du temps ». Cette grande mise en scène, une atmosphère « moyenâgeuse » propre à la rêverie frappèrent les imaginations et inspirèrent certains élèves de David, des jeunes peintres qui entendaient rompre avec les sujets néo-classiques.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur, H.D.R. du C.N.R.S. au laboratoire de recherche en histoire de l'art du Centre André Chastel

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>Jeanne d'Arc prisonnière à Rouen</it>, P. Révoil - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Jeanne d'Arc prisonnière à Rouen, P. Révoil

Autres références

  • BIOGRAPHIES D'ARTISTES

    • Écrit par Martine VASSELIN
    • 2 389 mots

    La vie d'artiste est un genre littéraire d'une grande ancienneté, abondamment illustré depuis la Renaissance. On en fait remonter l'origine aux commentateurs de Dante qui ont élucidé et développé la mention lapidaire des noms de Cimabue et de Giotto insérée dans la Divine...

  • BONINGTON RICHARD PARKES (1802-1828)

    • Écrit par Pierre GEORGEL
    • 977 mots
    • 2 médias

    Peintre anglais, contemporain de la grande génération de peintres romantiques français, Bonington exerça sur elle une influence originale et considérable, et contribua plus que personne à l'initier aux formules de la peinture romantique anglaise, mises au point un quart de siècle plus tôt...

  • DEGAS ET LE NU (exposition)

    • Écrit par Robert FOHR
    • 1 084 mots
    • 2 médias
    ...puisqu'elle ne se réfère à aucun fait historique explicite et semble ne vouloir illustrer que les atrocités subies par les femmes en temps de guerre, Scène de guerre au Moyen Âge, présentée au Salon de 1865 (musée d'Orsay), s'inscrit dans la continuité du style troubadour, d'Ingres à...
  • FRAGONARD ALEXANDRE ÉVARISTE (1780-1850)

    • Écrit par Bruno FOUCART
    • 413 mots

    Le fils de Jean Honoré Fragonard, sans participer au génie de son père, a su tenir une place non négligeable dans la peinture des premières décennies du xixe siècle, illustrant en particulier ce que l'on appelle le style troubadour. « Il fut élève de son père et de David, et malheureusement,...

  • Afficher les 10 références

Voir aussi