PORTO RICO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire

Une colonie espagnole (XVIe-XIXe s.)

La population actuelle est le résultat de brassages entre les éléments locaux des Indiens Arawaks, peu nombreux, des Noirs et des Espagnols arrivés après le xvie siècle. L'île, découverte par Christophe Colomb, en 1493, au cours de son deuxième voyage en Amérique, fut appelée San Juan Bautista et reconnue possession espagnole. En 1508, un ancien compagnon de Colomb, Ponce de León, reçu la permission d'explorer l'île, qu'il aborda par la côte nord, en un excellent mouillage qu'il désigna du nom de Puerto Rico. L'usage s'établit d'appeler ainsi l'île, tandis que son principal port devint San Juan.

Porto Rico demeura sous domination espagnole jusqu'à la guerre hispano-américaine, en 1898. L'espoir de trouver de l'or fut très rapidement déçu, aussi les Espagnols tentèrent-ils, dès le milieu du xvie siècle, de favoriser les cultures tropicales, dont la canne à sucre. Mais la main-d'œuvre était rare, peu efficace et périodiquement razziée par les Indiens venant d'îles voisines, si bien que, dès cette époque, les Espagnols décidèrent de faire de Porto Rico une base militaire et construisirent la forteresse d'El Morro pour protéger le port de San Juan. Porto Rico fut l'enjeu des convoitises successives des Anglais (Francis Drake chercha à s'emparer de San Juan en 1595, en vain), des Hollandais, qui échouèrent eux aussi, en 1625, et des Français. Toutes ces luttes entravèrent son développement économique : sa population était estimée à moins de 50 000 habitants vers 1765.

Château San Felipe del Morro, Porto Rico

Photographie : Château San Felipe del Morro, Porto Rico

San Juan de Porto Rico, ancien port d'escale de l'Amérique espagnole, était défendu par d'imposants ouvrages fortifiés, tels que le château San Felipe del Morro. 

Crédits : Bill Wassman/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

À la fin du xviiie siècle, des réformes inspirées du despotisme éclairé stimulèrent la culture de la canne à sucre et celle du café. On importa de la main-d'œuvre servile, et des colons vinrent de la métropole ou d'autres îles des Antilles. Les guerres de la Révolution et de l'Empire, marquées par une tentative, avortée, des Anglais pour s'emparer de l'île, eurent, entre autres conséquences, celle d'attirer des colons français de Louisiane et de Haïti. La population tripla entre 1750 et 1800 (155 000 hab.), et la prospérité de l'île en fut accrue.

Contrairement aux autres colonies espagnoles d'Amérique, Porto Rico demeura fidèle aux Bourbons d'Espagne et devint le refuge des loyalistes des colonies révoltées. En reconnaissance, Ferdinand VII lui accorda, en 1815, une large autonomie sur le plan économique et assouplit les liens politiques avec la métropole. Au cours du xixe siècle, Porto Rico connut des alternances de conservatisme et de libéralisme, ce qui détermina une évolution politique chaotique, marquée d'abord, entre 1837 et 1860, par le refus de l'Espagne d'accorder l'autonomie. En 1868, ce fut l'échec d'une révolte de partisans de l'indépendance, el Grito de Larès (le cri de Larès), mais vers la fin du siècle le mouvement autonomiste se renforça et entraîna la création du Parti unioniste de Luis Muñoz Rivera ; celui-ci réussit à obtenir en 1897 un Parlement composé de deux Chambres, ayant pouvoir de légiférer, sous le contrôle du gouverneur général. Ce succès trop tardif ne permit pas aux Portoricains d'expérimenter un gouvernement autonome, car le traité de Paris du 10 décembre 1898 cédait la dernière des Antilles espagnoles au gouvernement américain.

Le gouvernement direct des États-Unis (1898-1952)

Le régime de Porto Rico fut organisé par une série de mesures, échelonnées entre 1900 et 1952, dans un sens de plus en plus libéral. Après une courte expérience de gouvernement militaire, la loi Foraker (mai 1900) instaura un gouvernement civil, sous l'autorité du président des États-Unis. La participation des éléments locaux y était fort réduite, ce qui entraîna immédiatement des demandes pressantes pour une libéralisation du régime. Celle-ci s'effectua progressivement, d'abord par la loi Olmsted (15 juill. 1909), qui créait un « département exécutif » chargé des affaires de l'île, puis surtout par la loi Jones (2 mars 1917), qui transformait Porto Rico en un territoire « organisé, mais non incorporé » et conférait la citoyenneté américaine à ses habitants. Ce nouveau régime, fort voisin de celui des territoires continentaux avant leur transformation en « États », était loin de satisfaire la population, car il laissait la nomination du gouverneur et des autorités exécutives entre les mains du président des États-Unis.

En dépit de ces limitations, la vie politiqu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Porto Rico [États-Unis] : carte administrative

Porto Rico [États-Unis] : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Château San Felipe del Morro, Porto Rico

Château San Felipe del Morro, Porto Rico
Crédits : Bill Wassman/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégée d'espagnol, professeur de classes préparatoires au lycée Lakanal
  • : agrégé de l'Université, directeur adjoint du département d'études des pays anglophones de l'université de Paris-VIII, collaborateur du Monde diplomatique
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris
  • : professeur d'histoire, université de Porto Rico, ancien secrétaire général de l'Association des universités et instituts de recherche de la région des Caraïbes
  • : professeur à l'université de Porto Rico, doyen de la faculté de sciences sociales
  • : journaliste
  • : professeur d'histoire, Rutgers University, États-Unis

Classification

Autres références

«  PORTO RICO  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La chaîne nord-caraïbe »  : […] La partie orientale de la frontière nord de la plaque Caraïbes est jalonnée par le chapelet d'îles des Grandes Antilles : Cuba, la Jamaïque, Hispaniola, Porto Rico et îles Vierges. Ces îles représentent les fragments émergés de la chaîne nord-caraïbe, dont les lanières furent découpées et décalées au Tertiaire par des décrochements senestres. L'île de Cuba comporte dans sa partie centrale les zon […] Lire la suite

CARAÏBES - L'aire des Caraïbes

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 5 000 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les États-Unis dans les Caraïbes »  : […] Les ressorts de l'impérialisme américain qui se déploie à la fin du xix e  siècle et au début du xx e  siècle sont nombreux. Les stratèges américains enseignent la nécessité d'assurer la maîtrise des mers en utilisant les nouveaux cuirassés ; les financiers et les politiques ont pour objectifs, à la fois la réalisation du canal transisthmique – la république de Panamá se sépare de la Colombie en […] Lire la suite

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 818 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Naissance d'une littérature »  : […] Pendant la première moitié du xvi e  siècle, la ville de Saint-Domingue devient la capitale culturelle du Nouveau Monde, et de son Université et de ses couvents sortent les premiers manuels d'évangélisation et les premiers traités d'ethnologie qui constituent l'apport essentiel de la littérature missionnaire. Néanmoins, durant l'époque coloniale, la littérature fut loin d'avoir, à Saint-Domingue, […] Lire la suite

MUÑOZ MARÍN LUIS (1898-1980)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 256 mots

Après une formation aux États-Unis, où son père est « commissaire résident » de 1910 à 1916, Muñoz Marín étudie le droit, écrit deux livres, puis, en 1926, regagne Porto Rico, où il dirige le journal La Democracia . Élu au Sénat portoricain en 1932, Muñoz Marín aligne sa conduite sur celle des radicaux et préconise l'indépendance de Porto Rico vis-à-vis des États-Unis ; il est exclu en 1937 du Par […] Lire la suite

PRÉCOLOMBIENS - Amérique du Sud

  • Écrit par 
  • Jean-François BOUCHARD, 
  • André DELPUECH, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Dominique LEGOUPIL, 
  • Stéphen ROSTAIN
  • , Universalis
  •  • 23 166 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Horticulteurs saladoïdes »  : […] Au III e  millénaire avant J.-C. est apparue, dans le bassin de l'Orénoque, une tradition agricole fondée sur la culture des tubercules, dont le manioc. Ce changement économique majeur s'est accompagné de l'apparition de céramiques du style Saladoïde (du site de Saladero au Venezuela). Au fil des recherches, la culture matérielle de ces groupes néo-indiens a été subdivisée. Le type Saladoïde Ronq […] Lire la suite

SAISON CYCLONIQUE 2017 DANS L'ATLANTIQUE NORD

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 687 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une succession inhabituelle d’ouragans en quelques semaines  »  : […] À première vue, une des caractéristiques de la saison cyclonique de l’Atlantique nord en 2017 est la rapidité de la succession de météores violents. Ils sont si rapprochés dans le temps et l’espace que, sur le même cliché satellitaire, on voit simultanément les cyclones Katia (en catégorie 2), Irma (en catégorie 5) et Jose (en catégorie 4). Ce dernier suit de deux jours le cyclone Irma sur une tr […] Lire la suite

SAN JUAN DE PORTO RICO

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GIACOTTINO
  •  • 524 mots
  •  • 1 média

Capitale de Porto Rico (État libre associé aux États-Unis), peuplée de 424 950 habitants en 2007 et de 2,6 millions dans son agglomération, soit 66 p. 100 de la population totale de l'île. Fondée en 1521 par les Espagnols à l'extrémité rocheuse d'une petite île qui ferme la baie du même nom, San Juan devint la plus puissante place forte de l'Amérique espagnole. Puissamment défendue par un ensemble […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9 septembre 2019 États-Unis. Ouverture d'une enquête antitrust contre Google.

Les procureurs de tous les États fédérés – à l’exception de ceux de Californie et de l’Alabama – ainsi que ceux de Porto Rico et de Washington DC, réunis solennellement devant le siège de la Cour suprême des États-Unis à Washington, annoncent l’ouverture d’une enquête contre la société de services informatiques Google, pour violation de la législation antitrust. […] Lire la suite

6 mars 2019 Union européenne. Rejet de la liste noire des pays défaillants en matière de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

Parmi les sept nouveaux États ajoutés à la liste figuraient l’Arabie Saoudite et quatre territoires américains – les Samoa américaines, Guam, Porto Rico et les îles Vierges américaines. Washington et Riyad avaient critiqué cette décision de Bruxelles. […] Lire la suite

29 mai 2018 États-Unis. Bilan définitif de l'ouragan Maria à Porto Rico.

Des chercheurs de l’université de Harvard publient une étude relative au bilan de l’ouragan Maria qui a dévasté Porto Rico en septembre 2017. Celle-ci fait état de quatre mille six cent quarante-cinq morts, dus principalement au manque d’accès aux soins dans les trois mois suivant la catastrophe. Le bilan officiel initial était de soixante-quatre morts. […] Lire la suite

6-27 septembre 2017 France – Amérique. Les Caraïbes et les Antilles dévastées par deux ouragans.

Maria, qui a également dévasté la Dominique, frappe Porto Rico le 20, puis les côtes de Caroline du Nord le 27. […] Lire la suite

6 novembre 2012 États-Unis. Référendum sur le statut de Porto Rico

Le 6, les Portoricains, consultés par référendum, se prononcent à 61 p. 100 des suffrages en faveur de l'abandon du statut territorial d'État associé aux États-Unis au profit de celui de cinquante et unième État des États-Unis. Des consultations précédentes, en 1967, 1993 et 1998, avaient abouti à un résultat contraire. La décision relative au statut de l'île revient désormais au Congrès des États-Unis. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise BARTHELEMY, Bernard CASSEN, Claude FOHLEN, T. G. MATHEWS, José Luis MENDEZ, KAL WAGENHEIM, O. J. WAGENHEIM, « PORTO RICO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/porto-rico/