Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MILLAIS JOHN EVERETT (1829-1896)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Peintre et illustrateur anglais, né le 8 juin 1829 à Southampton (Hampshire), mort le 13 août 1896 à Londres.

John Everett Millais s'installe à Londres en 1838 et rentre à l'âge de 11 ans à l'école de la Royal Academy. Extrêmement précoce, il remporte tous les prix académiques. En 1848, il s'associe avec deux autres artistes, William Holman Hunt et Dante Gabriel Rossetti, pour fonder la Confrérie préraphaélite qui dénonce la peinture académique de l'époque, figée dans les conventions ayant dominé les écoles et les académies depuis Raphaël. Lors de l'exposition annuelle de la Royal Academy, Le Christ dans la maison de ses parents (1850, Tate Gallery, Londres) de Millais est violemment attaqué par le romancier Charles Dickens. Le tableau est considéré par beaucoup comme blasphématoire en raison de l'absence d'idéalisation et de l'utilisation, jugée irrévérencieuse, d'éléments profanes.

La période la plus féconde de la carrière de Millais correspond aux années 1850. Le Retour de la colombe à l'Arche (1851, Ashmolean Museum, Oxford) suscite l'admiration du critique anglais John Ruskin et de l'écrivain français Théophile Gautier. L'Ordre d'élargissement (1853, Tate Gallery), où l'on peut voir un portrait de sa future femme Effie Gray (mariée à l'époque avec Ruskin, dont Millais a également peint le portrait), est encensé par Eugène Delacroix en 1855. Le tableau vaut au peintre d'être élu membre associé de la Royal Academy en 1853. En 1856, Millais peint l'un de ses plus grands succès publics, La Jeune Fille aveugle (Birmingham Museums and Art Gallery), œuvre emblématique de l'ère victorienne et d'une grande virtuosité technique.

<it>Ophélie</it>, J. E. Millais - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Ophélie, J. E. Millais

<it>Le Huguenot</it>, J. E. Millais - crédits :  Bridgeman Images

Le Huguenot, J. E. Millais

En 1863, John Evrett Millais est élu académicien. Il diversifie son style et aborde des thèmes plus populaires, délaissant quelque peu son approche didactique. Il réalise des illustrations pour le livre Parables (1864) de George Dalziel et pour l'édition d'E. Moxon des poèmes de Tennyson. Il collabore également à des journaux comme Once a Week et Good Words. L'œuvre tardive de Millais – lui-même en est pleinement conscient – est incontestablement de moindre qualité. Le premier de ses paysages purs, Chill October, date de 1870. Millais peint surtout des paysages du Perthshire, où il chasse et pêche en automne. C'est à cette dernière période qu'appartiennent de nombreux portraits, comme ceux de William Gladstone, de lord Alfred Tennyson et du cardinal Newman. Millais est fait baronnet en 1885 et élu président de la Royal Academy en 1896, peu de temps avant sa mort.

—  ENCYCLOPÆDIA UNIVERSALIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis. MILLAIS JOHN EVERETT (1829-1896) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/03/2009

Autres références

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

    • Écrit par et
    • 8 176 mots
    • 12 médias
    ...stridentes. Edward Burne-Jones, au contraire, choisit des tons froids pour illustrer les légendes arthuriennes. Le plus doué du groupe est sans conteste John Everett Millais (1829-1896), dont l'éclectisme et le brio lui valent les faveurs du public (La Jeune Fille aveugle, 1856, City Art Gallery,...
  • PRÉRAPHAÉLITES

    • Écrit par
    • 3 775 mots
    • 12 médias
    Des sept membres du groupe, trois personnalités remarquables se détachent : William Holman Hunt (1827-1910), John Everett Millais (1829-1896) et Dante Gabriel Rossetti (1828-1882), qui donnent au mouvement une réelle ampleur. À leurs côtés se trouvent William Rossetti (1829-1919), qui ne peignit...