PORPHYRE (234 env.-310)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La doctrine de l'acte d'être

Les recherches contemporaines (P. Hadot, S. Pines) laissent entrevoir, par une convergence d'indices caractéristiques et indépendants (étude d'un fragment de commentaire sur le Parménide, de textes néo-platoniciens arabes, de la doctrine de Marius Victorinus), que Porphyre a eu une doctrine de l'être tout à fait originale. Ici encore, Porphyre transforme et déforme la pensée de son maître Plotin. Celui-ci avait posé au-delà de l'Esprit, Substance première, un principe absolument simple, sans substance, sans pensée, qu'il avait appelé l'« Un ». Mû à la fois par le besoin de résoudre certaines difficultés de l'exégèse de Platon et par la logique interne de sa pensée, Porphyre identifie l'Un de Plotin avec une pure activité d'être : « L'Un, qui est au-delà de la substance et de l'étant, n'est ni étant ni substance, mais plutôt il agit et il est lui-même l'agir pur, en sorte qu'il est l'Être, l'Être qui est avant l'étant et comme l'Idée de l'étant. » En son origine transcendante, toute réalité particulière vient coïncider avec cette activité pure d'être, infiniment simple. Pour la première fois dans l'histoire de la pensée occidentale, l'être-infinitif est clairement distingué de l'être-participe. Cet être-infinitif est indissolublement agir et idée, sommet de l'activité et de l'indétermination. Cette distinction se retrouvera dans le De hebdomadibus de Boèce qui la transmettra au Moyen Âge. Elle reparaîtra sous une forme nouvelle dans la différence ontologique selon Heidegger.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « PORPHYRE (234 env.-310) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/porphyre/