PRÉRAPHAÉLITES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lorenzo et Isabella, J. E. Millais

Lorenzo et Isabella, J. E. Millais
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Rienzi, W. H. Hunt

Rienzi, W. H. Hunt
Crédits : Bridgeman Images

photographie

The Renunciation of Elizabeth of Hungary (La Renonciation de la reine Élisabeth de Hongrie), J. Collison

The Renunciation of Elizabeth of Hungary (La Renonciation de la reine Élisabeth de Hongrie), J. Collison
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Convent Thoughts (Méditations monastiques), C. A. Collins

Convent Thoughts (Méditations monastiques), C. A. Collins
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


Dans l'atmosphère viciée de la peinture anglaise du début de l'ère victorienne, les préraphaélites apportent une vision originale et des objectifs nouveaux. Ils dénoncent l'inertie académique, la sentimentalité béate, le fini sombre, bitumeux, de la peinture des années 1840, et témoignent de leur curiosité juvénile, d'un sens hardi de la recherche et, par-dessus tout, d'une vision chaleureuse de miniaturiste, qui n'a cessé de hanter les imaginations.

Sept jeunes hommes, en 1848, décident de constituer la Confrérie préraphaélite (Pre-Raphaelite Brotherhood), dans le but de redonner vie à l'art par un retour à la nature. Admirateurs de Raphaël, ils rejettent cependant les conventions périmées auxquelles son enseignement a donné naissance, et cherchent leur inspiration auprès des maîtres italiens primitifs, attitude qui est à l'origine de leur nom. Pour ces artistes, essentiellement littéraires, les thèmes privilégiés sont, à côté des sujets historiques et bibliques, la poésie et la littérature contemporaines, ainsi que la critique de la société. En rébellion ouverte contre la Royal Academy en ce qu'elle est le centre de toute la vie artistique de l'époque, ils vont s'efforcer de la confondre en donnant le plus grand éclat à leur conception d'un art vivant.

Le groupe des préraphaélites

Des sept membres du groupe, trois personnalités remarquables se détachent : William Holman Hunt (1827-1910), John Everett Millais (1829-1896) et Dante Gabriel Rossetti (1828-1882), qui donnent au mouvement une réelle ampleur. À leurs côtés se trouvent William Rossetti (1829-1919), qui ne peignit jamais et assuma les fonctions de secrétaire et de porte-parole littéraire du mouvement, James Collinson (1825 ?-1881), qui s'orienta rapidement vers une médiocre peinture de genre, Thomas Woolner (1825-1892), sculpteur de quelques beaux portraits en médaillon, mais dont l'œuvre ne révèle pa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PRÉRAPHAÉLITES  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Du réalisme académique au colorisme préraphaélite (1830-1914) »  : […] La peinture victorienne, il faut en convenir, offre le plus souvent le spectacle de l' académisme le plus figé. Le réalisme minutieux de la plupart des peintres les plus appréciés à l'époque est mis au service d'un moralisme conventionnel ou d'un pittoresque de pacotille. Les panoramas bibliques de John Martin (1789-1854) tiennent du grand guignol, et les scènes de foule de William Powell Frith ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-peinture/#i_3487

BLAKE WILLIAM (1757-1827)

  • Écrit par 
  • Claude DOUBINSKY, 
  • Régine LUSSAN
  •  • 5 461 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Antinaturalisme »  : […] Cet art souligné n'est pas réaliste, car pour Blake le corps matériel de l'homme n'est pas l'être véritable de l'homme auquel ses dessins entendent donner forme. Certains l'ont accusé de ne pas savoir dessiner. S'il le faisait rarement d'après nature, il pouvait cependant rendre la forme du corps avec une très grande précision, mais il a toujours refusé de copier la nature, cherchant avant tout à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blake-william-1757-1827/#i_3487

BROWN FORD MADOX (1821-1893)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 329 mots
  •  • 1 média

Peintre britannique né le 16 avril 1821 à Calais (France), mort le 6 octobre 1893 à Londres. Ford Madox Brown étudie l'art à Bruges et Anvers de 1837 à 1839. Ses premières œuvres sont marquées par une palette sombre et un sentiment dramatique, en parfait accord avec les sujets byroniens qu'il peint à Paris dans les années 1840-1843 ( Manfred sur la Jungfrau , vers 1840 ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ford-madox-brown/#i_3487

BURNE-JONES sir EDWARD COLEY (1833-1898)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 485 mots
  •  • 1 média

Élève et disciple de Rossetti, Edward Burne-Jones paraît dominer et dépasser les règles, peut-être trop contraignantes, de la confrérie préraphaélite. Celle-ci, fondée en 1848, se proposait de rénover les thèmes et les modes d'expression de l'art anglais très soumis à l'emprise de la Royal Academy. Des peintres tels que Hunt, Millais ou Rossetti exigeaient un « retour à la nature » qui, seul, disa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burne-jones-sir-edward-coley/#i_3487

DEBUSSY, LA MUSIQUE ET LES ARTS (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves BOSSEUR
  •  • 1 050 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'influence des préraphaélites et des impressionnistes »  : […] En ce qui concerne la peinture de son époque, Debussy partage son intérêt entre deux tendances esthétiques, l'une correspondant aux préraphaélites, l'autre aux impressionnistes. Son goût pour les préraphaélites, qui influencèrent les symbolistes, apparaît notamment dans La Damoiselle élue (1887-1888) – Maurice Denis réalisa une lithographie qualifiée de « rare et précieuse » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debussy-la-musique-et-les-arts/#i_3487

ESTHÉTISME

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 745 mots

Le terme d'esthétisme et celui d'esthète, qui lui est lié, se réfèrent à des notions beaucoup plus récentes et plus particularisées que celle d'« esthétique », mot dont ils sont cependant dérivés. Alors que ce dernier terme remonte au grec et qu'il désigne, depuis Baumgarten au milieu du xviii e siècle, la « science du beau » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetisme/#i_3487

HUNT WILLIAM HOLMAN (1827-1910)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 284 mots
  •  • 2 médias

Peintre britannique, né le 2 avril 1827 à Londres, mort le 7 septembre 1910 à Londres. En 1843, William Holman Hunt entre à l'école de la Royal Academy où il se lie d'amitié avec le peintre John Everett Millais, avec lequel il fondera en 1848 la Confrérie préraphaélite. L'œuvre de Hunt Hireling Shepherd (« Le Mauvais Berger », 1851, City Art Galleries, Manchester) reçoit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-holman-hunt/#i_3487

MILLAIS JOHN EVERETT (1829-1896)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 460 mots
  •  • 2 médias

Peintre et illustrateur anglais, né le 8 juin 1829 à Southampton (Hampshire), mort le 13 août 1896 à Londres. John Everett Millais s'installe à Londres en 1838 et rentre à l'âge de 11 ans à l'école de la Royal Academy. Extrêmement précoce, il remporte tous les prix académiques. En 1848, il s'associe avec deux autres artistes, William Holman Hunt et Dante Gabriel Rossetti, pour fonder la Confrérie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-everett-millais/#i_3487

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le paysage »  : […] C'est dans le paysage que le romantisme pictural a le plus continûment donné sa mesure. La France cède ici le pas à l'Allemagne, à l'Angleterre, pays où la théorie académique était bien moins solidement établie. En Allemagne, la personnalité la plus marquante est celle de Caspar David Friedrich (1774-1840) qui, dès les premières années du xix e   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_3487

ROSSETTI DANTE GABRIEL (1828-1882)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 416 mots
  •  • 1 média

Au sein de la confrérie préraphaélite (Pre-Raphaelite Brotherhood), des personnalités et des talents très divers s'épanouirent. Dante Gabriel Rossetti était le fils d'un réfugié politique italien. Il passa son enfance dans un milieu saturé de littérature, où tout semblait tourner autour des écrivains italiens et anglais. Ses études d'art, commencées en 1844 à la Royal Academy, prirent fin assez t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dante-gabriel-rossetti/#i_3487

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 869 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Poésie »  : […] La poésie, dans la littérature victorienne, a autant de densité et de variété que la prose. Matthew Arnold reprend à son compte la formule de Carlyle : « Ferme ton Byron et ouvre ton Goethe », mais il oublie ses attaques contre l'ignorance des romantiques et, comme tous ses contemporains, puise chez eux la sève nourricière de ses œuvres les meilleures ; il vénère Wordsworth, comme Browning Shelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-victorienne/#i_3487

Voir aussi

Pour citer l’article

Mary Gardner BENNETT, « PRÉRAPHAÉLITES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/preraphaelites/