NAZARÉENS, peinture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les nazaréens forment un courant à part du préromantisme allemand. Aux artistes du préromantisme, Philipp Otto Runge et Caspar David Friedrich, nés tous deux au xviiie siècle, autour des années soixante-dix, succèdent des artistes plus jeunes ; on citera Peter von Cornelius (né en 1783), Friedrich Olivier (né en 1785), Wilhelm Schadow (né en 1788), Franz Pforr (né en 1788), Friedrich Overbeck (né en 1789), Julius Schnorr von Carolsfed (né en 1794), Carl Philipp Fohr (né en 1795). Ils donnent à l'intuition spéculative du préromantisme une direction concrète et au panthéisme romantique ses professions de foi. Cornelius était catholique de naissance, Olivier et Schnorr von Carolsfeld protestants convaincus, Overbeck se convertira à la foi catholique. Le contenu thématique du programme nazaréen est le rétablissement d'un art contemplatif selon l'Église (l'art au service de la religion) ; l'art doit à nouveau construire et consolider la foi. Les nazaréens trouvèrent des modèles d'art religieux dans la peinture, le dessin et la gravure des xve et xvie siècles en Allemagne et en Italie, et en particulier chez Raphaël qui alimenta leur ferveur mystique.

Le Repos pendant la fuite en Égypte, P. O. Runge

Diaporama : Le Repos pendant la fuite en Égypte, P. O. Runge

Philipp Otto Runge, Le Repos pendant la fuite en Égypte. 1805-1806. Huile sur toile. Musée Goethe, Francfort, Allemagne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Le renouvellement du tableau historique national fut l'autre direction où s'engagèrent les nazaréens. La guerre contre les armées de Napoléon avait considérablement développé en Allemagne la nostalgie d'un regroupement de tous les Allemands à l'intérieur d'un empire unique. Soutenus par cet état d'esprit, les nazaréens ont été les premiers à utiliser la chanson des Nibelungen, l'épopée «  allemande ». Puis ils représentèrent des événements historiques qui pouvaient accélérer la prise de conscience nationale (Charlemagne, Rodolphe de Habsbourg...). Cependant, cette orientation et cette redécouverte ne se limitèrent pas à l'histoire, mais s'ouvrirent aux œuvres contemporaines (Faust de Goethe, Ondine de La Motte-Fouqué) et aux grandes figures de l'histoire et de la littérature (Richard Cœur-de-Lion, Dante, l'Arioste, le Tasse, L'Iliade et L'Odyssée, Shakespeare).

Pour les nazaréens, l'art était une méthode éducative. Sur les places, dans les églises et les mairies, leurs tableaux devaient présenter aux Allemands les hauts faits de l'esprit et de l'histoire, pour que la nation trouve son identité et que l'individu soit amélioré. L'œuvre d'Albrecht Dürer, artiste allemand par excellence selon les nazaréens, servit de modèle à leur orientation historique. Ils se sont beaucoup préoccupés de la manière dont ces deux options, l'histoire et la religion, et dans une certaine mesure l'activité et la méditation, pouvaient se fondre dans une harmonie totale.

Cette rencontre fut exprimée symboliquement : devant le trône de l'Art, Raphaël, l'Italien, contemplatif et pieux, tend les mains à Dürer, l'Allemand, actif et chevaleresque. Overbeck a représenté ce thème de la réconciliation dans son tableau Italia et Germania. L'étroit rattachement d'une grande partie des nazaréens au catholicisme renforça les composantes internationales de leurs conceptions. Leurs tableaux ne s'adressaient pas seulement à la nation allemande, mais à toute l'époque contemporaine. C'est l'humanité entière qui devait être améliorée par l'art.

Le troisième trait caractéristique du mouvement est en étroite liaison avec les deux premiers : les nazaréens s'adressaient à tous et pas seulement au cercle étroit d'une élite, pas aux seules classes dirigeantes. Cela explique le rôle important de l'illustration dans leur production ; ils redécouvrirent la gravure sur cuivre et sur bois et contribuèrent à redonner à ces techniques une place de plus en plus grande parmi les arts du xixe siècle, et à les imposer définitivement comme genre à la fin du siècle. Les nazaréens ont illustré la Bible (Overbeck, Schnorr von Carolsfeld), ils ont diffusé à travers les calendriers et les almanachs les « illustrations pour la maison » (Ludwig Richter), ou des suites d'illustrations en feuillets mobiles (Danse macabre d'Alfred Rethel). La formule « l'art pour le peuple » a vu le jour dans le cercle des nazaréens.

Le mouvement nazaréen fut presque le seul véhicule du romantisme en Allemagne, surtout grâce à Overbeck et à Cornelius qui ont assuré [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Le Repos pendant la fuite en Égypte, P. O. Runge

Le Repos pendant la fuite en Égypte, P. O. Runge
Crédits : Bridgeman Images

photographie

The Light of the World (La Lumière du monde), W. H. Hunt

The Light of the World (La Lumière du monde), W. H. Hunt
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  NAZARÉENS, peinture  » est également traité dans :

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 586 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'âme du peintre : l'autoportrait « au naturel » »  : […] Parce que détaché de tout support iconographique et souvent dénué d'accessoires « parlants », l'autoportrait au naturel est celui dont la signification est la plus difficile à appréhender. Depuis Jean Fouquet (émail, vers 1450, musée du Louvre) jusqu'à Kasimir Malévitch (1933, Musée russe, Saint-Pétersbourg), en passant par Filippino Lippi, Dürer, Federico Barocci, Tintoret, Rembrandt, Vouet, Char […] Lire la suite

BROWN FORD MADOX (1821-1893)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 330 mots
  •  • 1 média

Peintre britannique né le 16 avril 1821 à Calais (France), mort le 6 octobre 1893 à Londres. Ford Madox Brown étudie l'art à Bruges et Anvers de 1837 à 1839. Ses premières œuvres sont marquées par une palette sombre et un sentiment dramatique, en parfait accord avec les sujets byroniens qu'il peint à Paris dans les années 1840-1843 ( Manfred sur la Jungfrau , vers 1840 ; Le Sommeil de Parisina , […] Lire la suite

OVERBECK JOHANN FRIEDRICH (1789-1869)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 321 mots

Peintre allemand, né le 3 juillet 1789 à Lübeck, mort le 12 novembre 1869 à Rome. Johann Friedrich Overbeck entre à l'Académie des beaux-arts de Vienne en 1806. Déçu par l'enseignement académique, il fonde avec Franz Pforr et d'autres artistes la Confrérie de saint Luc en 1809. Ce groupe de peintres, surnommés les nazaréens, veut renouer avec la tradition des guildes d'artistes du Moyen Âge et fa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jens Christian JENSEN, « NAZARÉENS, peinture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nazareens-peinture/