PRÉDESTINATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Pères de l'Église, le Moyen Âge et la Réforme

Jusqu'à saint Augustin, le thème de la prédestination reste peu développé, en particulier dans la théologie orientale, plutôt axée sur la déification. Il fallait lutter contre le fatalisme du manichéisme, insister sur la liberté de la nature humaine restaurée par Christ, donc ne pas risquer de confondre la volonté éternelle de salut de Dieu avec un arbitraire écrasant et démoralisant. Le thème réapparaît dans la lutte de saint Augustin contre le pélagianisme, c'est-à-dire contre une insistance sur les mérites moraux, qui menaçait la notion de grâce de Dieu au profit de celle de vertu humaine, ce qui aurait supprimé la substance même de l'Évangile. À partir de 397 et surtout dans ses derniers ouvrages : De praedestinatione sanctorum et De dono perseverantiae (428-429), saint Augustin défend l'irrésistibilité de la grâce de Dieu envers les élus, retirés par pure miséricorde élective de la masse de perdition. L'augustinisme strict insistera toujours sur la réalité du salut indépendamment de la prévisibilité des mérites. Cependant la double prédestination ne signifie pas une assignation par Dieu des réprouvés à la perdition, mais une permission par Dieu de les abandonner à leur propre perte. La prédestination en Jésus-Christ reste soigneusement distinguée du déterminisme au mal professé par les manichéens. Il n'empêche que les derniers textes de saint Augustin, dans leur outrance polémique, passent sous silence la volonté de salut universel de Dieu. Saint Augustin a triomphé du pélagianisme et sauvé la grâce, mais son triomphe risque de laisser entendre qu'il faut tout enlever à l'homme pour tout accorder à Dieu.

La querelle autour de la prédestination rebondit au ixe siècle. Gottschalk d'Orb [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PRÉDESTINATION  » est également traité dans :

ARMINIANISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 858 mots

L'arminianisme est un courant théologique qui se développe au xvii e siècle au sein du protestantisme réformé. Son nom provient d'Hermann Armenzoon, dit Jacobus Armenius (1560-1609), qui fut nommé pasteur d'Amsterdam en 1588 et professeur à Leyde en 1603. Armenius tente d'atténuer les conceptions calvinistes concernant la prédestination. Les con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arminianisme/#i_11260

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Le problème de la prédestination »  : […] La controverse avec Julien d'Éclane, au sujet de la prédestination et du péché originel, avait durci la théorie d'Augustin. Certaines de ses formules sur la masse innombrable des damnés, résultant du péché originel, massa damnata, massa perditionis , ou bien sur le petit nombre des élus, dépassèrent sans doute sa conviction profonde et pouvaient être interprétées comme la nég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustinisme/#i_11260

CALVINISME

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 4 227 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Afin que personne ne se glorifie » »  : […] Ce pessimisme radical dénie à l'homme, aussi bien dans son intelligence que dans sa volonté, toute possibilité d'un élan vers Dieu. Dieu vient lui-même chercher l'homme et le délivrer de sa servitude. Toute l'œuvre de notre salut est en Dieu. C'est une théologie de la grâce dans toute sa force, de cette grâce qui fait vers l'homme les premiers pas et garde toujours l'initiative, de cette grâce qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calvinisme/#i_11260

GODESCALC ou GOTESCALC D'ORBAIS (805 env.-env. 868)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 467 mots

Godescalc (Gottschalk) d'Orbais est un des personnages les plus originaux de l'époque carolingienne et en même temps un des plus représentatifs de sa culture et de ses conflits. Né en Saxe au début du ix e siècle, moine à Fulda, puis à Orbais (actuel département de la Marne), il parcourt l'Italie et les Balkans. Ses thèses sur la prédestination l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/godescalc-gotescalc-d-orbais/#i_11260

GOMAR ou GOMARUS FRANÇOIS (1563-1641)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 698 mots

Théologien réformé des Pays-Bas qui formula, contre les arminiens, une doctrine très stricte de la prédestination et rédigea de nombreux écrits dogmatiques et exégétiques. Né à Bruges, Gomar ou Gommer, dit Gomarus, rencontra, au cours de ses études, plusieurs éminents professeurs : à Strasbourg (1577-1580), J. Sturm ; à Neustadt, F. Junius, Z. Ursinus et H. Zanchi ; à Oxford et Cambridge (1582-158 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gomar-gomarus/#i_11260

JANSÉNISME

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Maurice VAUSSARD
  •  • 4 137 mots
  •  • 2 médias

Le jansénisme n'est pas un phénomène isolé, mais une manifestation particulièrement dramatique de la crise provoquée par la Renaissance humaniste qui secoue la théologie catholique au xvii e  siècle. Jusque vers 1550, le problème des relations entre la liberté humaine et la grâce est dominé par les solutions qu'y avaient apportées saint Augustin. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jansenisme/#i_11260

JUSTIFICATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 3 809 mots

Dans le chapitre « Théologie occidentale et théologie orientale »  : […] En Orient, les grands thèmes pauliniens sur l'universalité du péché et le salut par la foi seule ont eu moins d'importance que les thèmes de Jean sur l'unité de vie entre Christ et les siens, sur la gloire déjà présente de la transfiguration. En revanche, après avoir été une réflexion centrale de l'Ancien et du Nouveau Testament, la justification est devenue le débat classique de la théologie occ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justification/#i_11260

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 930 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'homme devant Dieu »  : […] La Croix nous a fait entrer dans la relation entre Dieu et l'homme. Il faut encore développer cette perspective pour voir apparaître une conception nouvelle de l'homme. La vie de l'homme est un tissu complexe de relations multiples : relations à autrui, au monde, à soi-même, à Dieu. Ces relations ne constituent pas simplement un domaine mis à la libre disposition de l'homme. Elles sont aussi le li […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-luther/#i_11260

MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

  • Écrit par 
  • Ginette DREYFUS
  •  • 8 465 mots

Dans le chapitre « Les principaux ouvrages »  : […] Dès 1668, semble-t-il, Malebranche travaillait à son premier traité : Recherche de la vérité , qui marque son double attachement à la méthode et à la physique cartésiennes, d'une part, au platonisme augustinien, de l'autre. Les trois premiers livres, réunis en un volume, furent publiés en 1674, après en avoir été empêchés à cause de leur cartésianisme. Le second volume, conte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-malebranche/#i_11260

MARC EUGENIKOS saint (1392-1444) métropolite d'Éphèse (1437-1444)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 431 mots

Vénéré dans l'Église orthodoxe comme un confesseur de la foi, saint Marc Eugenikos, métropolite d'Éphèse, formé à la célèbre Académie patriarcale, fut marqué par la tradition palamite et plus particulièrement par la pensée de Nicolas Cabasilas. Celui-ci assumait et rectifiait l'apport augustinien, tardivement connu en Orient, par la notion du salut par l'amour, donc dans la liberté ; cette perspec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-eugenikos/#i_11260

MÉTHODISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 2 944 mots

Dans le chapitre « John Wesley et la fondation du méthodisme »  : […] Né en 1703 au presbytère d'Epworth (comté de Lincoln), John Wesley, le fondateur du méthodisme, était le treizième enfant d'un pasteur non conformiste entré dans l'Église anglicane. Sa mère qui lui inculqua sa ferveur et son goût de la discipline se méfiait de la théologie calviniste de la prédestination et professait des doctrines « perfectionnistes ». En 1726, J. Wesley, fellow […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/methodisme/#i_11260

MOLINISME

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 768 mots

On appelle communément molinisme la doctrine de la liberté et de la grâce enseignée par l'ouvrage de Luis de Molina intitulé Concordia liberi arbitrii cum gratiae donis (1588). Mais il existe un molinisme d'avant Molina ; le fond du débat est bien antérieur à l'ouvrage du jésuite espagnol et, sans qu'il soit nécessaire de remonter aux controverses entre Pélage et saint August […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/molinisme/#i_11260

MU‘TAZILISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 5 844 mots

Dans le chapitre « Le problème de la liberté »  : […] La doctrine de la liberté est d'abord exigée par la conception rationnelle que les mu‘tazilites ont de Dieu : Dieu est juste (principe de la justice : ‘ adl ) et ne fait que le bien. Il ne peut donc créer des infidèles et des impies, ni créer dans l'homme des actes d'impiété ou d'infidélité (ou, s'il le peut absolument parlant, puisqu'il est tout-puissant, il ne le fait pas). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mu-tazilisme/#i_11260

PASCAL BLAISE (1623-1662)

  • Écrit par 
  • Dominique DESCOTES, 
  • François RUSSO
  •  • 8 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Port-Royal »  : […] C'est en 1646, à Rouen, que Pascal rencontre l'augustinisme grâce aux frères Deschamps, deux médecins venus soigner son père, qui lui font lire des ouvrages de Saint-Cyran et peut-être de Jansénius, dont il est si fortement frappé que, dans cette famille dont le catholicisme a été jusqu'alors tiède, il engendre un mouvement de ferveur qui touche particulièrement sa sœur Jacqueline. Cette première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blaise-pascal/#i_11260

PROTESTANTISME - Protestantisme et société

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 2 439 mots

Dans le chapitre « Le lien avec le capitalisme »  : […] Au xix e  siècle, le lien avéré entre le protestantisme et le capitalisme était expliqué en termes apologétiques (le protestantisme, religion « supérieure ») ou polémiques (par la Réforme, les puissants se sont soustraits à la tutelle de l'Église et ont opprimé les faibles). Marx et Engels, puis Max Weber ont tenté d'établir scientifiquement l'ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protestantisme-protestantisme-et-societe/#i_11260

TRENTE (CONCILE DE)

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 3 511 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théologie tridentine »  : […] Dans l'œuvre du concile de Trente on peut distinguer trois niveaux : celui du dogme, celui de la discipline et, enfin, celui des décrets relatifs à la justice ecclésiastique et aux liens entre l'épiscopat et Rome. Ces décrets suscitèrent des réserves de la part des autorités politiques. Il ne plaisait pas aux rois de France et d'Espagne que le pape fût proclamé « évêque de l'Église universelle ». […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trente-concile-de/#i_11260

VOCATION

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 422 mots

Le sens du terme « vocation » tel qu'il était employé naguère dans le langage chrétien est dévié par rapport à son origine biblique. Le mot qui appartient en réalité au langage de la révélation est « appel » ( klêsis ), qui rejoint le verbe « appeler » ( kaléo ) et le participe « appelé » ( klêtos ). D'après le Nouveau Testament, c' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vocation/#i_11260

VOLONTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 8 783 mots

Dans le chapitre « Le contexte « théologique » : Augustin »  : […] La philosophie de la volonté d'Aristote n'aurait pas développé toutes ses ressources si elle n'avait été relayée, dans l'Occident chrétien, par une réflexion proprement théologique qui, d'une triple façon au moins, a affecté l'anthropologie philosophique jusqu'à Kant. C'est d'abord sur le fond d'une méditation sur le mal , ou péché, que s'est affinée et approfondie la psycho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/#i_11260

ZWINGLI HULDRYCH (1484-1531)

  • Écrit par 
  • Jacques Vincent POLLET
  •  • 7 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La pensée religieuse de Zwingli »  : […] Zwingli a traduit et commenté vingt et un livres de l'Ancien Testament (C.R., XIII, XIV) à l'occasion de la Prophezei , cercle d'études bibliques remplaçant l'office choral et inauguré le 19 juin 1525. La Bible de Zurich (1529) est le fruit de ce travail. Les sermons, dont il ne reste que des notes d'auditeurs (publiées en partie par O. Farner), suivent l'ordre des leçons de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huldrych-zwingli/#i_11260

Voir aussi

Pour citer l’article

André DUMAS, « PRÉDESTINATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/predestination/